Citations internationales d'appréciation


Durée de l’évaluation : 1991-2010 : 22 ans

Nombre de continents d’où viennent les poètes cités : 5

Nombre de pays d’où viennent les poètes cités : 58

Nombre de provinces du Canada d’où viennent les poètes cités : 7

Nombre de citations non-sollicitées : 619

Incluant nombre de citations de ministres: 12
nombre de citations de députés: 6
nombre de citations de maires: 4
nombre de citations de citoyens: 87
  ___
  108

 

 





Pays :

Albanie (1), Algérie (4), Argentine (6), Australie (8), Autriche (5), Belgique (23), Bénin (2), Brésil (1), Bulgarie (1), Burkina Faso (1), Canada (267): Colombie-Britannique (4), Nouveau-Brunswick (12), Nouvelle- Écosse (2), Manitoba (5), Ontario (23), Québec (220), Terre-Neuve (1), Cuba (3) Chili (1) Colombie (5), Congo-Khinsasha (1), Costa Rica (1), Côte-d’Ivoire (3), Croatie (1), Danemark (2), Égypte (2), Espagne/Catalogne (3), États-Unis (12), Finlande (2), France (38), Géorgie (1), Grande-Bretagne (6), Grèce (1), Guadeloupe (1), Haïti (10), Iran (1), Irak (1), Irlande (5), Islande (1), Israël (55), Italie (2), Japon (3), Kurdistan turc (1)., Liban (5), Luxembourg (6), Macédoine (6), Maroc (6), Martinique (3), Mexique (11), Nouvelle-Calédonie (1), Nouvelle-Zélande (1), Pays-Bas (1), Pérou (1) Portugal (4), Roumanie (2), Russie (4), Sénégal (5), Slovénie (2), Suisse (11), Syrie (3), Tibet (1), Tunisie (2), Uruguay (2), Venezuela (3) 
____________
58 pays, (510 citations)



Quelques citations en plusieurs langues

« Vous avez ici, à Trois-Rivières, une ville idéale pour la poésie, tant au niveau de l'ambiance que du cadre. Tenez-y à votre festival. Faites tout pour le conserver car il est authentique."

Margaret Atwood La Presse 13 octobre 1992


« Un petit mot avant de partir, ce matin, pour Québec, pour te dire à quel point j'ai été impressionnée par la qualité d'écoute du public dans tous les lieux où j'ai récité, et à chaque fois que je l'ai fait. La gentillesse, également, des animateurs et des animatrices à notre égard, leur souci de plaire à tous et à chacun, m'a beaucoup touchée... Je repars, stimulée dans ma démarche d'écriture au contact de toutes ces personnes qui sont venues m'exprimer leurs sentiments à la suite d'une lecture, me demander où elles pouvaient se procurer tel ou tel texte, et encore. Lorsque, dans la solitude de l'acte créateur, je m'interrogerai de nouveau à savoir pourquoi j'écris de la poésie, le souvenir de ces précieuses rencontres nourrira ma quête. Merci à toi et ton équipe. Merci aux gens de Trois-Rivières.»

Correspondance de Julie Stanton, poète québécoise, octobre 1999.


« Ton grand cœur et ta générosité envers les poètes du monde m'ont toujours touchée, depuis que j'ai fait ta connaissance et jusqu'à présent. Tu es plus qu'un poète, un découvreur de poètes et un intensificateur de la poésie, tu es un poète des poètes. »

Magda Carneci, poète de la Roumanie, 18 décembre 2011

 

« Thank you very much for the best organized festival of poetry! Olga and I really enjoyed the time we spent in Trois-Riveres. I hope we meet again in Canada or Russia or elsewhere as poetry has no borders…»


Dmitry Legeza, poète de Russie, octobre 2011


« Voilà, c'est fait, la nostalgie plein les pensées, je suis rentrée cette nuit, mercredi, à La Rochelle. Merci, merci et c'est encore bien peu dire pour ces magnifiques instants de partage, merci à l'équipe, merci aux personnes qui se sont déplacées pour nous entendre. Je conserverai longtemps, toujours, ces merveilleux jours en poésie. Encore merci et c'est peu dire, de tout ce  bonheur ressenti lors du festival. Je vous embrasse tous chaleureusement. »

Josyane De Jesus-Bergey, poète de France, octobre 2011


« Mon épouse moi sommes bien rentrés à Paris. Notre séjour à Trois Rivières a été agréable et instructif grâce à vos talents d'organisateurs émérites. Nous tenons à vous en remercier sincèrement et à vous prier de transmettre à chaque membre de votre équipe l'expression émue notre infinie gratitude.

 

Trois Rivières

Ville-capitale de la poésie

       Ville aux murs

Couverts de paroles des dieux

Nous avons envie

De célébrer ton nom

Et de dire au monde entier

       Qu'il faut fouler ta terre

Pour savoir ce que veut dire 

       La musique des mots

 

Fraternellement. »


Tidjani- Serpos, poète du Bénin, octobre 2011



« … bonjour extensible à tous les êtres fabuleux que j'ai rencontré à TR. Je me sens encore entouré des nuages, de rêves. Je me sens perdu dans un univers qui ne m'appartient plus. Merci de votre confiance, de votre accueil de votre amitié et votre amour. Je suis foutu. Je ne peux plus me passer de vous. Mais que vais-je faire???? Passe une belle fin de journée. Longue vie au Festival et tous ceux et celles qui ont permis encore une fois que la poésie grandisse. »


Odelin Salmeron, poète de Cuba/Québec, octobre 2011 




« … Quoique tardif, je tiens à vous remercier INFINIMENT de m'avoir fait vivre cette expérience extraordinaire qu'a été ce 27me Festival Internationale de Poésie. Merci également à vous, à Gaston ainsi qu'à toute votre équipe, pour votre accueil, votre organisation... et pour tous ces enrichissements poétiques et humains. À bientôt, je l'espère. Mes amitiés à vous tous. « 


Christophe Pairoux, poète de Belgique, novembre 2011



« D’abord BRAVO pour votre Festival!! C’était une 1ère pour moi et j’ai ADORÉ!!! Des gens sympas, des poètes quasi partout… bref une super ambiance dans la ville! J’ai renoué avec la poésie! Comme je suis de Québec et aimerait continuer dans la poésie dans mon coin, pouvez-vous me dire qui ou où je pourrais m’adresser?  Le temps d’attendre le prochain festival en 2012… Merci de prendre le temps de répondre à ma demande.  La poésie me sourit. C’est beau la vie ! »

Carolyn Wayland, cliente de la ville de Québec, octobre 2011



« Je tenais à vous remercier ainsi que toute votre équipe pour le poète assigné chez nous à la LIBRAIRIE PAULINES. M. PATRICK LAFONTAINE est un poète de grande qualité que les participants ont très apprécié. À chaque année, nous avons de belles surprises. Votre choix est toujours excellent. Bonne poursuite pour le prochain festival. »

Gisèle Lafontaine, LIBRAIRIE PAULINES, Trois-Rivières, octobre 2011



« Encore un gros merci de m’avoir donné la plaisir et le privilège de vivre des moments merveilleux tout au long du festival. Je souhaite vivement que nous continuions cette expérience à chaque jour renouvelée avec les poètes et les gens du Festival. Je vous recontacterai bientôt et je profite de l’occasion pour vous souhaiter une belle saison d’automne. »


Daniel Lessard, musicien de jazz, octobre 2011



« I just wanted to thank you for the festival – for all your efforts in making it such a successful and enjoyable experience. I made many friends among the poets there, and I expect to be in contact with them for many years to come. So thank you once again. Yours sincerely. »


David Musgrave, poète de l’Australie, novembre 2011



« Ma ville prise aux mots. Durant plus d’une semaine, j’ai vu ma ville, ses habitants et ses visiteurs habités par la poésie. j’ai observé des enfants captivés par la rédaction de leurs premiers écrits qu’ils ont ensuite accrochés fièrement sur une corde à poèmes. J’ai croisé des inconnus se baladant leur recueil de poésie sous le bras et le sourire aux lèvres. J’ai admiré des couples dansant le tango sur des textes de Borgès. J’ai partagé des petits-déjeuners ensoleillés de paroles russes, espagnoles puis françaises. J’ai rencontré des auteurs habités par les mots et par le désir de les faire aimer. J’ai même fait partie des apprentis écrivains s’essayant à leurs premiers pas poétiques Vous pensez que notre langue est en déclin et que la culture littéraire s’étiole ? Détrompez-vous et venez au prochain Festival International de Poésie de Trois-Rivières. »


Marie-Paule Desaulniers, cliente de Trois-Rivières, octobre 2011



«  une pensée et même beaucoup plus pour vous tous. Et le souvenir impérissable de Trois Rivières ! »

Raymond Bozier, poète de France, le 25 septembre 2011



« Je n'ai pas pu te le dire de vive voix hier,  mais encore une fois, mille bravos à toi, Gaston et à votre équipe, pour cette toujours immense et magnifique fête à la poésie!
À la prochaine »


Nicole Campeau, animatrice



« Je suis parti sans avoir pu vous saluer. Je tiens à vous remercier pour le bel accueil à Trois-Rivières, ça a été un plaisir d'être là-bas pendant ces dix jours. Je vous sais gré de transmettre mes remerciements à toute votre équipe. »


Louis Philippe Dalembert, poète d’Haïti/France, octobre 2011



« Chère Maryse, cher Gaston,

Je vous porte en moi avec moi sans arrêt et partout et je raconte ce que j'ai vu et entendu grâce à vous deux pendant ces dix jours inoubliables passés dans votre ville à Trois-Rivières dans la poésie avec ceux qui la vivent et la font et la pratiquent et la perpétuent.

Je compte les jours qui passent et qui sont passés depuis mon arrivée en Suisse, je n'arrive pas à comprendre comment ça se fait que j'ai l'impression que c'était un rêve d'être chez vous: ce rêve intact et en permanence présent dans mes actes mes pensées, aujourd'hui, maintenant je me suis dit "il faut que je leurs parle il faut sortir de ce rêve, j'ai bien vécu Maryse et Gaston et tous les autres là-bas dans un pays lointain qui est très proche cette fois-ci".

Merci, merci beaucoup de m'avoir emmené chez vous!

Même les bus d'ici et un voyage de six jours à Bruxelles ne peuvent rétrécir le film avec vous, c'est comme j'étais pas mal envoûté voilà, vous voilà "installés" dans mon être je fais attention de ne pas griffer la pellicule les souvenirs le document.

Les gens que j'ai rencontré avec vous chez vous, leurs poèmes leurs vies à Trois-Rivières, vos efforts extraordinaires pour nous mettre ensemble, ceux qui nous ont guidé pendant nos lectures surtout "les blondes" les femmes présentes à la table des poétesses des poètes, pour nous dire comment faire combien de temps pour la lecture,

et j'ai bien mangé chez vous et les vins étaient bons et j'ai bien dormi dans cette chambre 234 au "Gouverneur", dans cette chambre il y avait une planche à repasser, j'ai repassé des chemises et des pantalons, j'ai commencé à écrire des textes avec ce que j'ai vécu chez vous avec vous avec tous les autres hommes femmes de partout.

Je pense fort à vous deux et je vous embrasse, vous avez aussi de ma part ce dernier numéro du journal "le persil", avec des textes de moi, extraits de mon  prochain livre qui va sortir en janvier 2012 chez José Corti, à Paris.

Et maintenant je vais passer au travail, à la création de ce numéro de journal qui va contenir les textes de ceux qui sont venus chez vous cette année, pour continuer Trois-Rivières et pour faire vivre encore et encore votre force votre dévouement à la poésie.

J'ai besoin de tous les textes que les poètes ont lu à Trois-Rivières, je vous prie de m'aider en disant à tous les poètes de m'envoyer leurs poèmes, seulement en français, à mon adresse  HYPERLINK "mailto:mdpecrivain@yahoo.fr" mdpecrivain@yahoo.fr. Chacun peut me donner une présentation, elle aussi en français, de lui-même, maximum deux milles signes(espaces compris) cette présentation.

Et j'ai besoin de vos textes à vous deux, dans lesquels vous allez dire ce que vous désirez dire à propos de votre superbe travail de votre superbe manifestation. Et j'aimerais donner la parole à toutes et tous, à des témoignages de gens qui ont participé à ce festival, dans les bureaux, les cuisines, les coulisses, dans les bars et les restaurants, dans les galeries d'art, dans les librairies etc.

Voilà, chère Maryse et cher Gaston, je vous vis je vous embrasse fort fort fort et je pense à vous deux et à très bientôt!

Marius Daniel Popescu, poète de la Suisse, le 2 novembre 2011



« Je suis rentrée dans mon pays il y a trois jours. Je voudrais vous remercier particulièrement de m’avoir donné le Prix international de poésie Antonio Vicarro. Je ferai tous les efforts pour écrire des nouveaux poèmes en français. Grace à vous j’ai eu cette chance de lire mes poèmes. Une expériences très précieuse pour moi. 

 

Je vous remercie pour le transport entre l’hôtel et l’aéroport. Et la chambre d’hôtel. J’aurais aimé revoir Gaston encore une fois. le soir du 9 octobre, au Zénob. Je suis désolée de n’avoir pu lui dire au revoir… Très amicalement. »

Shizue Ogawa, poète du Japon,octobre 2011.

 

 

«  Je voudrais vous remercier ainsi que toute votre équipe pour les moments inoubliables que j’ai vécus le 3 octobre dernier. C’était très émouvant d’entendre ma voix intérieure ainsi projetée vers les autres. Je n’étais plus seulement un auteur, mais aussi le spectateur de ma propre parole. Merci de transmettre à Mme Hamel toute mon appréciation pour la justesse et la sensibilité avec lesquelles elle a récité mon texte. Je suis très honorée d’avoir reçu le premier prix et reconnaissante pour toutes les attentions. L’organisation a été parfaite : le souper, la soirée-récital, le cocktail, l’hébergement, le déjeuner, etc. Le lendemain, j’ai suivi le conseil de Mme Baribeau et je suis allée au dîner-récital du Café Bucafin. J’ai été émue aux larmes par la poésie des personnes en voie d’alphabétisation. J’ai aussi découvert que la poésie issue d’autres cultures peut me rejoindre de façon très intime. Je me sens remuée par cette découverte et je n’ai qu’un désir : revivre cette expérience. »

Ginette Poirier, lauréate du 1er prix-Concours national de poésie des aîné(e)s, poète du Québec, 5 octobre 2011


« Delighted the Australian government came to its senses & funded the guest at this year's FIPTR! Not to be included in your world class event was a great loss to the Australian poetry community. »


Les Wicks, poète d’Australie, 19 août 2011


« Le festival et votre dynamisme battent leurs pleins dans mon cœur et je pense à vous avec énormément d’affection et de gratitude pour m’avoir initié aux délices trifluviennes! Affectueusement,


Derry O’Sullivan, poète d’Irlande, le 7 septembre 2011


« I do trust you’ve been able to find some time to relax after what must have been the very intense time of the festival. I did want to write to say what a wonderful time I had and how much I enjoyed my ten days in poetry city. Thank you, Gaston, so much for my invitation and thank you both not only for the tremendous organization but for the warmth and friendliness of your welcome and ongoing care. I will always treasure the memories of my time in Trois-Rivieres and treasure too the friends I made. Thank you so much for allowing me to contribute in m y own small way and know that if you ever need a p-lace to stay in New Zealand, a place awaits. With all kindest wishes »

 James Norcliffe, poète de la Nouvelle-Zélande, le 28 octobre 2011

 

 

« De retour à Montréal après cette très belle semaine, je veux encore une fois te remercier de tout cœur de ce que tu as fait pour nous, les poètes, et pour le public, durant le Festival. Transmets aussi mes remerciements à Gaston. Ce fut magique, grâce à votre travail, votre présence chaleureuse et votre charisme. Merci aussi à toute l'équipe du Festival, qui a fait des miracles.
Avec toute mon amitié… »


Louise Dupré, poète du Québec, octobre 2011.


« Quel bonheur m’ont procuré toutes ces merveilleuses rencontres, retrouvailles, nouvelles amitiés…qui m’ont tant manqué depuis la nuit des temps fous enfin passés… Merci encore fois pour tout… Cette si belle occasion de vous revoir, revivre Trois-Rivières en ces moments poétiques revivifiant. »

Rose Després, poète du Nouveau-Brunswick, le 24 octobre 2011


« Je voudrais vous remercier… d’avoir organisé un festival merveilleux, et pour avoir été si gentil et généreux pendant que j’étais à Trois-Rivières. Ce fut un plaisir et un honneur d’être une partie de cet événement extraordinaire. »

Anna Swanson, poète de la Colombie-Britannique, le 30 octobre 2011


« Il me fait plaisir de vous offrir mes plus sincères félicitations pour la réussite de la 27e édition… Je profite de l’occasion pour vous remercier de l’accueil chaleureux que votre organisation a démontré à mon égard. J’y ai vécu des moments d’émotion intense dont je me souviendrai longtemps. Vous savez faire rayonner la région de la Mauricie et tout le Québec. C’est un immense privilège de vous compter parmi nos citoyens… »

Danielle Saint-Amant, députée de Trois-Rivières, le 20 octobre 2011


« Merci, cher Gaston, de m'envoyer le programme, et bravo! Magnifique que cela existe. Je garde un excellent souvenir de l'unique fois où j'ai été invitée, et rêve un peu de revenir… »

Annie Salager, poète de France, 7 septembre 2011


« Tous mes vœux de succès pour cette 27e édition et mes félicitations pour le formidable travail accompli. Mes amicales salutations à toute l’équipe. A Maryse et à toi, toute mon admiration et mon amitié. »

Jacques Goorma, poète de France, 8 septembre 2011

 


« Félicitations à tous ceux et celles qui ont été invités à ce magnifique Festival. Ils et elles vont tous et toutes ADORER leur participation. C'est TELLEMENT bien organisé!!!!! Yesssss! »

Odelin Salmeron (Cuba/Québec), 8 septembre 2011


« Bien chers amis, nous sommes avec vous et avec la POESIE à Trois-Rivières, où notre âme est restée pour toujours! Bon Festival et grand succès!

Maria et Valeriu Stancu, poète de Roumanie, 4 octobre 2011


« Je voulais vous dire vraiment un grand et majuscule MERCI pour votre sympathie, et de m'avoir permis de venir au Festival pour le couvrir - dans ce projet de nouvelle émission à France Culture. »

Frank Smith, poète de France, le 16 octobre 2011


« C’est déjà tard ici en Belgique et le soir me fait penser à vous, si loin 

d’ici mais en même temps tout proche: je vous souhaite une très belle apothéose avec la Grande Soirée. Cette soirée me fait aussi penser à 2001 et 2009 quand vous m’avez donné la possibilité de venir à Trois Rivières, deux des plus belles semaines de ma vie, remplis de chaleur, amitié et poésie, je vous remercie pour ce bonheur ! »

Willie Verhegghe, poète de Belgique, 8 octobre 2011



« Bonjour, je suis chez moi et mon cœur est encore aux Trois-Rivières où valse toute la poésie du monde. Merci pour ce séjour tellement agréable. Au fil des heures, l'esprit se réjouit, les amitiés naissent. Cet événement organisé au prix de beaucoup de travail, porte, j'en suis certaine, des fruits secrets, bienfaisants, insoupçonnables. Le mot poésie rime avec le vrai, le beau et c'est tout là l'essentiel. Je vous salue très amicalement. »

Michelle Vandandaigue, co-lauréate du 4e prix du Concours national de poésie pour les aîné(e)s 2011), 6 octobre 2011



« Desde Argentina mi agradecimiento y mi recuerdo por tan hermoso Festival, donde hubo muy buena poesía, muy buenos encuentros y especialmente muy buenas personas.  Gracias por su calidez y profesionalismo. Un abrazo grande y mi cariño »

Silvia Montenegro, poète d’Argentine, le 20 octobre 2011



« I have had a wonderful 10 days. Je vous remercie mille fois de  votre aimable invitation à participer au Festival International de la Poésie.  Ce fut une expérience merveilleuse et j'espère que je n'ai pas assassiné la langue française avec mon accent écossais!  Quel grand mélange des poètes et de poésie. Je vous souhaite un bon repos maintenant après toutes les émotions et le dur labeur du festival. »

Christine de Luca, poète des Îles Shetland, Écosse, Grande-Bretagne, le 17 octobre 2011

 


« J'essaie de retomber sur mes pattes depuis le 3 octobre mais je dois vous avouer que je vole encore un peu!  Mardi dernier, la bibliothèque Langelier de mon quartier m'honorait par une magnifique gerbe de fleurs disant que je faisais honneur à l'établissement. Ils offrent l'espace pour des Ateliers d'écriture et c'est à la suite d'un de ces ateliers que j'ai commencé à faire de la poésie. Voilà une des retombées du festival de poésie-aîné(e)s que vous menez avec tant de compétence. Et je sais très bien que la logistique derrière ce concours n'est pas sans vous demander beaucoup de travail. Je vous remercie bien sincèrement pour tout cela, sans oublier le prix, l'hébergement, les repas et vos chaleureuses attentions. Meilleures salutations et à la prochaine! »   

Lucette P. Fournier, lauréate du 2e prix Concours national de poésie pour les aîné(e)s 2011), 6 octobre 2011



« Un gros merci pour le somptueux accueil que vous nous avez réservé. Pour ma part… toutes vos délicatesses m’ont fait sentir aussi importante que les autres poètes invités. Encore une fois merci pour le merveilleux travail que vous accomplissez… »


Marjolaine G. Bohémier, co-lauréate du 4e prix du Concours national de poésie pour les aîné(e)s 2011), 14 octobre 2011


« Toujours un aussi gros merci aux organisateurs du Festival International de la Poésie. Ce fut merveilleux comme séjour, comme aventure, cet accueil d'une gentillesse extrême. J'ai adoré ! Aux plaisirs! »


Marie-Charlotte Aubin, poète du Québec, 5 février 2011


« Merci infiniment pour le Festival et pour l’invitation. Ça été une expérience intense, de découvertes fabuleuses et de rencontres multiples avec d’autres poètes, mais aussi avec le public. J’ai été ensorcelé tout comme Valerie… qui m’accompagnait. Nous avons fait le voyage du retour en voiture en écoutant — volume maximum — le CD La marcia dell'ombra de Claudio Pozzani ! »

Daniel Dugas, poète du Nouveau-Brunswick, 10 octobre 2011


« Bonjour Gaston. Vous avez mon respect et mon admiration. Vous êtes à mes yeux un peu comme le portier du Paradis des poètes. On sait qu'il est souvent souhaitable d'être ami avec le «doorman», aussi, pourquoi ne pas être amis Facebook. (J'étais du Festival en 2002.).»


 Yvan Bienvenue, poète du Québec, 30 janvier 2011



« … Par votre engagement et votre travail soutenu, vous avez participé à la croissance et ai développement de la poésie, d’abord à Trois-Rivières et par la suite sur la scène internationale. À cet égard, votre parcours remarquable vous a valu de nombreuses distinctions. Par l’octroi de ce doctorat honoris causa, les membres de l’Assemblée des gouverneurs souhaitent également souligner la notoriété de vos réalisations, dont principalement le Festival de la poésie de Trois-Rivières qui attire chaque année de nombreux participants de tous les horizons de la francophonie. »


Sylvie Beauchamp, présidente de l’Université du Québec, 18 juin 2010



« Quelques lignes pour vous faire part une fois de plus de ma gratitude envers vous suite à ma participation au Festival International de Poésie de Trois Rivières. Je ne vais pas passer en revue vos attentions quotidiennes, car ce serait entrer dans une longue liste sans doute remplie d'oublis.  Le respect des voix individuelles des poètes et le soin silencieux des détails qui les concernent sont l'une des caractéristiques du Festival, qui constitue, aussi bien pour les auteurs que pour le public, un écho de tout se qui se crée en notre temps. Trois Rivières est ainsi un des moments forts de nos parcours respectifs et nous vous en sommes redevables. Je fais mes vœux pour la continuation du Festival et son succès grandissant. »

 
Luisa Futoransky poète d’Argentine /France, le 25 octobre 2010



« Thank you very much for the photo an for all the things at that wonderful 25th festival. I told everybody in Chile that Trois-Rivières is the best festival in the world (and I have been in 20 or more festivals). Thanks again for your friendship. »

Andrés Morales (Chili),4 janvier 2010.



« Still the high point of Festivals for me was yours of Trois Rivières”.


Jan Owens, poète d’Australie, 26 décembre 2010



« Cher Gaston, merci de nous communiquer le programme du Festival imminent - nous tous et toutes, qui avons eu l´honneur et la joie d´y avoir participé, lisons avec tristesse les détails de cette semaine magique dans cette ville si empreinte de beauté qui nous manque, qui me manque. L`automne à Trois-Rivières, c´est le bonheur même… Je te souhaite un déroulement excellent pour ce 26e festival…Gaston! J´y serai à ma manière, dans la nostalgie… ».


Erich Wolfgang Skwara, poète d’Autriche, le 17 septembre 2010



« Definitivamente el Festival fue una experiencia de vida para repetir…Yo también espero poder compartir de nuevo mi palabra…»


Fadir Delgado, poète de Colombie, 3 juin 2011



« Qu’une ville donne ainsi place à la parole poétique, c’est magnifique et l’équipe n’a rien perdu de son souffle, de sa dévotion et de son amour des poètes. »


Hélène Harbec, poète du Nouveau-Brunswick, le 10 octobre 2010


« It is good to hear from you and read about another festival. I wish you a
very successful and interesting one. I miss the beautiful days we spent at the festival I was a guest of:  A unique, rich atmosphere… Warm regards to Maryse.
My warm friendship. »


Raquel Chalfi, poète d’Israël, le 18 septembre 2010



« Trois-Rivières est bien la capitale de la poésie dans le monde. »

Jean-Claude Martin, poète de France, 10 février 2010




« It's the most convivial poetry festival in the world! »


Seymour Mayne, le 4 novembre 2010


« The whole experience was very affirming and stimulating and I feel fortunate to have participated in what was the most intense, successful and enjoyable writers festival I have ever attended. »


Jan Owen, poète d’Australie,  18 janvier 2010



« Bonjour Gaston, je voulais tout simplement vous dire à quel point j’ai été heureux… de pouvoir participer aux spectacles “poésie et jazz” au début de cette semaine. Cela m’a fait très plaisir de retourner au Québec et de faire partie de ces événements sympa. Merci encore d’avoir pensé à moi. Si jamais vous vous trouvez à Los Angeles, faites signe; ce serait un plaisir de vous voir “out west” !  Bien amicalement. »

Guy Bennett, poète des États-Unis, le 24 septembre 2010.


« Chers Maryse et Gaston, samedi soir ici en Belgique, chez vous midi et Trois Rivières ensoleillé par votre Festival de la Poésie: il y un an, j'y étais présent pour la deuxième fois et l'amitié reçue pendant ces dix jours me réchauffe encore le cœur…, dans mes rêves je suis de nouveau là aussi, tout près de vous deux !  Je vous embrasse. » 


Willie Verhegghen, poète de Belgique, le 2 octobre 2010.


 

« Mille merci pour tout. Tu es véritablement un MENSH. Un homme exceptionnel. Quelle chance la mienne d'avoir le privilège d'être dans ta liste d'amis… À bientôt.  Amitiés. ! »


Odelin Salmeron, poète de Cuba/Québec, le 11 octobre 2010



« De retour du Festival international de poésie de Trois-Rivières, 10 jours magnifiques! Je salue tous ceux qui étaient là, et je les embrasse. »


Francis Catalano, poète du Québec, le 12 octobre 2010



« J'en profite pour vous remercier de nouveau de m'avoir invité. Comme toujours, j'ai fait d'agréables rencontres avec des poètes de l'étranger que je ne connaissais pas. Je tiens à souligner combien le Festival est bien rodé. C'est une activité extraordinaire qui a gagné son pari de rendre la poésie accessible à tous! Bravo à vous deux! Mes salutations cordiales! »

 
Luc Lecompte, poète du Québec, le 11 octobre 2010



« J'ai beaucoup apprécié mon passage à Trois-Rivières. J'ai trouvé remarquables l'organisation et le déroulement du festival, tout aussi remarquable que la camaraderie qui s'installe au fil des jours entre les poètes, le public et les animateurs. Merci. Mes sincères félicitations pour cette réussite. Au plaisir de partager avec vous d'autres moments de complicité poétique. » 


François Guerrette, poète du Québec, le 11 octobre 2010



« J’ai beaucoup aimé la structure démocratique du festival, le contact direct avec le public, les amitiés et les contacts établis avec les autres poètes. I’m very grateful. Most impressed. It’s by far the best literary festival I have participated in. »


Beatriz Hausner, poète de l’Ontario, 10 octobre 2010



« I wanted to drop you a quick note to thank you for inviting me to the festival. I had a great time, met some fabulous people, and was treated very well by staff and volunteers. I did read one of my poems in french on my final night! Also, congratulations on the PhD. Please let me know when it is that you will be in Toronto. Hopefully I will be in town. »


Dwayne Morgan, poète de l’Ontario, le 6 octobre 2010



« Découvrir de nouvelles voix, rencontrer des gens fascinants issus de tous les horizons, investir différents lieux que je ne connaissais pas... Mille mercis pour ces moments magiques que vous m'avez offerts! Merci de votre présence infatigable et votre dévouement depuis de si nombreuses années pour la poésie, pour la faire vivre et la faire rayonner chez nous et de par le monde; pour votre accueil chaleureux et de m'avoir fait sentir chez moi! Et merci à vos collaborateurs qui ont fait preuve d'un professionnalisme et d'une gentillesse irréprochables!  Je vous embrasse avec affection. »

 

Nora Atalla, poète du Québec, le 8 octobre 2010



« Mille mercis à toi, à Maryse et à la charmante ville de Trois-Rivières. Il y a une place d'honneur pour elle dans mon cœur. Je vous embrasse très fort. »


Ana Istarú, poète du Costa Rica, le 12 octobre 2010



« Desde aquí les enviamos nuestro agradecimiento por todas las atenciones recibidas. Extiendan por favor nuestras palabras a cada uno de los integrantes del equipo. Admiración por la atmósfera que han logrado construir para la poesía. Un cariñoso abrazo. » 


Guadalupe y Efraín Bartolomé, poète du Mexique, le 12 octobre 2010


« Maryse  & Gaston, thank you, your festival is the best in the world. »


Eduardo Espina, poète d’Uruguay, 22 juin 2010



« the seventh poet to represent Australia at the world's … arguably best poetry festival. »


Philip Hammial, poète d’Australie, 10 juillet, 2010



« Bravissimo et 26000 mercis, cher Gaston, à partager avec Maryse, pour ce 26è Festival international de poésie de Trois-Rivières dont je garderai des souvenirs émus. J'ai encore les oreilles qui tintent du cliquetis du bestiaire monétaire de Derry, des mélodieux chuchotis de Ryoko "allegro ma non troppo", du poème-tango de Luisa, du pa...ys-clameur de Barnabé, et je hume encore le "boeuf bouffe malbouffe" de Francis, entre autres… Une parfaite réussite : ceux qui raffolent de poésie ont pu y être comblés, en une belle diversité offrant bien des facettes du monde, ceux qui ne l'aimaient pas — encore — ont des chances de s'y initier. »


Suzanne Dracius, poète de La Martinique, le 13 octobre 2010



« J'ai cru émerger d'un rêve, en débarquant à Paris le matin de la grande grève et de la grosse manifestation contre la réforme des retraites. En comparaison de la paisible atmosphère trifluvienne, quel contraste ! Une ville entière parsemée de poésie pendant une décade automnale aux rousseurs magnifiques : encore merci de m'avoir conviée à partager ce rêve éveillé. »


Suzanne Dracius, poète de La Martinique, le 17 octobre 2010



« …je vous écris pour remercier une autre fois de la formidable occasion que vous m'avez donnée de vivre en amitié et en poésie à Trois-Rivières. Cette deuxième expérience a été pour moi spécialement intense et heureuse, et elle me réaffirme dans le chemin incertain mais très féconde de la poésie et de l'amitié sans frontières.  Je vous embrasse. »


Renato Sandoval, poète du Pérou, 18 octobre 2010



« L’accueil chaleureux des gens dans toutes mes lectures. »


Rita Mestokosho, poète innue du Québec, 10 octobre 2010



« J’ai vraiment apprécié l’accueil et la gentillesse de toute l’équipe. »


Sylvie Bouchard, poète du Québec, le 10 octobre 2010



« C’est pas demain la veille que j’aurai l’occasion d’entendre mes poèmes lus devant 800 spectateurs »


Raymond Bozier, poète de France, 30 octobre 2010



«  Festival unique en son genre dont la portée dépasse d’emblée les quelques jours durant lesquels il se déroule. Il évolue dans un esprit de partage et d’amitié. J’ai apprécié au plus haut point l’atmosphère chaleureuse, les interventions, les échanges ainsi que la solidarité avec un public attentif, sensible et amoureux de la poésie. Bravo et longue vie au FIP. »


Nicole V. Champeau, poète de l’Ontario, 6 octobre 2010



«  Génial ! Un superbe festival ».


Annick Chauvette, poète du Québec, 6 octobre 2010



« J’ai apprécié la rigueur et l’enthousiasme de votre équipe. »


François Turcot, poète du Québec, 10 octobre 2010



« D’abord un grand merci encore une fois pour une belle expérience tout à fait réussie. Organisation impeccable. Bonne fin d’octobre et surtout bon repos, tout à fait bien mérité! » 


Lise Gaboury-Diallo, poète du Manitoba, le 13 octobre 2010



« Lieu extraordinaire de rencontres entre poètes et avec un public. »


Joanne Morency, poète du Québec, le 6 octobre 2010



« Merci.  Le Festival a été très important pour moi. C'était un espace où je suis arrivée pour apprendre, pour écouter. Merci pour m’avoir permis de montrer mon travail littéraire. Merci par l'espace poétique offert au monde. Ci-attaché, un article de presse qui a été publié dans ma ville au sujet de ma participation au Festival. »


Fadir Delgado, poète de Colombie, le 17 octobre 2010



«  Le Festival international de la Poésie est un événement marquant et rassembleur pour la région de la Mauricie qui rayonne de façon significative sur le plan international. Un tel succès repose sur la participation engagée des organisateurs, des partenaires ainsi que des bénévoles. C’est un immense privilège de vous compter parmi nos citoyens, »


Danielle St-Amand, députée de Trois-Rivières, 18 octobre 2010



« Je quitte tout à l'heure votre Maison de la poésie, et voulais chaleureusement vous remercier. Autant le festival, dans son tourbillon créatif, que le temps dans la résidence ont été d'heureux moments, propices à la vie en poésie. J'ai d'ailleurs écrit abondamment, lors de cette deuxième semaine, et espère que cela sera bientôt publié en revue, puis en livre. Des traces trifluviennes d'un passage marseillais... Sans attendre, je vous envoie un de mes poèmes écrit face à un lieu que vous connaissez bien!... Je repars à Montréal en poursuivant mon expédition. J'ai à présent très envie de revenir, y compris au Festival !  Et comme il paraît que seules les montagnes ne se rencontrent pas, on peut espérer que cela pourra se faire. Ma vitalité a plein d'idées à vous soumettre… D'ici là, j'espère qu'on se reverra, peut-être au Marché de la poésie d'automne à Paris. Je voudrais poursuivre ma découverte de festivals du monde où nous pouvons vibrer en poésie, et partir à la rencontre du public, quel qu'il soit. Cela a toujours été une ligne de conduite pour moi, et je suis ravi de voir que vous êtes sur cette même longueur d'onde. Je vous laisse un de mes livres Mandala des jours pour votre généreuse bibliothèque…  Je vous embrasse, et vous redis merci. »


Dominique Sorrente, poète de France, le 18 octobre 2010



« J'ai repris la vie parisienne avec dans la tête mille souvenirs du Festival de Trois-Rivières. Je vous félicite pour l'énorme travail d'organisation et cette belle réussite. Bravo à Gaston avec qui je partage désormais le titre de... docteur. Nous  célébrerons cela dès la première occasion à Paris. Encore une fois: merci pour tout! Je vous embrasse. Avec toute mon amitié. »

Barnabé LAYE, poète du Bénin/France, le 16 octobre 2010



« Voilà je suis bien arrivé à Paris, un peu fatigué à cause du voyage et du décalage...mais la tête encore pleine de ces superbes moments parmi vous. Merci encore pour votre accueil et bisous à toute l'équipe. Au plaisir de vous revoir toi et Gaston au Salon du Livre à Paris. Amicalement. »

Abdel-Illah Salhi, poète du Maroc, le 6 octobre 2010



« J’ai fait bon retour en Roumanie. Je n'oublierai jamais la chaleur et la générosité avec lesquelles vous m'avez accueillie. Je sui ravie d'avoir participé au Festival et d'avoir fait votre connaissance… Tout a été parfait. Je vous embrasse fort. »


Letitia Ilea, poète de Roumanie, le 12 octobre 2010



« L’ensemble de ce festival est un vrai miracle! »


Ann Diamond, poète du Québec, 10 octobre 2010



« Au nom de la présidente du Conseil, madame Lassonde, je vous remercie très chaleureusement de nous avoir ouvert la porte pour la réalisation de l’Entretien de l’Ordre avec Hubert Reeves O.Q. À voir l’auditoire suspendue aux lèvres de Monsieur Reeves, je crois bien que nous avons atteint notre objectif. Ce fut un partenariat agréable et fécond. »


Suzanne Moffet, directrice générale Ordre national du Québec, 23 octobre 2010



« Querido Gastón,  Querida Maryse.-  En mi tierra caliente, aún presente mi amor por ustedes. Llegué sin novedades. Mi familia me esperaba. Y estoy feliz, feliz, gracias a ustedes. Gracias por siempre. Espero que mi poesía haya valido el esfuerzo y la generosidad de ustedes. Y espero que recuerden siempre mi amistad.  Pronto, les enviaré el link con las bellas fotos del Festival que pude capturar. Mientras tanto mi abrazo, mi fe por volver a verlos, y mi agradecimiento, siempre. HASTA LA POESÍA, SIEMPRE.  Con Amor.»


Cristian Avecillas, poète de l’Équateur, le 15 octobre 2010



«Derry O'Sullivan…wrote to tell me how much he enjoyed the festival. I know that it has been a grand experience for me. In world poetry, you and Maryse make a difference and you have done so for many years. Congratulations... »


George Ellenbogen, poète des États-Unis, le 21 décembre 2010



« Excellent ! Merci d’organiser un festival qui permet aux poètes de se faire entendre et d’être inspirés par touts ces accents et toutes ces voix. Cela restera un événement clé dans mon travail poétique. Très enrichissant ! »


Audrey-Anne Marchand, poète du Québec, 10 octobre 2010



«  HYPERLINK "http://blogue-crg.blogspot.com/2010/10/fiptr-poesie-au-pays-de-la-sainte.html" FIPTR - Poésie au pays de la « sainte Tririverainité » !

Nous nous sommes offert une journée poésie à Trois-Rivières, mon épouse et moi, en ce dimanche qui clôturait la vingt-sixième édition du Festival International de Poésie de Trois-Rivières. 


Je répète ce que je disais l’an passé, en d’autres mots : Trois-Rivières, ville accueillante, est une ville privilégiée qui peut se targuer d’être le carrefour mondial de la poésie en Amérique du Nord. Y marcher, dans ses rues qui sentent les parfums de l’histoire, c’est comme découvrir la planète « Poème ». Planète où chaque vers, qui orne les bâtiments, pour les habiter, prend une étiquette géographique et une étiquette de langue. Étiquettes Argentine, France, Belgique, Syrie… étiquettes de partout; étiquettes française, anglaise, espagnole, arabe… étiquettes de toutes les langues, en harmonie, à faire crouler les plus récalcitrantes tours de Babel. Une ville monument pour ce qui a de meilleur dans l’humain.

Je n’ai malheureusement pas pu tout voir ce que j’aurais voulu. Nous y allions principalement pour entendre Pascale Montpetit réciter les Raymond Bozier, François Vigneault, Hélène Dorion et Jean-Marc Desgent en prélude aux Quatre Saisons de Vivaldi. Une lecture vibrante et parfaite, touchante même. Des poèmes vivement interprétés et qui rejoignaient la musique, pleinement. Cette œuvre de Vivaldi, d’ailleurs, se prête bien au jeu de la poésie, il existe au moins un enregistrement où des poèmes (plus courts) sont récités de la même façon, en Italien. 


Sans vouloir être méchant, restons francs : j’ai entendu et vu tellement de concerts de musique classique que la moindre peccadille ne passe pas inaperçu à mes oreilles. Malgré le talent indéniable des quatre solistes qui ont interprété chacune leur saison, il y a eu quelques « problèmes » d’interprétation, les passages plus intéressants à jouer obtenaient toute l’attention, je déduirais; d’autres parties, quand même rares, traversaient l’espace temporelle comme un train de marchandise traverse un beau paysage, un peu froid et sans saveur et même dérangeant pour l’oreille exercée. L’hiver est probablement le concerto qui a fait meilleure figure, très bien joué de part en part par la violoniste Marie-Josée Arpin. Malgré un deuxième mouvement joué un peu trop vite à mon goût. On rencontre nombre d’interprétations qui font, selon moi, cette même erreur. Ce mouvement où l’indication de tempo est « Largo » devrait être joué encore plus lentement. Nos métronomes indiquent un tempo entre 40 et 60 temps par seconde, mais l’effet recherché par les arpèges joués en pizzicato (une neige qui tombe doucement) profiterait grandement d’une vitesse de 30 temps par seconde. Je crois que c’est d’ailleurs le choix qu’avaient fait Michel Schwalbé et Herbert von Karajan pour leur interprétation chez « Deutsche Grammophon » (album que je me dois d’écouter de nouveau). Mentionnons aussi qu’il y a eu confusion dans l’orchestre à quelques reprises, tous n’étaient pas à la même mesure, en même temps, ce qui faisait sourire un peu…, mais il faut dire que le chef d’orchestre, occupé à tenir le clavecin de ses deux mains, faisait office de directeur « omni-absent ». Les musiciens étaient carrément laissés à eux-mêmes.


Trêve de critique, voici que dans les plus simples apparats se trouvent les moments les plus magiques : encore cette année, la maison de la culture offrait des lectures où musique et poésie s’unissent pour composer une « poésique ». Les musiciens Denis Doucet (clarinette) et Sébastien Deshaies (guitare classique) nous ont mis à l’oreille des émotions vraies et bien senties à travers les accents et les rythmes du monde où les poètes de chacune des nationalités représentées s’y reconnaissaient et souvent s’en émouvaient. La formule est géniale à mon avis. La qualité musicale a ébloui et même surpris tous et chacun. 


Mes coups de cœur poétiques pour cette année vont à Derry O’Sullivan (Irlande), qui n’avait aucun recueil disponible, malheureusement; j’aurais fait une razzia au petit kiosque de livres, près du parc à poèmes (Parc Champlain). Il nous a offert un poème monétaire zoologique typiquement canadien et savoureux, et savant de comptabilité et de valeurs hautement « écologiques »; et un autre émouvant et mystérieux poème tout en gaélique. Quelle langue ! J’espère pouvoir trouver ses livres quelque part, dans l’espace et dans le temps.


Puis Véronique Daine (Belgique, là où, outre les frites et la Belgique-même, existent les meilleurs chocolats du monde) nous a offert « R.B. », un recueil publié par les « Éditions L’herbe qui tremble ». Elle possède une écriture belle et bien rythmée, très sensible : « J’écris R.B. parce que la lumière d’ici le commande. / J’écris R.B. pour que se déploie la débâcle, / la défiguration. » On trouve dans son éloquence toute « tam-tam » une espèce de rage au fond du cœur que j’ai bien hâte de découvrir et de partager. 

Ensuite, j’ai été ému par Malak Sahioni Soufi (Syrie) et son poème « Une lune et d’autres », une poésie qui, en langue arabe, sonne merveilleusement bien, des poèmes courts comme des Haïkus, mais qui vous construisent une image d’un seul jet. Malheureusement, son recueil, où quatre langues se côtoient, est une catastrophe monumentale, en tout cas pour la partie française. Dommage, car la poète, elle, est un miracle. L’éditeur, Vision Libros, devrait faire preuve d’une plus grande rigueur… 


Finalement, Suzanne Dracius, avec son « Exquise déréliction métisse » et sa non moins exquise sensualité et assurance devant le public, a une allure bohémienne qui vous ensorcelle du premier regard. Regard qui vous a déshabillé, ausculté, analysé, etc. bref, en un mot : possédé. Avec cette poésie je tombe dans les miroirs, cette espèce de joie des réflexions où parfois on a l’impression de se trouver en face de sa petite sœur qu’on n’a jamais vue ni même su qu’elle existait. Je parle bien sûr de la poète, cette voix qui nous habite et pour laquelle nous (poètes de chair et d’os), nous nous faisons serviteurs. Cette voix qui épouse l’époux qui la découvre. Suzanne Dracius nous amène loin aux tréfonds du métissage, le fait de n’être jamais (naître jamais) de la bonne couleur ou du bon ton, d’être des exilés avant même que de naître : « Roulent polyphoniquement ces chants / Sourdent gravement de tréfonds d’îles / S’ourlent jusqu’à ces rivages / Aux abords vagues » ou encore plus profondément dans le délire de la déréliction métissée : « Mamzelle avait été faite là-bas, / Elle avait le teint chocolat / Douci de lait et de miel. » Voilà que s’introduit d’une admirable façon un autre recueil à savourer… 


Trois-Rivières, en ce temps de poésie (en d’autres temps aussi, sûrement…), vaut le déplacement. Et pour ceux qui veulent en savoir plus, aller au cœur du poème pour mieux le comprendre, pour en faire l’expérience et pour s’y découvrir soi-même, les poètes se promènent parmi vous, parmi nous, et pour la plupart, il suffit de les accoster et de leur parler pour qu’ils se confient à vous le plus simplement du monde. »

 Claude R. Giroux, citoyen du Québec, le 12 octobre 2010


« Je voulais vous remercier très sincèrement pour votre invitation au Festival, de votre accueil chaleureux et de votre confiance. J'ai passé un séjour très agréable, je garde de magnifiques moments en mémoire, et j'ai fait de très belles rencontres qui vont se prolonger...Bravo et merci encore. Je vous souhaite maintenant le repos nécessaire pour vous remettre de cette belle épreuve... Amicalement. » 

Frank Smith, poète de France, le 12 octobre 2010-10-12



« Un petit mot pour vous remercier sincèrement. Grâce à vous, j'ai passé une merveilleuse semaine. Le Festival de la poésie m'a permis de rencontrer des gens incroyables. Au plaisir de vous revoir. »


 Sylvie Bouchard, poète du Québec, le 6 octobre 2010


« Le voyage de retour s'est passé sans encombres, après la dure séparation... Le lever du soleil sur les Alpes était glorieux, d'en-haut. J'ai eu un charmant compagnon de vol, québécois de Montréal, qui connaissait Trois-Rivières comme capitale du papier plus que de la poésie. Mais le voilà averti pour l'an prochain ! Vous souhaite une belle radieuse journée... empreinte des visages qui s'éloignent, et de nos voix ardentes ! Et vous embrasse avec tout mon cœur. MERCI. »


Laurence Verrey, poète de la Suisse, le 12 octobre 2010


« I want to thank you for these wonderful days spent with you. Another thing I'd like to say that the festival has been fantastic in general and you have done a wonderful job. The participant poets are also very good, very friendly. I am very grateful for everything you have taken care of the smallest detail. I will send soon a letter about the book project on the mother. A hug for you and yet another festival. »


Malak Sahioni Soufi, poète de Syrie, le 13 octobre 2010


« On a souvent l'impression qu'il ne faut que des poètes pour faire un festival de poésie... Je sais depuis longtemps que le poète ne suffit pas...
Il faut tous ces bénévoles, ces gens qui s'impliquent, ont la patience, ont
l'ouverture d'esprit, ont la générosité suffisante pour écouter les caprices
des uns, les malaises des autres, etc. Je voudrais, par l'entremise de
Gaston, vous remercier d'avoir passé un dix jours extraordinaires à
Trois-Rivières. Je ne vous connais pas toutes et tous, et en même temps je
ne voudrais oublier personne, sachant d'avance qu'il y aura des noms que ma
mémoire aura échappés entre deux Zénob et quatre autres lieux de lecture et
d'animation poétique: je pense et embrasse Céline (à qui je dois tant), à
Claire, à Magali dont la fille est aussi belle que la mère, à Danielle, à
Maryse qui m'a si souvent encouragé à écrire sans qu'elle le sache (mon
poème "Hiver" est à toi Maryse), à Gérald qui me donne si souvent le sens de
ma propre voix, enfin, à Gaston, le messager momentané de ce mot de
remerciements, sans lequel je ne serais pas ce que je suis devenu. Je vous
salue bien bas, bien humblement pour tout ce que vous avez réalisé dans les
derniers mois, les dernières semaines. Je vous embrasse pour vous dire un
grand, grand merci!"  Voilà Gaston! Un merci privé, rien qu'à toi, sans public. Reçois toute mon amitié profonde. » 


Jean-Marc Desgent, Québec, le 12 octobre 2010


« Bonjour Maryse, bonjour Gaston je n'ai pas eu le temps encore de vous remercier par écrit. Le lendemain du jour de l'Action de Grâce, je recevais de la visite d'Italie. Ce petit mot pour vous dire que j'ai vécu un merveilleux Festival, du début à la fin. La programmation était faite sur mesure pour un lauréat et je vous en remercie de tout cœur. Si à Trois-Rivières j'ai été aux anges pendant dix jours, avec l'annonce du GG hier, je suis aux oiseaux... Vous embrasse. » 

Francis Catalano, Québec, le 13 octobre 2010

« Je voulais simplement vous remercier - avec quelques jours de retard ! - pour votre appui tout au long de la mise sur pied de la soirée jazz-poésie, qui fut, selon mes sources (!) fort réussie. »

André Magny, Centre de la Francophonie des Amériques, 23 juillet 2010


«  He sabido del magnífico Festival de poesía que celebran y me gustaría poder acompañarlos en alguna convocatoria. Adjunto a este mensaje mi ficha y una selección de poemas recientes. Quedo a la espera de acuse de recibo y oticias. Ojalá podamos vernos pronto. Abrazos. Siempre. »


Luis Fernando Afanador, Colombie


« J'ai eu le privilège incroyable de participer à cette édition du Festival International de la Poésie à Trois-Rivières. Je voulais vous remercier énormément de m'avoir permis de vivre ces moments uniques pendant quatre jours et quatre soirées. Je veux absolument féliciter la direction de cet événement et tous ceux et celles qu'y ont collaboré pour le rendre si bien organisé, si agréable à vivre. Gaston Bellemare begin_of_the_skype_highlighting     end_of_the_skype_highlighting, Stéphane Despatie et bien d'autres dont je connais seulement leur prénom. Spécialement la madame nommée Claire et qui m'a conduit avec une gentillesse incroyable à une de mes activités. Ainsi que l'enseignante Caroline Ricard. Wow. Quel accueil et dévouement. Il y aurait tellement à dire et à écrire en forme de louanges! TOUT LE MONDE a été « hallucinement » gentil et professionnel. Je me suis cru dans un conte de fées. Je vous le jure! Je reviens à la maison chargé d'humilité et d'une énergie fabuleuse que m'ont transmis les autres poètes que j'ai eu la chance de rencontrer. Je resterai longtemps dans un état d'émerveillement proche de celui d'un enfant qui vient de recevoir son cadeau le plus précieux en temps de Noël. Merci encore et encore. Bonne fin de Festival qui est une superbe réussite et la preuve tangible de que la poésie est bel et bien vivante. Bravo à Trois-Rivières pour être si fière de la culture et pour son affichage poétique de grande classe sur ses murs. WOW! Bien à vous. »


Odelin Salmeron, poète de Cuba/Québec, le 6 octobre 2010


« … je voudrais te dire combien je suis reconnaissante de cette opportunité que tu m’as donné de pouvoir aller au Salon International du livre de Québec, de connaître cette ville et de vivre la poésie tel que tu le fais: c´est magique de lire debout et d´écouter ses poèmes en français. »


Gaëlle Le Calvez, poète du Mexique, 16 avril 2010


« Je tiens à vous féliciter chaleureusement suite au succès retentissant de la 25e édition du Festival International de la Poésie. Ce festival se distingue sur la scène culturelle internationale et contribue de façon significative à perpétuer et à rehausser la développement de la culture de notre ville. Cet événement annuel, qui fait briller notre région à travers le monde, est une grande fierté pour la ville de Trois-Rivières. En cette année du 375e anniversaire de la ville, ce 25e anniversaire du Festival a ancré davantage son titre de Capitale de la poésie… »


Danielle St-Amand, députée de Trois-Rivières, le 26 octobre 2009.


« Merci infiniment de votre chaleureux accueil, lequel est maintenant légendaire. Vous faites tellement de bien à la poésie en lui offrant cette merveilleuse vitrine qu’est le FIPTR. Comme nous sommes chanceux, nous les poètes, d’avoir ce magnifique festival, de pouvoir échanger avec les gens, de rencontrer des poètes venant de partout. C’est tout simplement extraordinaire.
Je suis très content de ma semaine, de tout l’amour que j’ai reçu. J’en suis profondément touché. Je vous souhaite une très belle fin de festival ce soir…
Vive la poésie. Et longue vie au Festival. (Ce serait génial si je pouvais y être pour le 50e!!!! On a le droit de rêver, n’est-ce pas!). Je vous embrasse bien tendrement. »


Jean-Paul Daoust, poète du Québec, 11 octobre 2009



« Il y a 8 ans jour pour jour, je tombais en amour avec Trois-Rivières et son Festival de la poésie »


Robert J. Mailhot, médecin-poète du Québec, 3 octobre 2009


« Querido Gastón: ya de regreso a Buenos Aires, te escribo para decirte que lo pasé hermoso en Trois-Riviéres. Muchas gracias a vos y a la encantadora Marisé. Cariños a todas tus colaboradoras. Fue una experiencia gratificante. »

 

Gracilea Araoz, poète d’Argentine, le 25 octobre 2009


« This gives me an opportunity to thank you for the invitation to the festival… So many thanks. The Festival was what I expected, more in fact, surpassing even my glowing memories of the one I attended ten years ago. I enjoyed the other poets—both their poems and their enthusiasm, the audiences were responsive. All in all it was the most satisfying festival I’ve attended.”


George Ellenbogen, poète des États-Unis et du Québec, le 15 octobre 2009


« Juste un petit mot pour vous remercier de votre invitation. Les moments que j'ai passés à Trois-Rivières au cours de ce 25e FIPTR furent de pur plaisir. J'ai autant apprécié votre organisation bien rodée que la gentillesse et la disponibilité du personnel, bénévole ou non. Ce fut aussi pour moi l'occasion de rencontrer des poètes que je ne connaissais pas ou que je n'avais pas revus depuis longtemps. Encore merci et bonne fin de festival. »


Alix Renaud, poète de Haïti-Québec, 10 octobre 2009


« Il y a 8 ans jour pour jour, je tombais en amour avec Trois-Rivières et son Festival de la poésie »


Robert J. Mailhot, médecin-poète du Québec, 3 octobre 2009


« Grand merci de cet écho montréalais. Et je suis très heureux et fier d'avoir fait partie des  "coups de coeur" de R D Giroux. Je suis bien revenu en tout cas dans mes terres poitevines, les yeux encore éblouis de toute la ferveur de Trois-Rivières. Encore une fois grand merci à toi, à Maryse, à tous. Je prépare un long compte-rendu pour Larochellivre… »


Jean-Claude Martin, poète de France, le 15 octobre 2009


« Quelque peu revenu de mes émotions et déplacements, je profite de ce vendredi après-midi pluvieux et maussade pour vous redire mes remerciements et vous féliciter pour 25 ans à construite patiemment un édifice qui est tout à votre honneur et à l'honneur de la poésie d'ici et d'ailleurs. »


Herménégilde Chiasson, poète du Nouveau-Brunswick, le 16 octobre 2009


« Je tiens à vous remercier tous les deux de m’avoir invitée au 25ème anniversaire du Festival international de poésie. C’est un privilège et un immense plaisir que d’avoir pu participer à l’événement. Encore une fois, j’ai trouvé l’expérience riche et nourrissante, à la fois pour l’écriture et pour moi plus personnellement. J’ai revu des poètes que j’avais rencontrés quelques années plus tôt, j’ai rencontré de nouvelles voix et cela aussi fut un plaisir. Je vous remercie sincèrement pour le travail précieux que vous faites pour la poésie québécoise et du monde. Merci à votre équipe pour l’organisation et le très bel accueil qu’on nous fait. Au plaisir et très bel automne à tous les deux! »

 

France Mongeau, poète du Québec, le 15 octobre 2009


« Quinze jours après la fin de la tempête du Festival, j’aimerai croire que vous êtes déjà un peu plus tranquilles... Je veux seulement vous dire un grand merci et un grand bravo ! Merci pour m’avoir invité, pour avoir compté sur moi pour  de très bonnes lectures, pour avoir pu rencontrer autant d’amis, pour m’avoir si bien soigné (gâté, peut-être). Et bravo ! Pour ce Festival –unique dans le monde–, difficile à raconter si on n’y est pas venu. Votre énergie et votre empathie sont contagieuses : pas comme la grippe A, mais comme la poésie elle-même. Je suis très content de vous avoir connu et d’avoir vu votre  travail infatigable et de qualité. Vous savez qu’à Barcelone vous avez un vrai ami à votre disposition. »


Antoni Clapès, poète de Catalogne/Espagne, le 28 octobre 2009


« Quelques mots flottent en moi depuis mon retour à Montréal, après ces trois splendides journées de poésie à Trois-Rivières: douceur, générosité, complicité, intelligence. Quel Festival! À la fois universel et tout chaleureusement intime. Depuis mon retour, je n'ai qu'un besoin, qu'un désir: écrire. Et je cherche encore les bonnes phrases pour vous remercier de tout cela. Tendresses vastes. »


Denise Desautels, poète du Québec, le 17 octobre 2009


« un grand merci à toi et Maryse pour l'invitation au FIP. Ce fut une réussite. J'y ai fait de belles rencontres. Dommage que le soleil n'était pas de la partie. Au plaisir de vous revoir. Hélène et moi vous embrassons.  Amitiés.. »


Anthony Phelps, poète Haïti-Québec, le 19 octobre 2010.


« Une semaine magique avec vous et tous les gens de Trois-Rivières que j’ai rencontrés; un baume au cœur pour longtemps. Je vous embrasse. »


Erwann Rougé, poète de France, le 11 novembre 2009


« Bonjour Maryse, bonjour Gaston, Je voulais simplement prendre quelques instants pour vous féliciter pour cette 25ième édition. Vous faites des trifluviens, de véritables poètes... Lors de notre retour à la maison, mon fils de 6 ans a entendu une publicité radiophonique du festival, et me posa la question suivante:  "Moi, je sais c'est quoi la poésie ! Tu sais c'est quoi la poésie, papa ?"  "La poésie, c'est ce qu'on aime ! " 

Philippe Beauchesne , 6 ans  Bravo encore !


Jean Beauchesne, citoyen de Trois-Rivières, octobre 2009


« Merci à vous de nous avoir envoyé de gentils poètes. Nous leur avons donné des recueils de poésie créés par nos étudiants. Ils ont apprécié. Félicitations à toute votre équipe et longue vie à votre Festival… »


Denise Ferland, Collège de Shawinigan, octobre 2009


« La Promenade de la Poésie. Quelle bonne idée… déjà. En plus, 100 nouveaux poèmes du monde ! Salutations. »


Maurice Richard, maire de Bécancour, septembre 2009



« Merci pour tout! C'était fantastique, et puis j'ai redécouvert beaucoup plus de choses québécoises de mon enfance et plus tard dans ma vie au Québec, que 

je pouvais imaginer... Au revoir. »


Jan Conn, poète des États-Unis et du Québec, le 14 octobre 2009


« SINCÈRES REMERCIEMENTS pour le beau moment passé "en poésie" au restaurant FOUR À BOIS hier midi, 6 octobre.  Ce fut de la part - de tous et toutes - très apprécié !  Au plaisir de vous revoir dans une prochaine édition, et d'ici là, je vous souhaite une très belle finale de cette 25e édition !! »


Jean-Marc Descôteaux, agence de  voyages AMARRAGES sans frontières, octobre 2009


« Merci et encore merci. C'était une semaine inoubliable et pleine d'inspiration. Amitié »


Sejer Andersen poète du Danemark, octobre 2009


« Ce courriel pour vous remercier encore une fois de la chaleur et du professionnalisme de votre accueil. J’ai pris grand plaisir à séjourner à Trois-Rivières où tout s’est magnifiquement déroulé grâce à votre organisation sans défaut. Je garde le meilleur souvenir de cette dizaine de jours, qui m’a en outre donné l’occasion de rencontrer des écrivains avec qui je me suis désormais lié d’amitié. Grande expérience, donc, et pour laquelle je vous demande aussi de réitérer tous mes compliments à l’équipe dont vous étiez entourés. »


Christophe Van Rossom, poète wallon de Belgique, le 17 octobre 2009


« Merci encore pour ce festival TRès spécial. »

 
Jangbu (Dorje Tsering CHENAKTSANG), poète du Tibet, le 22 octobre 2009


« …je ne suis pas encore tout à fait revenue de mon séjour de Trois-Rivières et de l'enchantement de ces douze jours. Le festival fut parfait, la fatigue que je ressens encore rappelle les marches à travers Trois-Rivières pour rejoindre un auditoire prêt à  s'ouvrir et accueillir nos voix et nos textes et cette générosité trifluvienne a toujours été un stimulant, accroissant mon désir de donner encore plus… »


Julienne Salvat, poète de La Réunion, 21 octobre 2009


« …un très grand merci pour ce festival qui est toujours réussi et qui réunit les poètes du monde entier ! merci pour cette invitation et pour cette occasion que vous m'avez procure de pouvoir lire mes poèmes devant un public si enthousiaste. Mes amitiés pour toi et pour Gaston »


Sabah Zouein, poète du Liban, le 18 octobre 2009


« Je suis particulièrement enchanté d'avoir été invité à participer à la 25ème édition du Festival international de poésie de Trois-Rivières (FIPTR) et je tiens à vous en remercier de tout cœur. Durant trois jours d'intenses activités, j'ai beaucoup apprécié : a) la belle et conviviale hospitalité des organisateurs et animateurs du FIPTR; b) le haut niveau de professionnalisme de l'organisation du FIPTR; c) la variété des récitals et autres rencontres, qui ont permis aux voix plurielles de la poésie de s'exprimer. Je suis également ravi de l'ambiance festive d'un tel événement, qui conforte l'hospitalité trifluvienne et contribue à donner à Trois-Rivières, au motif de la poésie, une personnalité culturelle singulière au Québec. J'ai eu du plaisir à échanger avec nombre de poètes de tous horizons, y compris ceux du Québec que je n'ai pas le bonheur de rencontrer plus souvent (Bruno Roy, Stéphane Dépatie, Jean-Paul Daoust, Alix Renaud, Yves Préfontaine, etc.) Avec mes remerciements renouvelés, je vous prie d'agréer l'expression de mon amitié sur l'archipel de la poésie.

 
Robert Berrouët-Oriol, poète d’Haïti-Québec, le 20 octobre 2009


« Voici ces quelques mots de Paris pour…vous remercier pour ces beaux moments que vous nous avez permis de vivre. Je t’embrasse ainsi que Gaston. Et d’ici nos prochaines retrouvailles, portez-vous bien. »


Seyhmus Dagtekin, Kurdistan turc, octobre 2009


« Thank you for inviting me to the 25th. Festival International de la Poésie. I want to tell you how much I enjoyed being there, representing Columbia Britannique (or Columbia Canadien, as one Quebecer said it should be called). I thought the entire festival was extremely well-organized, and was delighted, not only with how smoothly everything ran, but with the opportunity to meet so many interesting writers from all over the world, which was made easy by the fact that we read with different people in different venues, and by the fact that we all stayed in the same hotel. Again, my sincere thanks and appreciation for such a wonderful experience. » 


Anne Swannell, poète de la Colombie-Britannique, le 21 octobre 2009


«… je tiens une fois de plus à vous remercier pour cette invitation et toutes les promesses d’ouvertures qui se profilent dans mon ciel littéraire… En somme, ce séjour au Québec a été pour moi plus que fructueux, et c’est grâce à vous. » 


Sophie Hedi Kamm, poète du Burkina Faso, le 31 octobre 2009


« Oui, ma chère Maryse, c'était de nouveau une grande fête, surtout pour les poètes qui ont trouvés grâce à vous à Trois Rivières le royaume de l' amitié et de la chaleur humaine, deux éléments qui nous manquent souvent dans la vie ! Et puis: la poésie, omniprésente, très vivante, de tous les coins du monde.

Il y a juste une semaine j'avais une lecture dans le parc près de l' hôtel de ville, vous y êtes venu avec votre cher Gaston: ça me rend quand même un peu triste quand je pense à ces moments merveilleux, crois moi. Mais je me sens surtout très heureux parce que vous m' avez donné cette belle occasion de participer de nouveau à votre Festival, j' espère que vous n'avez pas eu trop de problèmes après lundi et le départ des derniers poètes (on ne sait jamais avec les avions et tout ça), j'en suis sûr que vous êtes déjà en train d' organiser le 26e festival ! »


Willie Verghegge, poète de Belgique-Flandres, octobre 2009


« J'ai vécu des journées magnifiques au festival de Poésie. Cet événement est une rencontre extraordinaire de la poésie et des poètes entre eux, entre elles, et avec le public. J'ai baigné dans l'atmosphère de la poésie comme jamais auparavant. J'ai apprivoisé le grand Jean-Paul D. fraternisé avec José Acquelin passé des heures avec Erwann, mangé avec mon ami Michel Pleau, échangé des livres avec Christian Violy, discuté avec Martine Audet, connu Isabelle G.Labine, adoré Julienne S. traduit Giovanni et Maria, partagé de très beaux instants avec mon amie Agnès. Rencontré le public, j'ai ri, j'ai été profondément touché. J'ai surtout écouté la poésie de toutes races, de toutes beautés, de toutes sagesses, tous les jours, tous les soirs jusque tard dans la nuit. Ouf! Je vous remercie de tout cœur d'être le cœur de ce rendez-vous où je rêve de retourner. Merci aussi à Danielle Cantin. »

 

Normand Génois poète du Québec, octobre 2009



« Maintenant que le festival est terminé, j'aimerais vous remercier, vous et Gaston, pour l'excellente organisation qui a permis de rendre mon séjour (et celui de nombreux autres poètes) des plus agréables et fructueux. J'ai maintenant le désir de mieux connaître l'oeuvre poétique d'André Brochu, de France Mongeau, de Jean-Marc Desgent et de Pierre Ouellet, pour n'en nommer que quatre. Merci encore. »

 
Peter Richardson, poète du Québec, octobre 2009


« merci beaucoup pour l'invitation de participer au Festival International de la Poésie.  C'était une expérience merveilleuse.  Sans doute c'était le meilleur festival que j'ai fait des lectures pendant quarante-cinq années et j'espère qu'il me sera possible d’y revenir. »


Seymour Mayne, poète de l’Ontario, le 10 novembre 2009


« ce festival est unique au monde »


Amine Laourou, président du festival international de poésie de Cotonou 

(Bénin) 27 novembre 2008


« Enjoyed your company immensely, may you continue to inspire the world.
 Cheers.»


Les Wicks, poète d’Australie, 26 janvier 2009


« Toi et Maryse faites un travail d’amour magnifique. »


Rosa Alice Branco, poète du Portugal, 6 décembre 2009


« Cher Gaston, à mon avis, c'est un bien bel hommage à toi, à ton travail et aussi au meilleur festival de poésie du monde… »


Flor Aguilera, poète du Mexique, 11 février 2009


« La vie de poète n’existe qu’à Trois-Rivières entre l’écume rase d’une bière, deux lectures et des amitiés qui naissent comme des tatouages sur la peau »


Jacques Küpfer, poète de Suisse, 15 novembre 2008


« Chers Maryse et Gaston et toute l'équipe du Festival, merci beaucoup pour l'envoi des adresses des poètes. Magnifique cadeau de Noël. Je garde un souvenir émerveillé tout à fait intact de mon séjour chez vous…vous souhaitant de continuer à développer aussi brillamment et dans la bonne humeur cette magnifique RENCONTRE annuelle autour de la poésie et de la fraternité entre les peuples.»


Louis Bertholom, poète de la Bretagne (France), 16 décembre 2008 et 6 janvier 2009


« Merci à vous deux,  pour le chant poétique toujours renouvelé et pour le cœur simple et beau de la vie qui bat dans toutes les langues que vous nous faites découvrir et partager. »


Anne Peyrouse, poète du Québec,  16 octobre 2008


« … je suis plein d'énergie et de joie avec ce que j'ai vécu par chez toi. je t'en remercie mille fois. Compte sur moi pour en faire la promotion et, j'espère un jour revenir passer ces dix jours uniques de sincérité, de qualité, de nouveauté. »


Nicolas Kurtovitch, poète de la Nouvelle-Calédonie, 16 octobre 2008


« C’est l’un des plus grands festivals annuels de poésie au monde…  La poésie est non seulement omniprésente, mais très variée… avec une écoute toujours exemplaire… À Trois-Rivières… seule comptait la Poésie, laquelle nous a baignés de sa lumière et nous a enivrés de la plus belle des musiques : celle des mots. »


Gary Klang, poète haitien-québécois, 21 octobre 2008


« Comment vous remercier pour tant de bonheur ? Une convivialité, une fraternité que je n'ai rencontrée nulle part ailleurs. Des rencontres passionnantes, des poèmes magnifiques, et puis l'oubli de la laideur du monde. Je tiens aussi à vous dire toute mon admiration pour votre organisation qui fonctionne à la perfection.  Bravo !  Vous m'avez permis de mettre en pratique un de mes vers que j'aime citer comme une sorte de commandement poétique : « NE LAISSE JAMAIS LA POÉSIE DU MONDE DEVENIR   PROSE ! » Avec vous, jamais la poésie du monde ne pourra devenir prose. MERCI. Avec toute mon affection. »


Gary Klang, poète haitien-québécois, 13 octobre 2008


« …je veux vous remercier encore une fois pour ce festival remarquable que vous avez organisée pour nous et qui n’existe nulle part ailleurs dans ce monde -- son atmosphère, les rencontres avec les lecteurs et les amis-poètes. Il sera pour moi le modèle à suivre, la définition même d’un festival de poésie. Maintenant, je travaille sur l'anthologie des poètes du Québec -- j'espère votre aide et votre attention pour ce travail. Et si ce livre voit le jour, alors nous ferons encore une grande fête! Je vous embrasse. »

Mikhail Yasnov, poète de Russie, 15 octobre 2008


« Encore sous le charme de votre pays, je vous envoie ce petit message de remerciements pour m’avoir permis de travailler dans des conditions merveilleuses. Des gens d’une richesse intérieure magnifique et une organisation remarquable… Je pense faire une pré - sélection des poètes et puis faire un montage pour vous (le Festival)… BRAVO à Maryse pour son professionnalisme et sa douceur. Je pense aussi à tous les bénévoles, j’ai également remercié les gens de la Bibliothèque pour leur participation active au projet. »

Marie-Hélène Audier, cinéaste de France, 21 octobre 2008


« Impeccable dans son organisation, le Festival International de la Poésie de Trois-Rivières vient rompre la solitude du poète en le mettant en contact avec ses pairs du monde entier ainsi qu'avec les lecteurs. Les activités attirent de plus en plus de participants puisqu'il s'agit ici d'écoute active. J’ai même vu des salles combles. La poésie ne serait pas ce qu'elle est sans le FIPTR. Un succès ! Un vrai! »


Louis-Philippe Hébert, poète du Québec, lauréat du Grand Prix Quebecor du Festival International de la Poésie 2008, 12 octobre 2008



« Événement d'envergure, très bien organisé et très enrichissant. Les lectures dans les restaurants sont très chaleureuses, les ateliers d'écriture bien pensés. Il y a aussi une dimension sociale intéressante : je pense à la rencontre avec des analphabètes au café Bucafin ».


Corinne Larochelle, poète du Québec, 12 octobre 2008


« Plein d’émotions, une grande richesse verbale. Une exigence tout aub long du festival. Je ressens déjà une certaine forme de nostalgie de m’en aller. Merci à tous. »


Louis Bertholom, poète de France, 12 octobre 2008



« C'était extraordinairement bien organisé. Merci à toute l'équipe du FIPTR !!!… Merci de m'avoir fait monter sur scène 6 fois -j'adore cela. J'en voudrais encore. Je trouve extraordinaire de sentir les réactions du public lorsqu'on fait une performance sur les planches. Encore merci de m'avoir donné cette chance »


Geneviève Morin, poète du Québec, 12 octobre et 29 novembre 2008



Le festival, c’est une merveilleuse aventure. Je suis ravie d’avoir été invitée et je vous en remercie. Longue vie au festival ! »


Diana Lichy, poète du Venezuela, 12 octobre 2008



« Ce festival est un lieu de rencontre unique. Il représente une chance inestimable pour le poète de rencontrer des poètes, de lire devant un public très attentif. C'est la troisième fois que je participe, c'est pour moi une façon de me ressourcer et de faire de précieuses découvertes ».


Danielle Ouanès, poète du Québec, 12 octobre 2008



Je n'ai jamais participé à un événement aussi riche de rencontres et de « qualité et de professionnalisme ! Bravo encore ».


Romain Pollender, poète du Québec, 12 octobre 2008



« Tout s'est déroulé comme prévu et l'organisation était impeccable !Les organisateurs étaient très accueillants et très prévenants ».


François Vigneault, poète du Québec, 12 octobre 2008



« De mon tout, tout ému, je vous remercie pour tout ».


Pierre-Raphaël Pelletier, poète de l’Ontario francophone, 19 octobre 2008



« Merci vivement pour tout. Ce fut pour moi aussi un moment de bonheur et de fraternité poétique. Bravo à Maryse et toi... Je te dis encore merci des ces jours inoubliables passés à Trois Rivières. Je vous embrasse »

  

Nicole Gdalia, poète de France, 8 octobre 2008



« Quel beau festival! L’accueil si chaleureux, l’écoute impeccable. Bref! Je reviens enchanté, malgré ma grippe qui s’accroche! »


Jean-Paul Daoust, poète du Québec, 14 octobre 2008


« Je suis revenue vraiment enthousiasmée par l'aventure et je ne peux m'empêcher de vous écrire avant de me remettre à l'ouvrage... Votre festival m'a remuée. Il y a un aspect performatif extraordinaire dans « la technique du homard et de l'eau bouillante » : un contexte différent  à chaque présentation qui nous oblige: à se donner pour vrai  de façon, chaque fois renouvelée, à expérimenter, à écouter notre cœur. Je vous remercie sincèrement.  Votre festival est vraiment exceptionnel et professionnel. De plus, Trois-Rivières est une ville magnifique et conviviale qui permet cette rencontre si précieuse entre l'art et la communauté. Mille fois bravo! »


Nathalie Derome, poète du Québec, 14 octobre 2008



« J’espère que vous allez très bien après ce formidable Festival que vous nous avez donné. D’abord un grand merci pour m’avoir invitée. Cela a été très enrichissant de rencontrer d’autres confrères, de partager de moments forts. D’autre part, c’était super bien organisé, et cela vaut dire qu’il y avait un travail énorme en amont. Merci pour votre gentillesse et pour votre patience éprouvée. »


Diana Lichy, poète du Venezuela, 16 novembre 2008.


« Comment dire avec des mots les sensations vécues pendant ce dernier Festival. Ce fut pour moi la joie profonde de faire à nouveau partie de cette grande famille, de m'y sentir de nouveau si bien, si, si bien que le départ est toujours difficile, comme un arc-en-ciel qui s'estompe à l'horizon et nous laisse les mains vides... Merci pour les belles rencontres, merci de m'avoir donné une fois encore l'occasion de dire (car est-il plus grand plaisir, après celui d'écrire?) dans des lieux que j'aime, et merci par-dessus tout de votre accueil si chaleureux - puisque l'on a l'impression que vous êtes si disponibles, que vous êtes là juste pour chacun de nous. Bravo aussi pour l'organisation impeccable. Ah, je vous le dis, les mots sont bien petits... À bientôt... J'espère ».


Danièle Ouanès, poète du Québec, 13 novembre 2008


 

 « Merci pour la photo. Merci encore pour l'invitation, ce fut revigorant pour le moral. J'ai fait de biens belles rencontres… Victor Sosa… veut même m'inviter chez lui au Mexique pour des tournées de lectures… La dessus, Merci encore à toute l'équipe. Longue vie au festival et bonne continuation!
Amitié »
 
Romain Pollender, poète du Québec, 15 octobre 2008



" Merci encore… pour ce magnifique festival….Embrasse Maryse de ma part et sois assuré de ma vive et fidèle amitié. »


Bruno Doucey, poète de France, 15 octobre 2008


« Je vous remercie, toi, Maryse, et tous tes collaborateurs et collaboratrices pour ce magnifique séjour à Trois-Rivières et de m’avoir permis de participer à un festival inoubliable (belles rencontres).Salutations chaleureuses »


André Roy, poète du Québec, 15 octobre 2008



« mon séjour à Trois-Rivières m'a tellement inspiré. je croyais, après toutes ces lectures, prendre un petit répit. mais non, me voilà reparti pour un autre recueil… je dois t'avouer que je me sens très aérien depuis un mois, que je pense à vous, Maryse et toi, très souvent et avec beaucoup d'affection, que j'essaie de faire de l'ordre dans toutes mes entreprises. Le FIPTR a été pour moi un moment de grâce, et ce grâce à vous... »


Louis-Philippe Hébert, poète du Québec, 15 novembre 2008



« à toute l'équipe : la 24e édition du FIPTR fut grandiose. Bravo et merci à tous. »


André Chamberland, participant de Lévis, 14 octobre 2008



« Bonjour vous deux! Juste un petit mot pour vous remercier du beau festival. J'ai passé de très agréables moments à Trois-Rivières! Reposez-vous bien, là! À bientôt! »


David Wormäker, poète du Québec, 16 octobre 2008



“I performed 2 readings and had the opportunity to meet poets from all over the world. An important aspect of this festival was the exchange of ideas and the establishment of international contacts. Thank you!”.


 Asa Boxer, poète du Québec, 12 octobre 2008


« Excellente organisation et très grande expertise des membres de l'équipe du Festival International de Poésie de Trois-Rivières. Participation de qualité des partenaires; très grande et efficace promotion ».


Yves Alavo, poète du Sénégal/Québec, 12 octobre 2008


Nous sommes restés séduits. L'organisation est au niveau vraiment enviable et quasi introuvable dans les activités similaires du vieux monde. Les horaires sont observés à la merveille. Mais la chose peut-être la plus importante c'est l'attention même l'adoration avec lesquelles le public des Trois-Rivières accueille la poésie sonore sans distinction d'aucun titre de noblesse inné ou acquis. »,

Alexei Berdnikov, poète de Russie /Québec, 12 octobre 2008


« Le Festival de Poésie de Trois-Rivières est très bien orchestré. Il y a de nombreuses activités et elles sont diversifiées: musique et poésie / cinéma et poésie par exemple. C'est un moment privilégié pour rencontrer d'autres poètes et amateurs de poésie, de faire entendre sa voix et entendre celle de la relève ainsi que celles des poètes reconnus… « .


Geneviève Blais, poète du Québec, 12 octobre 2008




« J’ai pu faire de belles rencontres avec des poètes autant étranger que d'ici. La qualité des poètes était de haut niveau. Le public avait une écoute exceptionnelle. Le festival est un lieu qui favorise les échanges, les projets, les ponts au niveau international. L'organisation de ce festival est vraiment exceptionnelle ».


Corinne Chevarier, 12 octobre 2008



« L'équipe du Festival International de Poésie accueille les poètes avec chaleur et générosité. Les divers évènements favorisent des rencontres privilégiées entre poètes et entre poètes et amateurs de poésie. On ne peut qu'être impressionné et reconnaissant. Des liens se créent, des amitiés se nouent. Longue, Longue vie à ce festival qui est au seuil de ses vingt-cinq ans. »


Margaret Michèle Cook, poète de l’Ontario, 12 octobre 2008


« Je participe au Festival International de Poésie de Trois-Rivières depuis 1995. Et je constate que chaque année, le festival attire de plus en plus de gens. Les  activités se multiplient et se diversifient pour le plus grand bonheur du public et des poètes invités. C'est une occasion extraordinaire de voir une ville entière vibrer au rythme des poèmes de tous horizons. Bravo au FIPTR ! »

Monique Deland, poète du Québec, 12 octobre 2008



« Très bon niveau de qualité de l'ensemble des poètes
Écoute exceptionnelle du public. Lieu privilégié pour rencontrer des poètes canadiens et étrangers. Favorise les échanges et les ponts, les échanges et les invitations. Améliore nos connaissances du genre ».


Stéphane Despatie, poète du Québec, 12 octobre 2008




« Très professionnel et de qualité. Cet événement est unique et plus qu'important pour la culture québécoise ».


Alexandre Faustino, poète du Québec, 12 octobre 2008



« Rencontrer tous les poètes et les gens d'ici et s'ailleurs et de parler, pour apprendre plus sur  leurs régions du monde. Très enrichissant ! ».


Eva Cox, poète de la Belgique flamande, 12 octobre 2008



« La richesse humaine et poétique du festival ».

Bruno Doucey, poète de France, 12 octobre 2008


« Merci et au plaisir de vous revoir au Festival. Je suis déménagée ici pour cet événement, alors c'est certain que j'y serai. »


Linda Carter, 23 septembre 2008


« Me voici de retour, le corps encore couvert de fatigues nées de ces dix jours intenses, alors que s'allument depuis hier dans ma mémoire, le souvenir des instants d'or que je viens de vivre dans le bain de ce bonheur d'être qui règne sur votre terre sous la bannière de la poésie.  / L'évidence poétique s'est révélée d'emblée dans le merveilleux de la rencontre des cultures, celle de la Catalogne, celle de l'Australie, du Mexique, de la Belgique, de la Guinée, de la France, du Congo, ... L'éclat d'une vive lumière du monde en douze jours ! / Et le poète que je suis, sait désormais que tous les chemins de la quête mènent à Trois rivières, chose que les trifluviens ont compris depuis longtemps, eux qui savent écouter dans le parfait silence, la parole qui féconde l'essentiel et qui aide au cheminement. / Maryse et Gaston, je voulais vous dire que pendant ces quelques jours de rencontres et de lectures, mon âme s'est accomplie. Avec une immense satisfaction. /Merci à vous deux, merci à toute votre équipe dont le dévouement a été sans faille, merci de votre accueil. Toute mon amitié et mon grand souvenir. »


Gabriel Okoundji, poète du Congo, 10 octobre 2007




« Bonjour M. Bellemare, Comment allez-vous? Après ce fabuleux Festival, j'imagine que vous profitez d'un repos bien mérité, à moins que vous ne soyez déjà dans l'organisation du prochain...! Je voulais vous remerciez de m'avoir invitée à participer à ce festival, il m'a non seulement fait connaître des poètes de nombreux autres pays, mais il m'a en plus rapprochée des poètes de ma région, que je connaissais de nom sans toutefois avoir eu l'occasion et la chance de les rencontrer. Ce regroupement aura, pour ma part, permis de souder des liens amicaux, car ce qui nous unissait avant toute chose est sans aucun doute notre amour de la poésie. Pour ce cadeau précieux, je vous remercie. J'ai particulièrement été touchée par ces gens qui ont connu la guerre. Que ce soit des poètes, en chair, en os et en verbe, qui le racontaient, eut sur moi un profond impact que des livres, bien qu'admirablement écrits, n'auraient peut-être pas eu. J'ai reconnu ma chance de vivre ici. Trois-Rivières vit désormais dans mon cœur, son Festival extraordinaire aussi. Je serai heureuse d'y être ré-invitée, et de me retrouver dans ce lieu inspirant, stimulant et chaleureux, où les routes se déroulent comme un long poème durant plus d'une semaine, pour ce voyage dans la gamme des émotions…. »

 

Frédérique Marleau, poète du Québec, 16 octobre 2007



« Quelle joie, ce fut pour moi de pouvoir participer à ce festival de très grande qualité. Si je n'avais pas eu à donner des ateliers de création à Laval, j'y serais restée jusqu'à la toute fin. Trois-Rivières est le lieu idéal permettant cette rencontre de poètes des 4 coins du monde. Quelle ville propice à la poésie.  J'ai apprécié  l'organisation très professionnelle et l'accueil très chaleureux de madame Maryse Baribeau ainsi que toute l'équipe qui l'entourait. Les lieux : que ce soit l au Resto -Bistro St-Germain, au our à bois et plus particulièrement au Zénob étaient très favorable à la lecture des textes. J'ai aimé lire au Musée des Ursulines , ce  qui m'a aussi permis d'apporter mon aide à 3 participants  qui sont partis heureux de leur première expérience d'écriture et dont 2 viendront à Laval suivre mes ateliers de création. En ces temps de turbulence, il  fait bon prendre la pause poésie et de la partager avec des créateurs des quatre coins du monde. Très sincèrement et en toute amitié poétique. » 


Aimée Dandois-Paradis, poète du Québec, 12 octobre 2007

 « …le cœur et l’esprit pleins de cette extraordinaire semaine que vous nous avez permis de vivre. Plus les rencontres et amitiés nouées dont certaines ont déjà ou vont déclencher des choses…. Merci de votre attention, toujours délicate (Simone y a été ,évidemment, encore plus que moi sensible).Et encore bravo ! Je vous écrirai plus longuement lorsque mes yeux auront retrouvé leur place exacte…. Nous vous embrassons. »

Roland Nadaus, poète de France et lauréat du Prix International de Poésie Antonio Vicarro-2007, 9 octobre 2007.

« Cher Gaston, Chère Maryse, Grâce à vous deux, et à ceux et celles que vous choisissez avec talent pour vous accompagner dans cette expérience, je suis encore dans le beau souvenir de ces trois jours passés parmi tant de voix, dont plusieurs à la fois denses et d'une forte étrangeté familière, m'habiteront longtemps. Un grand grand merci pour tout cela et même pour la mélancolie qui a joué fort au Zénob, où toutes les images de plein d'années de lectures — avec Jean-Paul, entre autres — sont remontées avec une vibrante intensité. Je souhaite fort que vous vous trouviez du temps à deux pour vous reposer, vous dorloter un peu.  Vastes et vives tendresses. »


Denise Desaultels, poète du Québec, 11 octobre 2007


« Trois-Rivières est désormais un lieu, pour moi, aussi important que celui de ma naissance… Encore merci de votre accueil et de votre travail ! »  

Roland Nadaus, poète de France, 25 janvier 2008


« Cher Gaston, je suis partie tôt de Trois-Rivières dimanche matin sans vous avoir salués, toi et Maryse, et sans vous avoir à nouveau remerciés pour la douceur et la chaleur de l'accueil que vous m'avez réservée. Je vous remercie pour votre amitié qui fait bien chaud direct au cœur ! »


Suzanne Jacob, poète du Québec et lauréate du Prix Félix-Antoine-Savard-de-Poésie-2007, 9 octobre 2007.


« Je suis rentré du Québec – mais n’en suis pas encore revenu… Ce 23e Festival International de la Poésie à Trois-Rivières est un événement culturel d’ampleur (inimaginable ici : plusieurs millions de dollars de retombées économiques !Certifiés.) mais surtout un exceptionnel moment  (harassant pour les poètes invités) de diffusion et de rencontre dans des endroits autant convenus qu’inattendus : du bar « chaud » à l’université en passant par le restaurant chic et le resto d’insertion, sans oublier Radio-Canada, le couvent des Ursulines et j’en passe…. Avec une écoute incroyable (même tard dans la nuit…) du public, grâce à une équipe d’animateurs et d’organisateurs exceptionnelle que pilotent Gaston Bellemare et Maryse Baribeau. Ajoutons des rencontres –et parfois des retrouvailles– au bord du Saint-Laurent qui , à elles seules vous récompensent de votre pharyngite à force de lectures. Tout cela dans une ambiance fraternelle (même s’il y a toujours le con de service et la prétentieuse ridicule) et sérieuse mais pleine d’humour.  Et puis l’accueil de nos amis québécois ! Pays de neige plein de chaleur. Ah, j’oubliais : on m’a décoré affectueusement de l’Ordre non-officiel du Maringouin, ce terrible moustique… J’en porterai la trace épinglée sous ma Légion d’Honneur – bien qu’on ne doive officiellement rien porter d’autre sous cette décoration … A l’instant j’apprends que certains de mes poèmes ont été lus dans un carmel au nord du Québec et que la supérieure, venue d’Hanoï, les traduit en vietnamien  et  les envoie là-bas ! ...  Et puis tant d’autres choses… Hier soir, à l'Université de Versailles /Saint-Quentin-en-Yvelines, j'ai évoqué cette extraordinaire semaine à Trois-Rivières. En outre, plusieurs poètes que vous avez invités ont commencé avec moi une correspondance inattendue. C'est à vous que je dois cela aussi. »

Roland Nadaus, poète de France et lauréat du Prix International de Poésie Antonio Vicarro-2007, 17 octobre 2007.


« … nous gardons encore au fond des yeux les couleurs et les images du Québec. 

Nous tenons à vous dire combien ces jours-ci ont été merveilleux, sous tous les points de vue: le Festival, son organisation, le logement, les relations humaines... Vous pouvez être sûrs que nous en reparlerons souvent autour de nous, et pour en dire beaucoup de bien. Merci à vous, donc, de tout cœur, ainsi qu'à toutes les personnes de l'organisation du Festival pour votre accueil chaleureux et votre gentillesse, ainsi que votre efficacité… En toute amitié. »

 

Josep Mª Sala-Valldaura, poète de Catalogne/Espagne et Nathalie Bittoun, 11 octobre 2007


«  Assoiffés de poésie, ils ont pu entendre des voix du monde les 6 et 7 octobre lors du 23e Festival International de la Poésie. Deux jours inspirants, bien remplis. Deux rencontres intimes ont marqué l’aventure : un atelier d’écriture de poésie avec le poète québécois Stéphane Despatie et un échange passionnant avec le poète originaire du Congo (Brazzaville) Gabriel Okoundji. Sans oublier la tournée des cafés et des restos pour le plaisir d’écouter des mots vibrants, des textes uniques en français, en anglais, en bulgare, en espagnol. Première édition fort réjouissante. Expérience à renouveler absolument l’an prochain. On peut dire que le collège porte bien son nom. »

Journal du Collège Gérald-Godin, 16 octobre 2007, vol.3, no 10.


 « Cher Gaston, je tiens à te remercier de ta belle invitation au 23e Festival. J’ai particulièrement apprécié de participer à la Grande Soirée de la Poésie en compagnie de mes amis les poètes étrangers du Mexique et de l’Europe. J’apprécie également d’avoir participé au FIPTR avec Micheline, ma poète préférée… Amitiés. »


Jean Royer, poète du Québec, 16 octobre 2007

« La formule du festival permet de rejoindre, non seulement un très grand nombre de personnes, mais aussi un public très varié.  De plus, les lectures dans les restaurants encouragent les échanges et les liens entre les festivaliers tout en permettant de rencontrer des gens venus entendre les lectures. » 


Stéphane Despatie, poète du Québec, 8 octobre 2007

«  … L’an dernier, je suis allée dans un restaurant durant le festival pour écouter les poètes  lire leurs poèmes. J’ai trouvé ça extraordinaire… »


Line St-Germain, citoyenne du Québec, 26 mars 2008


« Chers Maryse et Gaston, maintenant que le festival est terminé, j’espère que vous avez le temps de reprendre votre souffle. Je tenais à vous écrire pour vous remercier. J’ai passé une semaine fantastique et la chaleur de votre accueil, vous et tous les membres de votre équipe, comme la qualité de l’organisation y sont pour l’essentiel. Je crois que je vais demander l’asile poétique au Québec. Sérieusement. J’ai tellement aimé que j’ai fantasmé y habiter. On verra. La vie est longue. Voilà. Je vous embrasse bien fort, ainsi que Magali, Emilie et les autres. Je vous envoie quelques photos que vous pourrez utiliser si vous le jugez utile. Comme il y en a sept ou huit, ne vous étonnez pas, elles vont arriver en plusieurs messages.

Je vous embrasse. Bonne route. »

 

Serge Delaive, poète de Belgique, 17 octobre 2007


« Cher Gaston, nous te remercions vivement pour cette invitation au FIP. Une manifestation riche et pleine d'intensité poétique. Nous en garderons un excellent souvenir. Un grand merci à toute l'équipe du festival Amicalement. »


Bruno Geneste, poète de France, 18 octobre 2007.

«  Je tiens à vous remercier pour ce merveilleux séjour à Trois-Rivières ! J'ai été ravie de lire devant un public souvent très attentif et à partager du bon temps avec des poètes que j'ai rencontré au Québec. Je vous souhaite un repos bien mérité après tant de travail. Avec ma reconnaissance et mon amitié »


Alexandra Fixmer, poète du Luxembourg, 17 octobre 2007


« Très bonne organisation.  Accueil chaleureux et enthousiaste.  Événement important pour la population et pour les auteurs.  Occasions inespérées de rencontres et d’échanges avec les auteurs étrangers.  Formidable équipe d’organisateurs, directeurs et responsables généreux et dévoués. »


Pierre Ouellet, poète du Québec, lauréat du Grand Prix Québecor du Festival International de la Poésie 2007, 8 octobre 2007


« Le Festival International de Poésie de Trois-Rivières est un lieu inspirant et stimulant pour nous les poètes.  Je suis venue en 2003 et constate aujourd’hui que la qualité des intervenants et des lieux s’est maintenue, voire améliorée.  L’organisation est impeccable.  Ce festival permet des rencontres, des découvertes et des échanges dans un cadre chaleureux. »


Danièle Ouanès, poète du Québec

« Le Festival (FIPTR) permet des rencontres formidables entre poètes et avec le public.  Cela serait vraiment bien qu’il y ait également des tables-rondes outre les lectures afin de permettre des réflexions sur la poésie et les pratiques des poètes.  Ce festival est fondamental pour les poètes. »


Diane Régimbald, poète du Québec, 8 octobre 2007


« Je voudrais vous remercier encore une fois pour cette semaine fantastique à Trois-Rivières. A mon retour à Sofia j'ai appris qu'on m'a confié la direction de la Maison d'Édition Altera. Ce qui me permettrait de développer une politique éditoriale à mon goût. J'espère pouvoir éditer de la poésie québécoise et surtout une anthologie de la poésie québécoise. » .


Miglena Nikolchina, poète de Bulgarie, 22 octobre 2007


« Grande qualité au niveau de l’organisation.  Excellente logistique.  Les organisateurs respectent les participants et c’est très apprécié… Le Festival est aussi un lieu de rencontres unique où il est possible de partager avec des poètes d’ici et d’ailleurs. »


Alexandre L’Archevêque, poète du Québec, 7 octobre 2007

« Nous sommes reçus au Festival International de Poésie avec beaucoup de respect et d’hospitalité.  C’est aussi l’occasion, dans un climat extraordinaire que les organisateurs ont su créer, d’établir des liens avec d’autres poètes d’ici et d’ailleurs. »


Marie Savard, poète du Québec, 7 octobre 2007


« Le FIPTR a été annoncé dans tout le Québec et même à l’étranger.  La promotion a été excellente.  J’ai pu rencontrer des gens de tout le Québec et même de la France.  Les lieux sont accueillants et les auditeurs sont vraiment intéressés à entendre de la poésie.  C’est un plaisir !  Quant au professionnalisme de l’équipe c’est formidable.  L’organisation est très bien rodée.  Merci aux dirigeants et aux animateurs. »


Louise Dupré, poète du Québec, 6 octobre 2007

« Chère Maryse, Cher Gaston, Un petit mot pour vous remercier chaleureusement, tous les deux, de votre invitation au Festival international de poésie de Trois-Rivières. Vous remercier et vous féliciter. J'ai pu constater combien, au cours des ans, les auditeurs se sont «fidélisés». C'est tout le travail et toute l'énergie déployée qui en sont responsables... Merci aussi à toute votre équipe, si disponible. Je pense particulièrement à Stella et à Magali, que je tiens à saluer. Je suppose que vous prenez un repos bien mérité. Je vous souhaite un bel automne...  Avec mon amitié, »


Louise Dupré, poète du Québec, 16 octobre 2007


« Qualité des lieux irréprochable.  Accueil formidable.  J’ai pu cette année rencontrer des poètes, créer des liens qui je l’espère seront durables et fructueux. »


Christine Balta, poète du Québec, 6 octobre 2007


« Les lieux sont sympathiques - le public participe – il y a une belle communication -  Les personnes impliquées dans l’organisation sont professionnelles et accueillantes. »


Aimée Dandois-Paradis, poète du Québec, 5 octobre 2007


« Peu à ajouter étant la qualité exceptionnelle de cet événement, juste un énorme Merci ! »


Brigitte Harrison, poète du Nouveau-Brunswick, 7 octobre 2007


« Le Festival a 23 ans d’expertise, 23 ans d’éducation, d’implication et de travail auprès de sa communauté pour promouvoir la poésie ! Ce n’est pas rien et les résultats sont là pour le prouver ! »


Sylvain Campeau, poète du Québec, 6 octobre 2007


« Cher Gaston, je suis partie tôt de Trois-Rivières dimanche matin sans vous avoir salués, toi et Maryse, et sans vous avoir à nouveau remerciés pour la douceur et la chaleur de l'accueil que vous m'avez réservée. Je vous remercie pour votre amitié qui fait bien chaud direct au cœur ! »


Suzanne Jacob, poète du Québec et lauréate du Prix Félix-Antoine-Savard-de-Poésie-2007, 9 octobre 2007.


« Invitée et présidente d’honneur de plusieurs salons du livre et autres événements ( tel le International Writers Festival (Ottawa)) littéraires, jamais n’aurai-je été aussi comblée que par le Festival international de la poésie de Trois-Rivières !  Comblée à tous les points de vue.  Nous étions à des lieues des interrogations du Québec sur l’immigration !  La poésie, dite dans toutes les langues, rassemble, internationalise et inonde de bonheur !  Le FIPTR contribue grandement à cette amitié puisque les poètes représentent LA VOIX DE LEUR NATION. »


Francine Allard, poète du Québec, 5 octobre 2007


« En ce qui me concerne, vous m'avez tirée de la tristesse et d'un manque de motivation saisonnier. J'ai beaucoup aimé le Festival, les gens qui le composent et l'endroit. Tout! … Ce que vous avez fait pour moi est inestimable. J'ai repris du courage, l'écriture… »


Francine Allard, poète du Québec, 14 octobre 2007


« L’animation des soirées et des rencontres de poésie était bien, je mentionne en particulier l’animation de Jean au Zénob et celle de Louise Gabias au Four à Bois.  Bref, on ne peut s’empêcher d’utiliser les adverbes d’intensité et de dire que c’était un séjour poétique extrêmement riche.  Cela m’a permis de voir comment chaque poète vit son rapport avec les mots et les images. »


Nada Sattouf, poète du Liban/Québec, 7 octobre 2007


«Mille et bien des mercis pour m’avoir si bellement permis de participer aux agapes de la poésie. »


Guy Cloutier, poète du Québec, 5 novembre 2007 


« Bonjour Maryse,  Je veux vous remercier, vous et toute votre équipe, de votre chaleureux (et efficace) accueil au Festival de poésie. L’expérience fut pour moi très agréable. Public attentif, rencontres avec des poètes que je ne connaissais pas, et le reste. Avant mon départ, vous aviez manifesté l’envie que je vous envoie le texte de mes poèmes lus lors de la soirée. Les voici donc en fichier attaché (+ un autre que j’aurais lu si j’en avais eu l’occasion.) Encore merci donc et à bientôt peut-être. »


Alexis Lefrançois, poète du Québec et lauréat du Prix Terrasses St-Sulpice de la revue Estuaire-2007. 10 octobre 2007.


« À Maryse, la fée du Festival, à toi Maryse avec un bouquet de pensées affectueuses tous mes remerciements pour avoir été le cœur de cette belle réussite. Je remercie aussi, très chaleureusement Gaston, chef d’orchestre d’un évènement aussi exceptionnel. »


Colette Leinman, poète d’Israël, 10 octobre 2007


« Chers Maryse et Gaston, De retour en Israël je m'empresse de vous envoyer, avec mes remerciements pour cette expérience inoubliable, une chaleureuse pensée à vous deux, l'âme et le cœur de cet événement. Je suis sûre que vous êtes déjà en train de préparer le suivant et je vous souhaite déjà une très belle réussite. Je vous embrasse,


Colette Leinman, poète d’Israël, 16 octobre 2007


« Chère Maryse, Merci infiniment d'avoir attiré mon attention sur cette très intéressante vidéo de Frédéric Mailloux. L'essentiel a été dit et montré en peu de mots et d'images, magnifiquement choisis. Je me suis évidemment tenu au courant des activités 2007 du Festival et j'ai beaucoup pensé à Trois-Rivières ces derniers jours, revoyant lieux et personnages fréquentés au cours de la précédente édition. Tout cela forme désormais chez moi des souvenirs  ineffaçables et je suis persuadé qu'il en ira de même pour les participants aux rencontres de cette année. J'imagine que vous tous, organisateurs, goûtez à présent un repos mérité. Amitié à toi et à Gaston. »


Jacques Tornay, poète de Suisse, 4 octobre 2007


« Maryse, Gaston,  j'y vais avec vos prénoms, mais très poliment. Je ne vous ai pas salués "officiellement", tout au plus, Maryse, je vous ai dit bonjour tandis que vous marchiez en blouse rouge peu de temps avant mon départ. Je suis comblée et il ne me viendra pas, le temps passant, des bémols à ajouter à ma satisfaction. Merci pour le sentiment de faire équipe éprouvé à lire parmi des camarades; ces quatuors me soulageaient de la solitude des lectures publiques souvent traquantes; merci pour cet état de grâce des coups d'affection vive pour des poètes que seule la lecture des oeuvres prolongera; merci d'avoir créé, au fil des années, un lectorat, un auditoire, un public d'invidus qui se permettent la poésie, qui ont expérimenté qu'elle ne demande pas qu'on ait des lettres (ça ne nuit pas) mais qu'on reconnaisse le manque en soi, et le bouillonnement des éprouvés refoulés, tonitruant et menaçant, que les paroles d'un autre met en forme et apprivoise; on vous l'a déjà dit: formidable réussite, un travail d'éducation profonde, libérateur. Peut-être que je n'irai plus jamais, malgré que je continue d'écrire, au F.I.P.T.R. ; je conserverai le souvenir  d'une chose belle et simple dans ma vie et quelque soient les autres assemblées auxquelles il me soit donné de prendre part. Maryse, je ne vous ai pas remis de main à main le texte tragique qui constitue mon leg au festival ; je crois que vous l'aurez, que vous pourrez le lire à haute ou basse voix. Je ne peux pas décider de dire adieu ou au revoir, je tranche pour dieurevoir, avec tendresse et un peu d'espièglerie. »


Diane-Ischa Ross, poète du Québec, 5 octobre 2007.


« Très bonne organisation.  Très bon accueil. »


Christine Palmiéri, poète du Québec, 8 octobre 2007 


« Excellente collaboration avec les lieux de lectures publiques. Très bon public. Organisation impeccable. »


Joanne Morency, poète du Québec et lauréate du Prix Piché-de-Poésie de l’Université du Québec à Trois-Rivières –2007,  8 octobre 2007


« L’événement permet une rencontre honnête avec le public… Merci à toute l’équipe du Festival : Gaston, Maryse, Magali, Émilie, Céline, tous les animateurs et ceux et celles que j’oublie. Mon séjour fût des plus agréables. »

 

Éric Gougeon, poète du Québec


« Tout fut rondement mené… »


Ivan Bielinski, poète du Québec, 5 octobre 2007 

« Chers Gaston, Maryse et Danielle / Je voudrais simplement vous remercier de m'avoir invitée à participer au 23e Festival de poésie. Ce fut un grand plaisir d'y être et l'accueil a été des plus chaleureux. J'en garderai de très bons souvenirs. Merci infiniment. Je travaille présentement sur un recueil que j'espère publier d'ici 2 ans. Alors au plaisir de vous revoir! Cordialement »


Tania Poggione, finaliste au Prix Piché-de-Poésie de l’Université du Québec à Trois-Rivières, poète du Québec, 5 octobre 2007


« encore un festival de réussi... Je vous en souhaite de nombreux autres 

à venir. / Bonne fin de festival. On se reparle bientôt. »


Paul Bélanger, éditeur, Éditions du Noroît, Québec, 6 octobre 2007.


« Je voulais remercier toute l'équipe du festival pour cette invitation que j'ai eue cette année. J'ai été ravi d'y participer. Quelle extraordinaire fête de la poésie que vous permettez là à tous! Merci mille fois. »
 
Jean Désy, poète du Québec, 8 octobre 2007.

« De réussite et de succès, chers Gaston et Maryse, pour cette nouvelle édition du Festival dont je garde un si merveilleux souvenir. Avec mon amical salut à toute la formidable équipe ! »

 Jacques Goorma, poète de France, 8 octobre 2007

« bonjour, me voici donc de retour à Montréal / merci de ces quatre jours (bien courts) de présence et rencontres à Trois Rivières / avec, ici et là, de beaux moments avec les poètes ou les publics/ bravo et merci »


Patrick Dubost, poète de France, 9 octobre 2007


« J'espère que vous avez passé un beau festival. Malheureusement, je ne pouvais pas assister cette année. Imaginez! C'est la première fois en 12 ans que je ne suis pas allée! Il y avait vraiment quelque chose qui manquait cette semaine-- en tout cas c'est ça que j'ai ressenti. »


Carolyn Marie Souaïd, poète du Québec,  9 octobre 2007


« Merci à toute l'équipe pour le merveilleux festival! »

 

Corinne Chevarier et Stéphane Despatie, poètes du Québec, 9 octobre 2007


« C'est un grand honneur que l'on me fait de m'inviter à y participer… Une joie bien réelle de retrouver ce lieu magique! J'ai un souvenir très précis du bonheur qu'il fut : la rencontre avec cette ville de l'accueil de ses citoyens et… Ce bon air de poésie que l'on respire! »


Laura Minelli, poète d’Italie, septembre 2007


«  Gaston, tous les efforts que tu as déployés afin de faire connaître Trois-Rivières comme étant une ville de poésie sont maintenant notoires et récompensés en dehors des frontières, tant pour l’édition que pour le festival, et tous les honneurs qui te reviennent sont pleinement mérités et rejaillissent de plus sur toute la population trifluvienne. »


Guy LeBlanc, ex-maire de Trois-Rivières, mai 2007


« Comme toujours, cette rencontre de l’écriture s’avère une riche expérience. Nourriture sans pareille de l’imaginaire. »


Carole Martel, poète du Québec, octobre 2006


« … Le Gala Radisson 2006 a reconnu votre contribution à notre développement collectif et permettez-moi de vous en féliciter. »


André Gabias, député de Trois-Rivières, novembre 2006


«  …la nomination que vous avez reçue dans la catégorie Entreprise ou Événement touristique lors du Gala des Radisson… est le fruit de votre travail rigoureux et de vos efforts soutenus. C’est aussi une reconnaissance envers vous et toute votre équipe pour le dynamisme et la créativité don vous faites preuve quotidiennement… La Mauricie a besoin d’entreprises telles que la vôtre… »


Julie Boulet, Ministre déléguée au Transports et ministre responsable de la Mauricie, novembre 2006.


« J'habite dans votre région depuis un peu plus de trois ans et grâce au festival international de la poésie de T-R, j'ai appris à aimer la poésie au point d'en écrire...et d'en lire bien sûr. »


François Drolet, client du Québec, octobre 2006.


« Back in Israel, with hard work and routine. I miss the wonderful "island" of poetry you created for us. It was really wonderful. I am telling everybody about it… Love and friendship.»

Raquel Chalfi, poète d’Israël, novembre 2006.

« Un public m’écoute. Comment oublier ces yeux, ces visages et ces mains qui se tendent vers moi ?… et le clou de ce Festival se passe au Zénob, café-bar mythique vers lequel tout le monde se dirige dès la tombée du crépuscule et pour de longues heures. Là, la poésie se dit, se rit, se pleure, se chante, se déclame et se met en scène jusqu’au petit matin… pour les plus résistants… S’il y a des panneaux signalétiques indiquant, en rase campagne,  les endroits où passent des animaux sauvages, il est nécessaire, comme le disait une poète, que dans une ville on signale : « ici traversent des poètes ! ». Et Trois-Rivières est l’une de ces villes où déambulent des poètes… »

Tanella Boni, poète de la Côte d’Ivoire, octobre 2006

« Revenu dans ma Guadeloupe, je tiens à vous remercier pour le merveilleux bain de poésie que vous m'avez offert. J'ai été particulièrement sensible à la gentillesse des membres de l'organisation, à l'accueil chaleureux réservé à mes lectures et à la grande qualité des autres poètes invités. Je me sens "accro". Comme je l'ai dit et répété je mettrai tout en oeuvre pour développer les liens littéraires entre la Guadeloupe et le Québec. Je compte donc sur le FIP de Trois-Rivières et sur les écrits des forges. J'écrirai plus longuement à mon retour de Paris (je pars demain) car je me rends au Salon du livre de l'Outre-mer. Je vous envoie deux poèmes. L'un pour honorer votre Festival et l'autre pour le plaisir d'offrir. Si vous le pouvez, diffusez-les. Mille fois merci. »

Ernest Pépin, poète de La Guadeloupe, octobre 2006

« Ce fut pour moi un enchantement ce magnifique festival de Trois-Rivières auquel vous m'avez convié cette année. Pour sûr j'aimerai y revenir autant de fois que vous voudrez bien m'inviter. Vous avez été formidables »

Sylvestre Clancier, poète de France, décembre 2006

« Je viens de voir la belle galerie de photos sur votre site.  Tout le bonheur revient! Milles mercis. Bises de Québec. »


Rae Marie Taylor, poète du Québec novembre 2006

« J’aimerais vous exprimer le grand bonheur que j’ai eu à entendre et lire tous ces poètes de la 22e édition du Festival International de poésie.  Ce fut pour moi une grande découverte, tant au niveau de votre ville chaleureuse et de ses citoyens qu’au niveau de la programmation époustouflante que vous nous avez offerte.  Je n’avais pas assez d’yeux et d’oreilles pour tout lire et tout entendre.  Je suis revenue dans mon grand Montréal tout froid et je m’ennuie déjà de vous. »

Johanne Bélisle, cliente de Montréal, octobre 2006


« …J’ai beaucoup aimé l’expérience et je trouve que le Festival se transforme d’année en année. Bravo !  À  titre d’exemple, j’ai observé un nombre impressionnant de jeunes présents à diverses lectures et qui ont posé des questions, qui sont vraiment intéressés à la poésie. J’ai même aidé un adolescent à corriger ses poèmes d’une très grande beauté existentielle ! C’est extraordinaire aussi de voir l’intérêt des gens qui se présentent  aux nombreux rendez-vous poétiques et qui nous offrent une qualité d’écoute remarquable. »


Germaine Beaulieu, poète du Québec, octobre 2006


« D'abord, un chaleureux merci pour votre accueil; on repart toujours de Trois-Rivières chargé-es à bloc, des vers plein la tête et le coeur.  Merci également à Suzanne Vertey pour le déplacement qu'elle nous a prescrit, l'acoustique n'en fut que meilleure! Il fallait entendre les voix et le violoncelle emplir tout l'espace!  Enfin, ce fut un pur ravissement. »


Leslie Piché, poète et cliente de Montréal, octobre 2006


« Ces quelques mots pour vous remercier pour ces moments de grandes et belles joies qui se prolongent dans le souvenir comme dans les contacts qui se poursuivent avec d'autre participants: grâce à vous me voilà plus riche de nouvelles amitiés! Très simplement et du fond du cœur je vous adresse -au milieu des mille et une tâches qui m'ont repris dès mon retour- le plus lumineux des mercis et aussi un grand bravo pour cette remarquable organisation. Me voilà devenu ambassadeur du Festival en Alsace! »

Jacques Goorma, poète de France, octobre 2006

« Je rêve encore souvent de mon passage à Trois Rivière et de la gentillesse de votre accueil. Mille vœux pour un année pleine de poésie, plus que jamais nécessaire. De cœur à toi et à Maryse

Jacques Goorma, poète de France, janvier 2007


« Je veux vous féliciter pour le festival de poésie. J'y assiste depuis quatre années. Nous essayons, mon mari et moi, de diversifier les endroits pour écouter les poètes Café Morgane, resto Au four à bois, resto Angéline, les Ursulines,... Cette année, une belle découverte au CECEP avec les finissants… »

 

Hélène Bigras, cliente de Montréal, octobre 2006


« Quelles rencontres extraordinaires nous avons tous pu faire, et tout cela grâce à vous ! Malgré les kilomètres, j'avoue que je suis encore à Trois-Rivières, en train de me hâter d'aller partager une lecture avec tel ou telle poète, de me réjouir de les découvrir ou de les réentendre. S'être sentie très fort "d'ici" dans votre merveilleux pays, parmi des gens qui se sont voués à l'essentiel de la vie, c'est plus qu'une expérience, c'est un tournant dans l'existence. Merci à vous d'être ce que vous êtes et de rendre cela possible année après année. Merci aux personnes de toute votre équipe, à la simplicité de leur gentillesse, à leur dévouement inlassable. A bientôt peut-être, à toujours en pensée. Je vous embrasse. »


Anne-Marie Soulier, poète de France, octobre 2006


“…My keen anticipation has been weel rewarded in fact. The Festival is weel organized – make that “superlatively” organized ! The audiences, especially at the Zénob, are a poet’s dream… WE are all poets together. The Trois-Rivières Festival is living proof. How fortunate I feel to have been a small  part of it this year.”


Maxianne Berger, poète du Québec, octobre 2006


 “Thanks again for your tolerance, your care, energy and inspiration. I’ve 

never seen a festival like Fiptr, and lord knows I’ve seen a lot.”


Les Wicks, poète d’Australie, octobre 2006


« … l’appui de la communauté des poètes invités est extraordinaire. L’éducation du public est gagnée par la qualité des animateurs. L’écoute est superbe. Les rencontres fructueuses au niveau professionnel. »


Mary Lee Taylor, poète des États-Unis et du Québec, octobre 2006


« La publicité entourant le Festival a toujours été excellente. Maintenant que Quebecor fait partie des promoteurs de l’événement, on peut s’attendre à encore mieux… »


Monique Deland, poète du Québec, octobre 2006


« Un simple mot pour vous dire à quel point j'ai apprécié cette 22e édition du Festival qui m'a permise de découvrir des poètes et à la fois, de solidifier quelques relations. Plusieurs des poètes entendus ont livré des textes de grande qualité et tous, en plus, étaient aimables. En écoutant et échangeant avec les poètes étrangers, on arrive à mieux cerner la situation de la poésie d'ailleurs et à clarifier ce que l'on pressentait parfois déjà à la lecture de leurs livres. Ainsi, on mesure mieux notre propre évolution et on parvient davantage à positionner la poésie québécoise, et à se donner, une littérature nationale d'envergure. Un grand merci. »


Stéphane Despatie, poète du Québec, octobre 2006


« Les gens de l’organisation, les lieux… et l’incroyable écoute des gens font qu’il est fort agréable de venir lire dans le cadre de ce festival. D’autant plus que le contexte permet de faire des rencontres avec des poètes de partout et par le fait même d’échanger, de découvrir, de partager. C’est réjouissant et stimulant. Je remercie le Festival pour cette incomparable expérience. »

Mylène Lauzon, poète du Québec, octobre 2006

« C’est le seul endroit au monde qui soutient ainsi les poètes »

Andrée Dahan, poète du Québec, octobre 2006


« Me voilà de retour  d’Espagne. Mes pensées vont vers Trois-Rivières où j’ai passé un séjour de rêve. Ton sourire, Maryse, est toujours là dans mon cœur. À tous et à toutes plein de tendresse. »


Mona Maram, poète de la Syrie, novembre 2006


« Oui, je suis très heureuse de mon séjour à Trois-Rivières. Vous me manquez déjà trop. Comment vous dire mes remerciements ? Je reviens à ma vie quotidienne et à ses problèmes. J’espère vous voir bientôt. Grand bisous. »

 

Mona Maram, poète de la Syrie, octobre 2006

« Merci encore pour cette fabuleuse fin de semaine à Trois-Rivières! Quel événement stimulant, que votre festival! Je suis revenue à Montréal la tête pleine de mots et d'images! »  

Rosalie Lessard, poète du Québec, octobre 2006

« je dois vous dire merci de m'avoir invité à Trois-Rivières. L'expérience fut 

extraordinaire. J'ai pu faire de belles rencontres et écrire pas mal de poèmes en marge des lectures. C'est inspirant, innovant et motivant. Tenez bon, vous avez le coeur des poètes...À bientôt! »


Bathélemy Bolivar, poète du Manitoba, octobre 2006

« Je tiens simplement à vous remercier pour l'accueil et l'invitation ! Je tiens à vous féliciter pour l'ancrage dont bénéficie le Festival ! Je n'ai jamais rien vécu de tel ! Je suis encore abasourdi, mais serein et sobre... Les rencontres furent superbes. La poésie a semblé, le temps d'une fin de semaine, exprimable...Merci beaucoup ! »

Éric Charlebois, poète de l’Ontario française, octobre 2006

« Je suis rentrée ravie de ce festival que j ai trouvé un peu différent des autres : plus de proximité avec certains poètes et même parfois… le partage de l’amitié. C est certainement dû au choix judicieux de votre part et de celui de Madame Baribeau… »


Anne Vaillant, clientèle de France, octobre 2006


« Voilà j'ai retraversé le grand lac ! le coeur gros car j'ai vraiment passé des moments merveilleux chez vous et cela grâce à vous. Je tenais encore une fois à vous remercier tous les deux pour votre accueil et à vous féliciter pour votre magnifique organisation, je suis ravie d'avoir enfin pu participer à ce Festival dont j'entendais si souvent parler. Ce sont des moments que je n'oublierai jamais et qui ont été très instructifs aussi. Je vous remercie encore une fois, je suppose que vous allez vous reposer un peu et je vous dit à très bientôt à Namur et peut-être....à une prochaine fois dans votre si beau pays. »


Lucy Migeot, directrice administrative Maison de la poésie et du Festival International de Namur (Belgique) octobre 2006.


«  Encore merci de ton accueil au Festival et de toutes ces rencontres aussi multiples que positives. Un vrai bain d'énergie poétique. Une grande brassée d'amitiés… ».


Bernard Ascal, poète de France, octobre 2006


« Merci à toi et à toute l’équipe du Festival pour cette belle édition ! »

Marc André Brouillette, poète du Québec, octobre 2006


« Organisation impeccable et chaleureuse. Animateurs dynamiques. Niveau artistique et littéraire sans égal. »


Patrick Coppens, poète du Québec, octobre 2006

« … j’ai apprécié la présence des animateurs et l’écoute des spectateurs. »

Gilles Devault, poète du Québec, octobre 2006

« Je vous souhaite un Festival magnifique. Tu sais bien que l'année dernière c'était de la magie. »


Rosa Alice Branco, poète du Portugal, septembre 2006

« Mes chers amis-lointains Maryse et Gaston. Moi aussi je vois souvent dans mes rêves cette affiche ' Trois-Rivières, un Kilomètre…' Dommage que l'océan nous sépare : je voudrais être avec vous pour ce plus chaleureux festival de poésie du monde. J'espère y retourner un jour croyez-moi ! »


Willie Verhegghe, poète de Belgique, septembre 2006. 


« Un grand salut à tous les publics, de tous les lieux et surtout au public de l'exceptionnel Café Zénob! ».


Achour Fenni, poète d’Algérie, septembre 2006


« … vos efforts vous ont valu une reconnaissance publique lors de la remise des Grands Prix culturels… Merci ! de si bien faire rayonner notre ville à travers le monde. » 


Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières, mai 2006


« (Le) Prix Trois-Rivières sans frontière… consacre non seulement la qualité de votre œuvre artistique, mais aussi de votre contribution inestimable à une culture qui fait du Québec une société de plus en plus ouverte sur le monde… »


André Gabias, député de Trois-Rivières, mai 2006.


« Je me félicite du bon jugement du comité d’évaluation des candidatures au Prix Hector-Fabre 2005. Ils ont su choisir un récipiendaire qui se démarque par son originalité et par sa présence dans son milieu. C’est cette caractéristique du Festival… qui en fait un phénomène si particulier. Je me réjouis d’ailleurs de la reconnaissance internationale que vous confère le « Merit Award in special events and promotion » de l’International Downtown Association. »


Monique Gagnon-Tremblay, ministre des Relations Internationales et ministre responsable de la francophonie, septembre 2005.


« Avec son Festival International de Poésie, la ville de Trois-Rivières

démontre de façon éloquente l’importance, l’impact et le caractère rassembleur des arts et de la culture. »


Line Beauchamp, ministre de la culture et des communications du Québec, sept. 2005


« Oh, what a wonderful, even a magical festival it was! Merci merci beaucoup x un million! I came back with so much good memory, poetry, and friendship.
Congratulations for the wonderful success of Trois-Rivières!
Café Zenob will be my home at heart for the rest of my life.
Au revoir et Sayonara. »


Yasuhiro Yotsumoto, poète du Japon, octobre 2005.


« … vous remercier pour l’organisation minutieuse et réussie d’un festival plein de vie et de spontanéité, de sérieux et de fantaisie. Avec toujours des rencontres sous le signe de la poésie. Un festival qui aura marqué mes moments 2005. »


Hyam Yared, poète du Liban, janvier 2006


« Je vous remercie de ce festival chaleureux et de sa brillante organisation. J'ai été très heureuse de vous revoir, de rencontrer mes vieux amis et de faire connaissance avec d'autres poètes. A Moscou il fait chaud (20-22 degrés), sans pluies, alors les marais autour de la ville brûlent, et la fumée est partout dans l'air. Vaut mieux la fraîcheur québécoise! Je vous embrasse. A la prochaine. »


Tatiana Chtcherbina, poète de Russie, octobre 2005


« 1) Le plus beau cadeau que Gaston et toi (et tous les généreux bénévoles) avez fait à nous poètes c'est de nous permettre durant une semaine d'être considérés (alors que la plupart du temps, le poète est ignoré). À Trois-Rivières, on est reconnu en tant que poètes; on existe; on est les "rois" pendant une semaine. Pour moi, c'est le plus beau des cadeaux que vous pouviez nous faire. 2) Tous les poètes ont été impressionnés par l'accueil. Et bien, moi j'ai la faiblesse de croire qu'un poème a le don d'embellir la vie, de la rendre plus riche, plus belle. D'où, lire des poèmes durant une semaine cela ne peut qu'avoir des effets bénéfiques pour tout le monde à Trois-Rivières mais aussi partout dans le monde. C'est pourquoi j'ai évoqué les bannières du Tibet (des mantras qui flottent dans l'air et sont censés faire battre plus fort le coeur du monde... 3) Cette semaine m'a encore prouvé que la poésie est la seule langue qu'on ne peut apprendre dans un livre car c'est un langage qui vient d'abord du cœur : Tout le monde peut le comprendre. A ce titre, cette semaine aura été pour moi  une semaine où le langage du coeur, pour une fois, a retrouvé tous ses droits 4) en plus, j'ai toujours l'impression d'être au Québec, puisqu'au Québec, j'avais l'impression que les Québécois connaissaient la Belgique mieux que moi. J'ai donc l'impression d'être rentré chez moi, au Québec...belge Voilà, j'en reste là. Je t'avais déjà parlé de tout cela au restaurant avant de partir mais je tenais à mieux te préciser mes émotions qui sont au demeurant encore très vives. Pour toutes ces belles choses que vous nous avez offertes et permis de vivre, je tiens une dernière fois à vous dire MERCI. Très belle fin d'année à vous tous. »


Pierre Schroven, poète de Belgique, octobre 2005


« Le temps passé à Trois-Rivières en votre compagnie et celle de tous ces autres membres de votre personnel voués à la poésie me semble comme d’un autre monde. J’aimerais vous remercier de tout mon cœur pour ce que vous avez fait pour nous et ce que vous faites pour la poésie. »


Taja Kramberger, poète de Slovénie, novembre 2005 


« Un gros merci du fond du cœur pour votre appui et la participation du Festival International de la Poésie au Colloque du Réseau des villes créatives »


Lizanne Gosselin, directrice, Réseau des villes créatrices, Vancouver, octobre 2005


« Dear Maryse and Gaston,  J'ai voulu vous remercier pour votre accueil si généreux et chaleureux. Et s.v.p. transmettez mes meilleurs voeux à la merveilleuse Fernande. »

 

David Solway, poète québécois, octobre 2005


« Ce Festival International de la Poésie constitue un événement, une organisation et une réussite unique, colossale, magistrale, à l’envergure et aux ramifications et résonances planétaires. »


Alain Horic, poète du Québec, octobre 2005

« Un épormyable merci de m'avoir permis de participer à mon tout premier Festival de poésie de Trois-Rivières. J'ai été complètement charmée. Surprise aussi de la qualité d'écoute du public, dans des lieux aussi distrayants que les restaurants… Vous faites un travail formidable, en forgeant ce lieu de liberté où la folie et la beauté émergent. Encore merci.  J'ai pris un crasse plaisir à en être. »


Catherine Lalonde, poète du Québec, octobre 2005


« Et puis je voulais vous dire à tous les deux combien le festival était pour moi une expérience vraiment merveilleuse - inoubliable. J'aurais été malade de quitter le Quebec, si je me l'étais permis... vraiment. Quel pays! Et quelle expérience, de connaître toutes ces voix poétiques tellement individuelles et contrastées... J'ai été trop impressionnée pour bien tenir mon petit dossier! Mais il y a évidemment plusieurs poètes avec qui je voudrais rester en contact… J'ai gardé un tel souvenir du festival, et de vous deux, et de toute l'expérience - d'ici presque invraisemblable - de ces 10 jours! Je me rappelle le soir ou on était au Four a Bois... J'espère que vous avez eu le loisir de bien rire encore une fois depuis! Je vous embrasse tous les deux. Vive Trois-Rivières et le Festival international de la Poésie! »


Susan Wicks, poète de Grande-Bretagne, octobre 2005


 « Ce fut extraordinaire. Les jours vécus à Trois-Rivières pour participer au
Festival, de l’accueil aux prestations dans les lieux de spectacles en
passant par les activités à l’atelier le Presse Papier, m’ont motivé et
permis de vivre dans un climat d’épanouissement où la poésie est reine.
Je tiens à vous dire toutes mes félicitations et mon admiration pour avoir
réussi à faire en sorte que toute la ville, la région fassent corps avec ce
merveilleux festival aussi poétique dans ses manifestations et ses
réalisations au fil des ans que les vers livrés par les poètes du monde qui
y viennent... Une mention spéciale et importante : la qualité de l’accueil, la rigueur de l’organisation des différentes composantes de l’événement. Nous avons vécu au sein d’une ville qui fait corps avec le Festival International de la Poésie. Partout la poésie est présente, respectée et la participation des publics est exceptionnelle »

 
Yves Alavo, poète de Sénégal/Québec, octobre 2005


« Votre festival est une chose hors du commun et surtout extraordinaire. Vous faites un travail remarquable et cela mérite grandement d'être souligné. Parfois quand on travaille beaucoup de l'intérieur on risque momentanément de perdre de vue le trésor à nos pieds… Mais laissez-moi vous dire que pour une personne qui en est à sa deuxième visite, je suis toujours aussi charmé par l'accueil et la qualité de votre organisation. Pour les gens entrant en contact avec la ville pour une première fois, ce que vous avez réussi à faire de ce festival leur procurera des souvenirs plus qu'inoubliables. Encore une fois bravo et merci pour ce que vous faites pour votre ville et la poésie. »


Marc Lemyre, poète de Toronto, octobre 2005


«… je tiens à vous remercier de votre très chaleureux accueil. J’ai trouvé votre festival de poésie remarquable en tous points et je vous en suis très reconnaissant. »


Édouard Valdman, poète de France, octobre 2005


« Le Festival International de la Poésie est un événement marqué au sceau du professionnalisme tout en demeurant un lieu de créativité et d’innovation exceptionnelles. INDISPENSABLE! L’expérience de la lecture de poèmes (et celle de l’écoute) soigneusement et adroitement balisée devient pour le poète l’occasion de parfaire ses textes et, pour une des rares fois durant l’année, de communiquer avec le lecteur. »


Louis-Philippe Hébert, poète du Québec, octobre 2005


« …merci de m'avoir invitée au  Festival à l'automne, j'ai TELLEMENT aimé mon séjour que je tiens encore une fois à te dire merci et à t'envoyer tout un tas de compliments sur ce merveilleux festival. C'était ma première visite en tant que poète invitée (je prie tous les Dieux du ciel qu'elle ne soit pas ma dernière !) et j'ai découvert un événement extraordinaire. J'en ai profité, j'ai partagé, j'ai fait des rencontres fantastiques enfin, j'ai adoré mon expérience de lire un peu partout dans la ville et de partager cette poésie trop souvent confinée aux fonds de biblios. Mais pas chez vous ! Vive la différence !... Activité poétique par excellence. Lieu unique de partage et de diffusion et de rayonnement de la poésie. Bassin privilégié pour les auteurs. Activité à poursuivre indéfiniment. »


Julie Huard, poète du Québec, octobre 2005


« Un mot pour vous dire à quel point j'ai apprécié l'organisation du Festival International de la poésie. J'ai été impressionnée par l'ampleur de l'événement, la qualité des activités, le professionnalisme de vos intervenants, par cette façon d'habiter si bellement les lieux avec la poésie. Ce Festival est au service de la parole et c'est à vous que nous le devons. Ce fut pour moi l'occasion de connaître certains écrivains et d'en revoir plusieurs autres : des rencontres d'une grande richesse. Merci beaucoup de m'avoir permis de vivre cette expérience littéraire, merci aussi pour les livres que vous nous avez offerts si généreusement. »


Francine Chicoine, poète du Québec, octobre 2005


« Je veux te transmettre des Félicitations d'une dame de Québec qui est venue au Festival. Elle a trouvé cela très agréable et très stimulant.  Le repas, avec la lecture des poètes, a été très apprécié.  Félicitations à toute l'équipe !


Claire Bérher, réceptionniste au FIP, octobre 2005

« Mon retour à Paris se passe bien mais Trois-Rivières me manque déjà! Mille et une merci  pour l’invitation et pour cet accueil agréable. Je remercie l’équipe de festival particulièrement  Maryse. Mille et un baisers. » 

Jaleh Chegeni, poète d’Iran, octobre 2005

« Hyam, Nicole, Yasuhiro, ils m'écrivent tous et je suis bien contente, car j'ai rencontré des gens merveilleux comme toi. Le Festival, Zénob, les personnes, c’était vraiment le bonheur ces jours là. Après j'écris pour remercier Gaston qui doit être en train de faire des plats épatants. Tu peux lui dire que je peux lui apprendre la gastronomie portugaise si vous pensez à venir à Porto. Alors je suis bien arrivée, mais il me manque le rire fou de ces jours pleins de Trois-Rivières et t'avoir connu c'est encore une couleur à ajouter á l'été indien. Merci, infiniment. Je t'embrasse. »


Rosa Alice Branco, poète du Portugal, octobre 2005


«  Bravo Maryse et aussi à Gaston, bien sûr, pour cette magnifique 21ième édition du Fip à Trois-Rivières. Quel privilège d'avoir en nos murs une manifestation poétique d'une aussi grande tenue et de qualité. »


Pierre Tremblay, membre du C.A. de la Fondation Les Forges, octobre 2005.


« J'ai encore le cœur bercé par les voix et les rencontres du festival; je tiens à te remercier particulièrement pour ta disponibilité et ta chaleur.

Je n'oublierai pas la chaleur des gens de Trois-Rivières et je ne doute pas que la vie nous redonne l'occasion d'échanger vraiment et profondément »


Nicole Cage-Florentigny, poète de la Martinique, octobre 2005


« Merci beaucoup pour votre accueil au FIP, votre soutien. Je n'avais encore jamais passé autant de temps chez vous et c'est extraordinaire tous ces liens qui se développent au fil des jours, l'atmosphère, la diversité des expériences poétiques qu'on peut y vivre. Encore mes félicitations et mes remerciements. »


Danielle Shelton, «éditrice du Québec, octobre 2005.


« … Merci… de me faire une place importante dans votre événement, c'est énormément apprécié!  Merci d'être aussi disponibles! Je sais que sans vous deux, je ne serais pas rendu où je le suis présentement! »


Pierre Labrie, poète du Québec, octobre 2005.


« Ces rencontres permettent des échanges directs entre les poètes, les poèmes et les lecteurs. Cette formule est vivante et œuvre à une plus grande diffusion de la poésie. »


Claude Beausoleil, poète québécois, octobre 2005


«  Le festival possède 20 ans d’expérience et cela paraît. Un fleuron qui fait rêver les poètes étrangers ! »


Sylvain Campeau, poète québécois, octobre 2005


«… une institution qui favorise l’enrichissement et la diversification du travail poétique de tout auteur. »


Patrick Boulanger, poète du Québec, octobre 2005.

 

« Activité poétique par excellence. Lieu unique de partage, de diffusion et de rayonnement de la poésie… »


Julie Huard, poète du Québec, octobre 2005.


« … l’organisation de cet événement permet à la fois une liberté d’action verbale tout en encadrant correctement les interventions. Je souhaite y participer à nouveau dans des conditions similaires. »


Yves Boisvert, poète du Québec, octobre 2005.


« De merveilleuses rencontres tant avec le public accueillant que les poètes du monde entier. »   Laurent Poliquin, poète du Manitoba, octobre 2005.


«  Tant pour la chaleur de l’accueil, la qualité de l’écoute, la diversité des lieux de lectures, les rencontres entre poètes de culture différente et l’intense démesure du Zénob… je n’ai que des félicitations et des remerciements… Continuez de le financer… »


Raymond-Guy Leblanc, poète du Nouveau-Brunswick, octobre 2005.


« Dès réception de Le Nouvelliste, immédiatement je lis votre extrait de poésie. Souvent cela m'incite à acheter un petit livre de poésie pour en lire plus. Il y a longtemps que je voulais vous le dire, pour moi la poésie partout c'est primordial. »


Diane Lanouette cliente, avril 2005


« Permettez-moi de vous féliciter chaleureusement pour le titre de Personnalité de l’année qui vous été« décerné lors du Gala des Grands Prix du tourisme québécois. Vous avez tenu le pari de donner vie au cœur de Trois-Rivières au moyen de la poésie et vous pouvez en être fier. Vous l’avez mise en livre aux Écrits des Forges et vous la « mettez en ville » depuis plus de 20 ans grâce au Festival International de la Poésie que vous avez fondé et que vous animez avec une foi indéfectible… En somme, vous avez réussi le tour de force d’apporter la poésie au public dans des lieux et dans des formats qui bouleversent les conceptions traditionnelles en matière de diffusion de la culture. Ainsi, vous avez donné raison à Félix Leclerc lorsqu’il prévoyait que Trois-Rivières deviendrait la capitale de la poésie… »


Line Beauchamp, ministre de la culture et des communications du Québec, mai 2005


« Il me fait plaisir de vous adresser toutes mes félicitations pour la distinction que vous avez remportée… à l’occasion du Gala des Grands Prix du tourisme québécois… Le travail que vous et votre équipe accomplissez au quotidien contribue à faire du Québec une destination incontournable pour les visiteurs de tous les pays.  L’honneur qui vous a été accordé  tient en grande partie à votre dynamisme, votre détermination et votre originalité…


Françoise Gauthier, ministre du Tourisme du Québec, mai 2005


«  En décrochant le titre envié de « Personnalité touristique 2005 », c’est toute la Mauricie et particulièrement la ville de Trois-Rivières qui sont honorés à travers votre personne et votre œuvre. Cette reconnaissance souligne fort à propos le 20e anniversaire du Festival International de la poésie dont vous êtes le maître d’œuvre…et que vous présidez avec un enthousiasme et un esprit créatif jamais démentis. »


Michel Bissonnet, président de l’Assemblée Nationale du Québec, mai 2005


« Permettez-moi de vous féliciter bien sincèrement pour le Prix Hector-Fabre… Cet hommage marque de façon significative l’implication remarquable de toute votre équipe…et témoigne du rayonnement international que vous réussissez à donner à la région de la Mauricie. Cette récompense qui vous a été décernée se veut un signe de reconnaissance pour les vingt années de travail acharné, à faire du Festival un énorme succès. »


Julie Boulet, Ministre déléguée au Transport et Ministre responsable de la région de la Mauricie, juin 2005


«  Au moment où je signe la présente lettre, vous êtes en France et vous venez d’apprendre que le Prix Hector-Fabre vous a été décerné par l’Association des CLD du Québec. Coïncidence : cet Hector Fabre était justement le tout premier représentant du Québec à Paris… Avec l’assurance de mon estime et de toute ma considération »


Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières, juin 2005


 « J’espère de tout cœur que vous obtenez une augmentation de vos subventions. Le festival le mérite vraiment et tout le monde le sait. »


Arash Arash Mohtashami-Maali, directeur des Éditions Interlignes, Ontario, février 2005


« Le Festival International de la Poésie se distingue parmi les chefs de file et fait partie des ambassadeurs dynamiques de notre belle région. Je vous remercie de faire en sorte que nous n’ayons rien à envier au reste du Québec quant à l’accueil, au service ainsi qu’aux intérêts touristiques qui nous caractérisent… »


Noëlle Champagne, députée de Champlain, mars 2005


Le FIP à Toulouse (France), du 15 au 19 mars 2005


« Gaston Bellemare et Bernard Pozier "Les Poètes Québécois ont des noms" que je n'oublierai pas et je savais bien que grâce à Internet je pourrais vous recontacter. Vous n'êtes plus là et notre ville rose paraît plus grise, et l'accent toulousain ne chante plus pareil...! Jusqu'à votre arrivée je connaissais peu de choses du Québec, depuis votre départ je veux tout savoir! J'ai trouvé notre accueil pas toujours à la hauteur...mais j'ai aimé votre poésie, j'ai aimé vos lectures, vos accents, vos intentions... j'avais envie de vous présenter tous mes copains qui pensent que la poésie ennuie! Tout cela j'aurais aimé vous le dire de vive voix mais je n'ai pu assister aux dernières journées car le coeur de mon vieux grand-père en a décidé autrement... je me console en pensant que tous ces poèmes l'ont accompagné vers....??! Voilà, ce petit mot est assez spontané mais je regrettais tellement de n'avoir pas pu vous dire au revoir que je tenais à vous écrire. Je suis cette dame, Florence, qui vous a accompagné et écouté, peut-être vous souviendrez vous, peut-être pas en tous cas nous avons échangé des sourires et quelques paroles. A bientôt. »


Florence Bardel, spectatrice, mars 2005.


« Cette récompense qui vous a été attribuée constitue un signe de reconnaissance envers votre dynamisme et votre engagement. Votre passion pour la culture transcende toute la communauté et nous permet de découvrir la richesse de la poésie. »


Julie Boulet, députée de Laviolette, Ministre déléguée aux transports et Ministre responsable de la région de la Mauricie, mars 2005.


« Cette initiative constitue un geste unique chargé de significations…, à marquer le passage du silence à la parole pour dire le monde et soi-même, atteindre l'autre et résister au chaos ambiant. Enfin, ce geste unique est une lueur d'espoir à un moment où la poésie vit le dur paradoxe d'être tant appréciée, mais peu lue. Quel poète ne dort-il pas sur les invendus de son intériorité, de ses rêves, de sa chair ? Encore une fois, merci et merci. »


Mohamed Loakira, poète du Maroc, 14 février 2005  


« La poésie est vivante et grâce à vous les poètes se rencontrent et gardent très fort le lien noué à Trois-Rivières! » !


Claire Kraehenbühl, poète suisse, février 2005


« Many thanks again for inviting me to the Trois-Rivières Festival. It was excellent, easily the best poetry festival I've ever attended. I'm still full of energy from all of the wonderful events and people with whom I made contact… Gaston Bellemare and Maryse Baribeau are incredible people. They have created the biggest & surely the best and most professionally run poetry festival in the world. »


Philip Hammial, poète d’Australie, octobre 2004


« Ce festival est pour moi un perpétuel sujet d'étonnement et de fierté pour ce qu'il apporte à Trois-Rivières (pas juste pour la visibilité mais aussi pour l'état de grâce) ».


Claude Durand, directrice Chambre de Commerce, octobre 2004


« Je voulais vous remercier une fois de plus de votre chaleureux accueil et de votre magistrale organisation. Je garde un si bon souvenir de mon séjour à Trois-Rivières dû avant tout à votre gentillesse et à votre dévouement… »


Anise Koltz, poète du Luxembourg, octobre 2004


« I am writing to thank you once again the opportunity to participate at the Festival this year. It was a great opportunity to meet a magnificent group of poets. I would have really liked to be able to communicate better in French during my stay at Trois-Rivières, but I am happy that I was anyway able to establish a very intense and enriching exchange with most of my fellow poets. Actually, I've been exchanging books and emails with several of them already, and of course I plan to resume contact with others…»


Mercedes Roffé, poète d’Argentine, novembre 2004.


« Je n'ai que de bons mots pour décrire notre passage au festival de la poésie.  Les quatorze élèves sont de retour à Saint-Lambert avec des idées plein la tête, et ceux qui ne nous ont pas accompagnés voudraient bien maintenant pouvoir vivre l'expérience! Qu'il s'agisse de l'apéro-poésie, de l'atelier d'écriture ou encore de l'après-midi passé à écrire et à «étendre » nos poèmes, nous avons tous eu beaucoup de plaisir.  Toutefois, je dois vous dire que c'est la soirée Poètes en prison qui a le plus intéressé les élèves. Vous auriez dû entendre les échanges qui ont fait suite à cette rencontre: «des poètes du coeur, c'est ça la vraie poésie, du monde ordinaire qui font des choses extraordinaires» et bien d'autres commentaires encore.


Je vous envoie deux poèmes juste pour le plaisir de lire des élèves de 16 ans. Un grand merci à monsieur Martin Thibault qui nous a fait vivre un atelier d'écriture fort intéressant.  J'ai d'ailleurs déjà  puisé dans ses ressources pour faire écrire mes élèves au retour!


Merci et à l'an prochain, c'est certain! »


Nathalie Bayette, professeur de St-Lambert, Québec.


« The Festival International de la Poésie de Trois-Rivières is extremely validating for a poet – by the respect and enthusiasm of all the different audiences in the various venues – and enriching – due to the contact and exchanges with other poets from around the world.  The Festival organization is a superbly well-oiled machine.  That could give lessons to others who run literary events.  Events are set up with a clear knowledge of the relationship between audience and attention span, acoustics and venue – during the time in my own schedule when I could be part of the audience, the main difficulty was choosing which event to go to – knowing that regardless of the choice, it would prove right!  It has been an honour and privilege to be here.”


Maxianne Berger, poète québécoise, octobre 2004.


« Plus de 40 personnes ont participé à cette activité et sont reparties enchantées des belles découvertes qu’elles y ont faites et nous croyons sincèrement que votre généreuse implication a grandement contribué à ce succès. » 


Julie Gascon, Musée québécois de culture populaire, octobre 2004


« Un grand merci pour la poésie, pour ce festival inoubliable. Je t'enverrai d'ici peu mon carnet de route... Le merci s'adresse aussi à Maryse et à toute l'équipe du festival. En espérant que Gorée île baobab continuera son chemin. A bientôt. » 

Tanella Boni, poète de la Côte d’Ivoire, octobre 2004

« Un grand merci pour cette belle invitation de la fin de semaine dernière et pour l'accueil une fois de plus insurpassable tant en termes de chaleur que d'efficacité. J'ai pu rencontrer notamment des poètes étrangers de grande valeur, très chaleureux et comblés par cet événement (ils me l'ont dit, ils vous l'ont probablement dit à vous aussi). J'ai pu aussi retrouver de nombreux poètes québécois que je n'ai pas souvent l'occasion de côtoyer. Bref, un très beau beau séjour en poésie, grâce à vous et à votre merveilleuse équipe. »


Pierre Nepveu, poète québécois, octobre 2004


« J’aimerais bien te redire que j’ai été très heureuse d’avoir participé au festival. Comme la précédente expérience, c’était littéralement extraordinaire. Les rencontres avec des poètes et les réactions du public m’ont donné beaucoup d’énergie. Je me sens métamorphosée et plus positive en tant que poète. Je crois bien avoir trouvé ma patrie, la poésie et Trois-Rivières dont je suis devenue citoyenne d’honneur à ma surprise. Je te remercie infiniment de m’avoir donné cette occasion. Et à bientôt à Paris ».


Marie Sunahara, poète du Japon, octobre 2004.


« Au nom de la revue Les écrits et en mon nom personnel, je voudrais te remercier ainsi que tous les responsables du Festival international de poésie pour la magnifique soirée consacrée au cinquantenaire de la revue. L'accueil si chaleureux dont j'ai bénéficié ainsi que les autres participants à la soirée, me va droit au cœur. Bien à toi. »


Naïm Kattan, responsable de la revue Les Écrits.


« Je viens vous remercier à nouveau pour le magnifique accueil que vous nous avez réservé, nous et les jeunes de Colima. Je suis convaincu que notre relation est très bien partie et je souhaite longue vie à ce partenariat. »


Luis Huertas, Office Québec Amérique pour la Jeunesse, octobre 2004


« Trois-Rivières

un poème dont les mots 

sont des êtres pleins de mots 

à donner

et à recevoir. »


Mohammed Lotfi, Les Souverains anonymes, octobre 2004.


« Un petit mot pour vous remercier votre équipe et vous pour l'expérience 

magnifique qu'a été mon séjour au Festival. Un accueil exceptionnel, des 

présentations de très, très haut niveau (quel plaisir!), une organisation 

sans faille et un public passionné, vraiment, vous m'avez donné la chance de 

vivre une expérience extraordinaire. Merci. »


Ollivier Dyens, poète québécois, octobre 2004


« Je tiens à vous remercier d'avoir accéder à notre demande pour la venue de Marie Suhanara pour une activité à notre librairie samedi dernier. Nous avons été très contentes de sa venue. Ce fut fort agréable d'autant plus qu'elle a pu y demeurer plus longtemps. Nous avons accueilli également Éric Roberge, un poète trifluvien. Sa présence et la lecture de certains de ses poèmes furent une belle découverte pour nous et les invités. »


Gisèle Lafontaine, Librairie Paulines, octobre 2004



« J'ai été très heureuse de vous avoir eu comme président à mon vernissage qui fut le plus beau de ma vie. »


Jeanne Vanasse, peintre québécoise, septembre 2004


«… le festival a été très stimulant pour moi...je t'en remercie chaudement…toi et Maryse…»


Frederic Will, poète des Etats-Unis, octobre 2004


« Mille mercis pour m'avoir permis une fois de plus de vivre en Poésie au Festival de Trois-Rivières, que vous organisez de main de maître avec vos excellents collaborateurs. J'ai pu oublier toutes les laideurs du monde et renforcer un optimisme dont j'ai grandement besoin devant le triste spectacle de haine et d'imbécillité auquel j'assiste tous les jours à la télévision. »


Gary Klang, poète québécois, octobre 2004


«… grâce à votre aimable invitation, j'ai passé d'agréables moments au "Festival international de poésie à Trois-Rivières". Que de souvenirs je garde et garderai toujours de ce merveilleux voyage! Sincères remerciements pour tout et succès continu pour le fantastique festival... À la prochaine fois. »


Lenous Suprice, poète québécois, octobre 2004


« Encore une fois, vous avez déployé vos ailes ! Merci pour tout ce que vous faites pour la poésie et pour ses lecteurs. J’ai passé un magnifique séjour au cœur de l’essentiel… »


Hélène Dorion, poète québécoise, octobre 2004


« C'est un plaisir déjà nostalgique de voir des visages et de lire des textes qui faisaient partie de ma "vie quotidienne" à Trois-Rivières. »


Guy Bennett, poète des États-Unis, octobre 2004


« Je garde un grand souvenir de votre, de notre Festival, qui est le plus grand et le plus beau du monde. »


Luan Starova, poète de Macédoine, septembre 2004.


« …la présentation du poète Michel Garneau a enthousiasmé tout notre auditoire… »


Pierrette C. Fournier, responsable d’Explorart, octobre 2004 


« Je ne voulais pas partir sans vous dire à quel point je suis heureux d’avoir pu participer à ce festival. Vous nous avez vraiment gâtés, tant par vos oisn que par la richesse de l’expérience de ces rencontres, ces lectures et ces contacts. Je retourne chez moi rechargé de cette énergie que j’ai trouvé ici à Trois-Rivières… »


Guy Bennett, poète des Etats-Unis, octobre 2004



« Mon coup de cœur est spécialement le Midi Poésie du Musée québécois de culture populaire… Ce fut un moment très touchant que l’échange entre poètes jeunes et moins jeunes. Ceux-ci furent très généreux par leur écoute et leur attention envers les enfants. Les enfants et les parents de l’école parlent encore de leur visite à T-R. Plusieurs se promettent un petit rendez-vous poétique au festival de poésie, l’an prochain. »


Claire Trudel, enseignante de Châteauguay et responsable de la visite d’une centaine d’élèves du niveau primaire, octobre 2004.


« Le FIP de Trois-Rivières est un événement majeur et un canal de transmission exceptionnel de la culture de langue française et ce non seulement en tant que véhicule de cette culture mais parce qu’il fournit l’occasion d’un maillage remarquable avec d’autres cultures en provenance des cinq continents.  Il s’inscrit donc dans l’horizon ouvert du partage défini déjà par l’émergence d’une « World Culture », en référence ici à l’expression déjà consacrée d’une « World Music ».  Il doit par conséquent non seulement être encouragé, mais soutenu avec vigueur et conviction. »


Laurent Lamy, poète québécois, octobre 2004.


« Qualité exceptionnelle de l’organisation. »


Stéphane Despatie, poète québécois, octobre 2004.


« C’est toujours l’une des activités majeures en poésie dans le monde. »


Bernard Pozier, poète québécois, octobre 2004.


« C’est très émouvant de voir un public qui revient finalement chaque année et de découvrir d’autre visages.  Le public s’élargit et est diversifié de toutes tendances.  C’est la preuve que c’est une activité pertinente et qui répond à un besoin. »


Louise Blouin, poète québécoise, octobre 2004.


« Le FIPTR est un événement incontournable qui défend aussi bien la poésie que les poètes et projette du Québec, du Canada, une image reconnue et ramenée à travers tout le monde des poètes, des éditeurs et de la poésie. »


Émile Martel, poète québécois, octobre 2004.


« Organisation efficace et agréable où la poésie est vraiment au cœur de la rencontre »


Dominique Corneillier, poète québécois, octobre 2004.


« Tout était génial, bonne organisation, bon accueil.  On partage toujours de bons moments poétiques, c’est stimulant pour les écrivains ainsi que l’échange entre les cultures.  Bravo à toute l’équipe. »


Claudine Bertrand, poète québécoise, octobre 2004.


« Dès la première année, le Festival International de la Poésie a manifestement répondu à un besoin social : celui du rêve par le langage et celui de la représentation imaginaire du monde.  Devenu international, ce Festival, dont Gaston Bellemare reste le cœur, n’en demeure pas moins enracinés dans Trois-Rivières de façon multiple, continue et constamment dynamique.  Tout en qualité mais non élitiste, le Festival redonne depuis 20 ans la poésie au peuple qui s’y engage. »


André Gaulin, poète québécois, octobre 2004.


« Grande rencontre.  Une équipe remarquable.  Longue vie au Festival. »


Jean Fayolle, poète haïtien-québécois, octobre 2004.


« Le Festival International de la Poésie de Trois-Rivières, est une petite merveille. » Pierre Cadieu, poète québécois, octobre 2004.


 « Merveilleux festival qui sait combiner contact avec le public + rencontre avec des poètes étrangers + accueil et grand respect pour les poètes d’ici.  Équipe professionnelle et sensible.  Belle présence des organisateurs.  Très stimulant. » D. Kimm, poète québécoise, octobre 2004.


« C’est toujours un événement extraordinaire tant pour le public que pour les poètes.  Un échange à la fois préparé et spontané, des endroits chaleureux.  Nous en ressortons toujours remplis d’énergie et plein de projets, puisque ces rencontres suscitent des idées très créatrices. »


Jean-Paul Daoust, poète québécois, octobre 2004.


« J’ai beaucoup aimé l’accueil offert par l’ensemble des organisateurs du Festival.  Les séances de lecture ont permis de partager avec un public chaleureux.  Bravo à l’organisation !  Merci à toute l’équipe du FIPTR. »


Franz Benjamin, poète haïtien-québécois, octobre 2004.


« Je suis absolument ravi de ma participation et de l’accueil reçu au Festival de poésie de Trois-Rivières. »


Lenous Suprice, poète haïtien-québécois, octobre 2004.


« Quel plaisir d’être parmi vous.  Un pur bonheur.  Vous me revivifiez.  Ce bain de poésie me permet d’oublier toutes les laideurs du monde.  Merci pour tout ! »  Gary Klang, poète haïtien-québécois, octobre 2004.


« Magnifiques rencontres !  Événement exceptionnel.  Qualité de l’écoute remarquable, notamment au Zénob.  Il faut saluer tout le travail d’éducation et de sensibilisation à la poésie effectué par les responsables du FIPTR, depuis vingt ans. »


Julie Stanton, poète québécoise, octobre 2004.


« Tradition à maintenir, expérience extraordinaire de la rencontre poète-public.  Magie ! Bulle utopique réelle, essentielle !  Encore, encore ! »


Leslie Piché, poète québécoise, octobre 2004.


« Le Festival International de la Poésie fait preuve d’un indéniable professionnalisme face à ses auteurs.  Tous les artisans de cette rencontre de création sont à la fois courtois, attentionnés et tellement chaleureux.  D’emblée, on se sent accueilli, entouré, de telle sorte que la lecture de nos textes se vit dans une ambiance feutrée.  C’est une joie de tous les instants !!!  Merci pour cet accueil si fraternel ! »


Carole Martel, poète québécoise, octobre 2004.


« Un excellent Festival.  Favorise la diversité dans le respect de toutes les langues et de la créativité universelle. »


Michel A. Thérien, poète de l’Ontario, octobre 2004.


« L’accueil et l’organisation ont été très sympathiques et efficaces.  On se sent pris en charge. »


Nicole Dumoulin, poète du Québec, octobre 2004.

« Ces rencontres de lectures et de partage entre écrivains furent très riches puisque les organisateurs du Festival de la Poésie ont réussi à combler mes attentes et ce dans le sens de l’excellence.  Il y a dans cet événement un souci à de l’efficacité à jumeler des écrivains afin qu’ils se connaissent et puissent échanger sur les œuvres.  Une rencontre bien vivante.  À promouvoir, à promouvoir.  Bravo ! »


Jean Dorval, poète québécois, octobre 2004.


« Plusieurs lectures, en plusieurs lieux, public intéressé. »


Paul Bélanger, poète québécois, octobre 2004.


« Merci cette année encore. Votre implication généreuse fait toute la différence ! C’est chaque fois un succès !!!»


Monique Deland, poète québécoise, octobre 2004


« Bravo pour ce 20e, qui m’a encore causé des problèmes de foie. C’est bon signe. Celui que la poésie est en meilleure santé que moi. »


Carl Lacharité, poète québécois, octobre 2004


« Je m'empresse de répondre tout de suite à ton invitation pour le Festival. J'y serai avec très grand plaisir. Comme l'an dernier, je vais rester aussi le

samedi à mes frais, bien entendu. Quitter le festival le samedi, c'est trop triste! »


Carole David, poète québécoise, août 2004


« Il y a une fierté de poète que je partage cette année une fois de plus avec des centaines de poètes du monde entier. Cette invitation que tu m'envoies au Vingtième Festival, tant pour l'inauguration que pour trois jours de lecture ramène cette émotion si particulière »


Émile Martel, poète québécois, août 2004


«  Chers amis, (c’est-à-dire à ceux qui donnent tant d’eux-mêmes pour le Festival) Un immense merci pour l’envoi de votre volumineux colis. Dire que vous l’avez adressé à tant de poètes aux quatre coins du monde! C’était un vrai bonheur de le recevoir… La joie absolue, c’était de retrouver toutes ces voix dont beaucoup sont liées désormais à des visages amis.  Ces quelques jours au Festival m’ont apporté quelques amitiés intenses et durables. Un cadeau! (avec, à la clé, quelques correspondances suivies entre Montréal, Barcelone et Rivaz). J’ai souvent eu l’occasion, ces jours derniers, d’évoquer Trois-Rivières, le “Gouverneur” et le Zénob, avec François Debluë, Alain Rochat pour ressasser de grandes heures... et avec Françoise Matthey, une amie dont vous ferez la connaissance en octobre. Ce passage chez vous reste inoubliable ».

 

Claire Kraehenbuhl, poète suisse, mai 2004


« Je pense souvent à vous et votre Festival qui est devenu une adresse mondiale de la poésie » 


Luan Starova, poète de Macédoine, février 2004


« Merci de tout cœur…je me sens comblée par votre attention… »


Olympia Alberti, poète de Grèce, février 2004


«… je trouve avec retard votre belle invitation pour revenir et participer au 20ieme Festival International de la Poésie à Trois-Rivières, en octobre 2004, et vous dis d’ores et déjà que j'accepte dans la plus grande joie. J'ai eu l'honneur d'être votre invité il y a tout juste une décennie - et les jours passés dans votre ville et sous votre hospitalité sont restés gravés dans ma mémoire et mon coeur comme un moment merveilleux et privilégié de ma vie. C'est donc un bonheur très grand que vous me réservez avec cette re-invitation. Je vous en remercie et me réjouis des aujourd'hui de pouvoir retourner au Quebec, l’automne prochain. »


Erich Wolfgang Skwara, poète d’Autriche, janvier 2004


«  Je ne saurais assez vous dire combien ces journées d'octobre 2003 chez vous demeurent pour moi un merveilleux souvenir et combien j'avais apprécié votre accueil et votre organisation. » 


Pierre Nepveu, poète québécois, mars 2004


« As poet laureate I consider it a great honour to congratulate the city of Trois-Rivières on St Valentine’s Day of 2004, and to pay this country’s respects to the unknown poet. In addition, I would like to invite all the world’s poets into the spirit of love, so well celebrate by this great city. »


George Bowering, official poet of the Canadian Parliament, février 2004


« Je suis fier de vous. De toutes vos initiatives. Vous n’imaginez pas comment nous avons besoin de vous et de votre tendresse pour la poésie. »


Luis Filipe Sarmento, poète du Portugal, février 2004


« Je n’oublierai jamais les journées que j’ai passées chez vous. »


John F. Deane, poète d’Irlande, février 2004


« Quelle belle idée, je m’associe de grand cœur à cette célébration ! Très amicalement. »


Salah Stétié, poète d’Albanie, février 2004


« Quel beau geste et quelle idée merveilleuse que celle d’un monument au Poète inconnu. Je serai avec vous le 13 et vous remercie de m’avoir inclus dans votre mail aussi chaleureux. »


Erich Wolfgang Skwara, poète d’Autriche, février 2004


« Merci pour la belle invitation… J'annoncerai votre événement avec plaisir et je vous envoie plein d'amour. Continuez votre travail extraordinaire. »


Johanne Despins, Radio-Canada, février 2004


« merci de vous occuper de nous et de faire un si beau travail. »


Margaret Cook, poète d’Ontario, février 2004


« Mon coeur et mon esprit n’ont pas quitté Trois-Rivières. J’y suis en pensée CHAQUE JOUR. C’est vrai. Je vis dans deux temps différents, à cheval sur deux fuseaux horaires »


Claire Kraehenbuhl, février 2004


«  À titre de ministre du Patrimoine canadien, je crois que les mots ont le pouvoir de transformer les individus, les communautés et les peuples. Je suis heureuse d’appuyer le Festival International de la Poésie une manifestation qui reconnaît l’importance des artistes et des poètes dans notre société et qui leur donne voix. »


Sheila Copps, ministre du Patrimoine canadien, août 2003


«  Le Festival International de la Poésie à Trois-Rivières est assurément l’un des très beaux moments de l’année culturelle. Cette fête des mots est le rendez-vous de la sensibilité et de l’intelligence du cœur. Il est touchant de savoir que, chaque automne, une ville entière subit l’invasion d’hommes et de femmes venus nous révéler tout le pouvoir d’évocation de la parole écrite, dite et chantée. »


Line Beauchamp, ministre de la Culture et des Communication du Québec, août 2003.


«  Le Conseil des Arts du Canada salue la tenue d’un événement qui contribue, sur les scènes nationale et internationale, à la promotion et à la diffusion de la poésie canadienne. Plus encore, il se réjouit du fait que les Festival multiplie la création poétique sous divers modes de diffusion : coédition, partenariats et rencontres entre poètes et éditeurs de partout dans le monde, participation active des jeunes poètes de la relève. »


Jean-Louis Roux, président du Conseil des Arts du Canada, août 2003


« Je viens de toucher terre ce lundi matinje suis descendue de mon petit nuage. Mais pas tout à fait! Je peux y remonter quand je veux et retrouver l’enchantement de Trois- Rivières. J’attendais beaucoup de votre festival... Mais ce que j’y ai trouvé dépasse de loin mes attentes! Des rencontres magnifiques, une fête perpétuelle... et des amitiés qui, j’en suis sûre, vont durer.  Je n’ai pas réussi à prendre congé de vous, Maryse et Gaston (pour moi la fin de quelque chose est toujours chaotique, j’ai de la peine à partir, quitter, me séparer) donc je vous embrasse ici, virtuellement!). 

Je vous remercie encore une fois pour votre travail immense, pour les beaux fruits qu’il porte. Merci aussi pour la façon dont vous recevez chacun de nous, avec sourire, patience et une grande gentillesse. Et je ne parle pas des prouesses de votre organisation!


Soyez certains que je garderai un souvenir heureux, ému et enthousiaste de mon passage en  Mauricie. (En plus, des projets ont germé dans ce terreau fertile). Avec ma chaleureuse amitié, Claire K. » 


Claire Kraehenbuhl, poète de Suisse, octobre 2003.


«  Je me sens tout d'un coup deux ans plus jeune en lisant votre programme du nouveau Festival de la Poésie qui commence dans quelques jours. Mais un peu de tristesse se manifeste en même temps parce que je voudrais être présent aussi à Trois Rivières, j'ai tant de bons souvenirs, surtout l'amitié que j'ai reçue était et reste importante. Je vous souhaite, cher ami Gaston, un festival couronné de succès et la tendresse lyrique de tous les participants.


Willie Verhegghe, poète de Belgique, octobre 2003


«  Je te souhaite un excellent festival, le meilleur du monde. »


Luan Starova, poète de Macédoine, septembre 2003


« Un grand merci pour m’avoir permis de participer au 19e FIP. Grande mais combien stimulante est ma fatigue. Beaucoup de temps forts : au Bar Zénob, au Four à Bois, au Cégep, à Presse Papier pour la « joute » peintres-poètes Un merci spécial, Maryse, pour l’accueil, l’attention, surtout pour tout ce travail de gestion, d’intendance Ce séjour de diction poétique m’a permis de découvrir une autre ville et d’y retrouver la même amabilité québécoise. J’ai pu reprendre contact avec certains confrères et amorcer de nouvelles amitiés, et des possibilités de traduction se profilent… »


Anthony Phelps, poète d’Haïti/Québec, octobre 2003.

 

 « Je me sens très honoré de recevoir ce Prix prestigieux et fort reconnu parmi la communauté des poètes et des lecteurs de poésie, et de me voir du même coup invité au Festival international de poésie de Trois-Rivières... Je dois dire que je suis fort impressionné par la qualité de votre organisation. Je suis sûr que ce sera un très beau Festival et ce sera un plaisir pour moi de lire mes poèmes à Trois-Rivières. »


Pierre Nepveu, poète québécois, septembre 2003


«  Le FIP est un des rares lieux porteur d’espoir, d’ouverture et de changement. Un lieu où le pouvoir des mots stimule l’intellect et les émotions. Un lieu qui invite à la réflexionde qualité. Il mérite un meilleur soutien financier pour la préservation de sa pérennité. »


Maka Kotto, poète du Québec, octobre 2003.


« C’est avec un grand plaisir que j’ai regagné Alger la Blanche emporté par le bonheur d’avoir participé à cette fête universelle qui s’appelle le 19e festival International de Poésie de Trois-Rivières. A Alger, déjà noyé dans la vie de tous les jours, je fais encore des lectures collectives avec les poètes aux restaurants et cafés de Trois-Rivières. Le rêve que je viens de faire n'en finit pas. Je vous félicite, Maryse et toi ainsi que toute l’équipe pour ce que vous faîtes pour votre ville et pour la poésie et les poètes. Une chose est sûr pour moi : le rêve n’est jamais gratuit. Vous avez fait de Trois-Rivières un nid de grands rêves pour les poètes. Je n’en reviens pas ! »

Achour Fenni, poète d’Algérie, octobre 2003.



«  Quelles belles journées j’ai passées à Trois-Rivières grâce à vous deux, les deux anges inspirateurs de la poésie du Québec et de la terre entière ! Grand merci ! Je suis heureuse d’avoir été là, parmi vous tous de l’organisation et parmi les poètes rencontrés avec bonheur. En ces temps de grands dérangements du monde, la place que vous faites à la poésie est comme le ciel sur la terre. »


Madeleine Gagnon, poète du Québec, octobre 2003.


« La qualité de l’accueil, de l’organisation, de l’animation et de l’ensemble de la coordination du Festival était impeccable. J’ai été franchement touché par le respect et l’amitié témoignés envers les poètes. Vous contribuez ainsi à créer des ponts entre des cultures parfois très éloignées. Continuez ce lumineux travail


Pierre Charland, poète du Québec, octobre 2003.


« Cher Gaston, chère Maryse


Mille remerciements de tout votre travail, de votre accueil et de tout ce que vous fait pour créer de si bons souvenirs du 19ième festival ! »


Lawrence Sail, poète de Grande-Bretagne, octobre 2003.


«… encore une fois, MERCI pour le Festival--une expérience qui libère et encourage, nourrit et fait rêver. »


Andrea Moorhead, poète des Etats-Unis, octobre 2003.


« Aborder Trois-Rivières en poésie, poévie, dans la chaleur de votre accueil et de l'été indien: chapeau! et merci! Amitiés à vous. »


Daniel Biga, poète de France, octobre 2003.


« On va se garder dans un racoin du coeur un bout de nostalgie heureuse. »


Louis Dubost, poète de France, octobre 2003.


« Encore une fois un grand merci. Rentré chez moi hier, fatigué et heureux. »


Arjen Duinker, poète des Pays-Bas, octobre 2003


« j'espère que vous allez bien et que vous vous êtes déjà reposés après le 

départ des poètes ! Je vous remercie encore une fois pour ce festival si 

bien réussi. »


Sabah Zouein, poète du Liban, octobre 2003.


« Please accept my thanks for your attention, hospitality and friendship. You are creating a superb tradition in Trois-Rivières and it was an honour for me to be included in it. »


Samuel Hazo, poète des États-Unis, octobre 2003.


«  Accueil très chaleureux. Dévouement exceptionnel des organisateurs. Une ville où la poésie trouve un public attentif. Un bonheur de partager mes mots avec des poètes de quatre continents Merci infiniment… »


Hélène Harbec, poète d’Acadie, octobre 2003.


« Quelle belle aventure que ce bain linguistique et culturel qu’est le Festival de poésie. J’ai adoré toutes mes rencontres-soupers-dîners-poésie la joie et la bonhomie régnaient au festival J’ai ressenti un accueil chaleureuxet un sentiment d’appartenance au monde de la poésie internationale, sans frontières, sans bornes… »


Jennifer Boire, poète du Québec, octobre 2003.


« Initiative très originale qui va plus loin que l’occupationnel comme cela se passe dans plusieurs festivals ».


Jean-Noël Pontbriand, poète du Québec, octobre 2003.


« Cher Gaston, chère Maryse,

 

Comment, au retour à Montréal et à la vie ordinaire, ne pas avoir la nostalgie de ces belles et radieuses journées à Trois-Rivières au Festival de poésie? Cette expérience nouvelle pour moi a été des plus enrichissantes: contacts avec le public, rencontre de poètes, découverte des lieux multiples de la poésie trifluvienne, etc. Surtout, j'ai immensément apprécié votre accueil, votre présence, notamment la très grande générosité de Maryse et de son équipe (Dominique, Suzanne, notamment). Bref, vous avez fait en sorte que ce séjour soit inoubliable. Merci, du fond du coeur. Un mot, pour terminer, pour vous dire que l'organisation des lectures, leur durée, leur programmation, leurs lieux, était excellente ces journées furent un vrai bonheur, sur le plan humain aussi bien que poétique. Avec mes amitiés et en souhaitant longue vie au Festival international de poésie de Trois-Rivières, qui vous doit tout. 

 

Pierre Nepveu, poète du Québec, octobre 2003.


« J’en profite pour te redire combien fut un bonheur mon séjour à Trois-Rivières La semaine prochaine, quelques poètes de Trois-Rivières se réunissent chez moi Des liens se sont tissés Grâce à vous. Je suis tout à fait remise de ma brève mésaventure d’autant moins pénible que Maryse s’est occupée de moi avec un soin que je n’oublie pas. Ce mot pour vous dire ma gratitude, mon amitié et vous embrasser. »


Claude Ber, poète de France, novembre 2003.


« Merci de votre amitié jointe à la carte de Louis Dubost et Daniel Biga.

Comme toujours ceux qui reviennent de " là-bas" sont enchantés. J'en conclue

que vous êtes magiciens! Ou, est-ce la grâce de la poésie partagée? »


Luce Guilbaud, poète de France, novembre 2003.



« Tout est parfait, formidable. Ce festival est formidablement organisé. »


Hugues Corriveau, poète du Québec, octobre 2003.


« Excellente ambiance. Organisation impeccable. Une très belle réussite, aventure Les organisateurs doivent être félicités. »


Lise Gaboury-Diallo, poète de Winnipeg, octobre 2003.


« Un petit mot pour te remercier chaleureusement de m’avoir invité à participer au festival international de la poésie de Trois-Rivières. J’en profite pour te féliciter d’avoir réussi à faire vivre la poésie à Trois-Rivières. Il faut le faire. Je souhaite longue vie à ton bébé qui aura vingt ans l’année prochaine. Je suis certain qu’il est très fier de son père comme nous le sommes tous. » 


Jean-Noël Pontbriand, poète du Québec, octobre 2003.


«… Et, si j'ai relativement, tardé à faire signe c'est parce que je voulais, symboliquement et de manière romantique, jouir encore des parfums et souvenirs engrangés durant mon séjour. Mais encore trouver les bons mots pour exprimer mon bonheur d'avoir été avec vous, de vous avoir connus et d'avoir vécu à votre proximité, couvé et gâté, comme un enfant longtemps absent et que retrouvent ses parents... C'est vous avouer, par là, cette autre certitude: je ne saurai jamais tout à fait vous dire merci. Oui, merci pour votre générosité et pour tout! »


Charles Élie Moreau, poète du Sénégal, octobre 2003.


« Grâce à vous, nous avons encore connu une journée vraiment extraordinairement enrichissante lors de notre rencontre poétique. Il me fera donc bien plaisir d'aller vous en remercier en personne… »


Denise Grenier, enseignante de français du Québec, intégration des immigrants, octobre 2003.


«  Merci pour le beau festival! J'ai fait de belles découvertes en même temps que j'ai renoué davantage quelques liens déjà bien serrés. Comme d'habitude, c'était bien organisé et la chimie était au rendez-vous. »


Stéphane Despatie, poète du Québec, octobre 2003.


« Au nom de Pierre Graveline, éditeur et directeur de l'Hexagone, au nom de Simone Sauren, directrice des communications et de la collection La Voie des poètes, et en mon nom personnel,comme poète et directeur de la collection l'Appel des mots, je tiens à te remercier d'avoir si bien accueilli l'Hexagone en lui donnant une tribune pour le récital entourant les célébrations du 50ième anniversaire de notre maison d'édition. Ton geste d'amitié nous a beaucoup touchés et nous t'en sommes reconnaissants. »


Robbert Fortin, poète du Québec, octobre 2003


« Très bonne organisation. Sérieuse et professionnelle. »

Salah El Khalfa Beddiari, poète de l’Algérie /Québec, octobre 2003.


« Je tiens à te remercier pour les moments magiques vécus au festival. J’apprécie tout ce que tu fais pour moi. J’ai rarement vécu un échange aussi intense entre moi et le public d’un vernissage, en fait c’est la première fois. Bonjour à toi et à Maryse, vous êtes dans mes pensées, affection. »


Agnès Riverin, poète et artiste du Québec, octobre 2003.


« Je vous écris quelques mots pour vous dire un gros merci pour les poètes absolument extraordinaires que nous avons eu la chance d'écouter lors de "Poètes en prison". Nous avons eu des critiques très élogieuses. Merci encore pour votre collaboration et bonne fin de festival. »


JULIE GASCON, Musée québécois de culture populaire, octobre 2003


 «  L’accueil au FIP est exceptionnel. Grand professionnalisme des équipes de coordination et d’animation. »… « Je suis revenue chez moi remplie d’émois, pleine des poésies entendues… »


Diane Régimbald, poète du Québec, octobre 2003.


« Travail formidable pour rendre la poésie à sa fonction créative »


Claude Beausoleil, poète du Québec, octobre 2003.


«  Ce festival, un incontournable au Québec, est devenu au fil des ans un événement véritablement international. L’activité « Poèmes et poètes en prison » est particulièrement originale tant par sa conception que par sa réussite auprès des poètes et du public. Que dire de la qualité de l’écoute dans les cafés, bars, restaurants et salles de spectacle. Chapeau ! »


Robert Dickson, poète de l’Ontario, octobre 2003.


« Impeccablement conçu. Riche en culture et en diversité Un respect infini des poètes et une générosité sans pareille de la part de tous les responsables. Une représentation face aux étrangers qui fait honneur à ce pays. »


Mona Latif-Ghattas, poète de l’Égypte/Québec, octobre 2003.


«…La ville entière est à l’écoute de la poésie. C’est très stimulant. »


Louis-Philippe Hébert, poète du Québec, octobre 2003.


« J’ai adoré mon expérience. Je vous suis très reconnaissant. »


Christian Roy, poète d’Acadie, octobre 2003.


« Accueil impeccable. Hôtes empressés et efficaces. Grand bain culturel dans une atmosphère de camaraderie Sans doute le meilleur festival de poésie au monde… »


Bertrand Laverdure, poète du Québec, octobre 2003.


«  C’est le festival le mieux organisée où j’ai été invité à lire mes poèmes. On s’y sent ami avec tout le monde. C’est un festival nécessaire Merveilleux. »


T. Anders Carson, poète de l’Ontario, octobre 2003.


«  J’ai bien aimé le festivalles gens étaient toujours chaleureux et j’ai aimé rencontrer les poètes des différents pays. Beaucoup de diversité et bien organisé. Merci. »


Munira Judith Avinger, poète des Etats-Unis/Québec, octobre 2003.


«… Je ne peux que vous louer de l’existence de ce festival. »


Marc Vaillancourt, poète du Québec, octobre 2003.


«  Un excellent festival, à tout point de vue. »


Danyelle Morin, poète du Québec, octobre 2003.


« Une organisation remarquable par son efficacité, son professionnalisme et son souci des détails. Tout est mis en place pour que le Festival soit un succès. »


Pierre Charland, poète du Québec, octobre 2003.


« Accueil très chaleureux de la part des organisateurs et des auditeurs. On sent que la ville de Trois-Rivières est habitée par la poésie Très enrichissant. Les lieux de lecture sont très différents les uns des autres, nous font découvrir la ville Je recommande ce festival à tous les poètes connus et moins connus. J’aimerais y revenir. Il y a tant de poètes à découvrir. Merci ! »


Lucie Chéné, poète du Québec, octobre 2003.


« Rencontre de rêve. Accueil des plus chaleureux. Hébergement impeccable. Publicité monstre. Programme d’activités très bien élaboré. Suivi constant des poètes. Exceptionnel dévouement des organisateurs. »


Claude Hamelin, poète du Québec, octobre 2003.


«  La Fondation de Saint-Denys-Garneau, son Conseil d’administration et ses membres vous offrent leurs plus chaleureuses félicitations pour la réussite du dernier Festival International de Poésie et pour l’élan exceptionnel que ce dernier offre à la poésie et aux poètes, à l’échelle nationale et internationale. » 

Giselle Huot, pour la Fondation, novembre 2003.


« Je me réjouissais beaucoup de retrouver le festival, les gens et les rues…de Trois-Rivières. La vitalité et l’abondance de la poésie m’ont une fois encore vraiment marqué ainsi que la réception très chaleureuse du public et de toute l’équipe… qui fait ce travail géant d’organisation. »


Patrick Williamson, poète d’Angleterre, janvier 2004

« Je vous redis toute mon admiration pour le travail exceptionnel que vous accomplissez pour faire aimer la poésie et votre ville à nos compatriotes. Votre réalisation est unique. Le Québec a besoin de gens comme vous. »


Émile Roberge, poète du Québec, août 2003.


« Je préfère répondre deux fois plutôt qu'une à ton invitation qui me fait le plus grand des plaisirs, j'ai hâte d'être à Trois-Rivières, cet automne, et d'y lire mes poèmes. Merci mille fois de m'avoir invité à participer à cet événement prestigieux et stimulant ».


Louis-Philippe Hébert, poète du Québec, juin 2003


«  Je veux vous remercier encore une fois pour l'accueil chaleureux que vous faites aux poètes lors du Festival. Cet événement est magique et c'est un bonheur d'y être présent comme invité et comme spectateur. J'y fais chaque fois des rencontres signifiantes qui sont des lampes allumées dans mon écriture et dans ma vie. »


Monique Laforce, poète du Québec, octobre 2003.


«  On ressort toujours du festival avec le sentiment d’en être grandi. On se sent une meilleure personne »


Jean-Marc Beaudoin, Le Nouvelliste, 7 juin 2003


« Trois-Rivières est une ville intellectuelle avec son université et ses institutions d’enseignement, une capitale industrielle en pleine remontée spectaculaire et la capitale mondiale de la poésie. »


Bernard Landry, premier ministre du Québec, Le Nouvelliste, 3 février 2003.


« La réputation du Festival International de la Poésie n’est plus à faire. Grâce au dynamisme de son équipe, le Festival est même devenu un élément important de l’offre touristique en Mauricie ! En tant que ministre d’État à la Culture et aux Communications, je sais toutefois quels efforts sont déployés afin que Trois-Rivières devienne, chaque automne, la capitale internationale de la poésie. Je joins donc ma voix à celle des jurés  des Prix Odyssée, qui ont fait de la 17e édition du Festival International de la Poésie l’événement littéraire de l’année 2001, pour souligner la contribution exceptionnelle que vous-même et vos collaborateurs apportez à la diffusion de la poésie. »


Diane Lemieux, ministre d’État à la Culture et aux Communications du Québec, juin 2002.


« Un mot seulement pour te dire mille fois "MERCI" pour ton accueil d'hier. J'ai redécouvert un nouveau Trois-Rivières. Je suis rempli de cette ferveur qu'on a ressentie partout où nous sommes passés hier. Ce qui est fantastique, c'est le respect pour les poètes; les gens qui cessent de parler pour écouter les mots, les textes et de vivre avec eux ces moments magiques. C'est unique. Et quelle ambiance !!! »

Robert Desfonds, réalisateur Équipe Spectra, octobre 2002.

« En tant que responsable des activités de la Semaine de la poésie à l'Institut Secondaire Keranna, dans le cadre FIP, je tenais à remercier toute votre équipe pour votre chaleureuse collaboration à différents niveaux: visite des poètes, références médiatiques, matériel, concours Matinée poésie, etc. D'ailleurs, le Petit Journal de TQS / RDI est venu passer la Nuit de la poésie avec moi et 17 jeunes (garçons et filles) et ils en feront un reportage dans quelques semaines... Sachez que vous êtes mon inspiration de par ce festival et vous me permettez continuellement de croire que l'intérêt pour la poésie est présent même au secondaire... Parce que j'y crois (et d'autres aussi), parce que VOUS y croyez, tout est possible!»


Julie L'Heureux, enseignante, octobre 2002


« Ferveur, humour, amitié, partage, découverte, ... la liste est longue de tant d'élans positifs. Je rêve déjà de revenir à Trois-Rivières, un jour... Trois-Rivières n'a pas usurpé son titre de Capitale mondiale de la Poésie. Mon admiration et mes remerciements vont à ton équipe et aux Trifluviens, ardents auditeurs de poésie


Béatrice Libert, poète de Belgique, octobre 2002


« ... je suis encore émerveillé par le festival qui fut un succès absolu et dont le niveau d'organisation était de qualité remarquable et celui des participants, excellent


Luan Starova, poète de Macédoine, octobre 2002

« Kuei, à vous. Je suis très heureuse d'avoir connu la magie de ce Festival. Il y a tant de choses à faire dans le monde de la poésie, et ce que j'aime par dessus-tout, c'est la simplicité des gens. La simplicité de la poésie, est le fil du poète et de la personne qui la vit. Je vous remercie d'avoir ouvert la porte à la voix de la terre, dont je suis l'humble gardienne car mon arme , c'est la poésie, si je peux m'exprimer ainsi. Le Grand Esprit protège la beauté, la simplicité de ce Festival. C'est une route tracée. Nous allons sûrement garder un lien, que votre coeur batte sereinement... Dans la paix de l'esprit et longue vie à la terre! » 

Rita Mestokosho, poète Innu du Québec, octobre 2002

« Je tenais sincèrement à vous remercier pour l'organisation du magnifique FIPTR. J'y ai vécu une expérience inoubliable, noué des amitiés nouvelles et découvert une ville où la poésie est un mode de vie. Merci à toute votre équipe, à vos bénévoles et à vos collaborateurs


Martin Bélanger, poète du Québec, octobre 2002.


« Il me fait plaisir de vous exprimer la satisfaction des membres présents de l'Association Québec-France Mauricie à l'activité d'hier soir. L'animatrice, madame Louise Blouin et les trois poètes nous ont ravis par leurs mots... Je tiens à vous remercier au nom du conseil provisoire, de l'enrichissement des activités de l'Association par ce maillage avec le Festival international de Poésie, et vous dis: À la prochaine! »

Monique Danis, responsable du conseil provisoire, octobre 2002 


« Je tiens à vous remercier une fois de plus de m'avoir invité à votre festival où j'ai pu rencontrer des poètes captivants venus du monde entier, ainsi que des animateurs et des organisateurs incroyablement dynamiques. Vous accomplissez là une oeuvre exceptionnelle qui mériterait une grande reconnaissance internationale. Un nouveau Prix Nobel, par exemple, celui de la Fraternité. Pendant trois jours, j'ai pu vivre grâce à vous en poésie dans une fraternité universelle et oublier le monde très déprimant dans lequel nous tentons de vivre actuellement.» 


Gary Klang, poète québécois, octobre 2002


« ... je voudrais vous dire, du plus profond de mon coeur, le plus ensoleillé merci pour votre accueil si chaleureux et votre constante générosité. This were great days in Trois-Rivières, but also in Quebec and in Montreal!!! - I will never forget these days in Canada with all of you and the poets, some of them are now really friends and I'm looking forward to see them again... Thank you very much for all what you did for me: When ever you want you can come to Bremen and be our guest...»

 

Regina Dyck, directrice du Festival de poésie de Bremen (Allemagne), octobre 2002

« après avoir pris l'initiative de m'amener à Trois-Rivières et eu le privilège et  le plaisir de participer à l'ouverture officielle du Festival vendredi dernier à la Maison de la Culture, je fais à nouveau acte de présence pour manifester mon intérêt et mon appréciation; quel bonheur de côtoyer quelques moments ces poètes venus d'aussi loin que la Russie, la Roumanie.... de saluer Marie-Claire Blais, Nicole Brossard.... bravo à vous qui avez allumé cette flamme poétique et qui la tenez bien vive! pour moi, c'était ma première présence sur place et j'espère pouvoir m'échapper à nouveau pour y refaire un saut durant ce week-end; mais je ne prends pas de risque... pour marquer mon appréciation et en guise de participation, je joins une simple page inspirée par cette ouverture et dont l'ébauche a été mise sur papier tout en me restaurant au Menuet Oriental ... peut-être pourrez-vous le faire cheminer jusqu'aux "cordes à poèmes"... De toute manière, une superbe fin de Festival et possiblement au plaisir de vous y saluer au cours de ce week-end.» 

Gilles Robert Nadeau, spectateur de Montréal, octobre 2002

« ...de retour à Paris, je voulais vous remercier encore pour votre accueil chaleureux. J'ai été très impressionnée par votre festival, son organisation, l'écoute exceptionnelle du public ... Ce sont pour moi des moments inoubliables.»


Laure Cambau, poète de France, octobre 2002


« La rencontre de la poésie et de la musique en présence continue des tableaux de l'artiste Louise Prescott a été semble-t-il un succès, grâce aux artistes et au public mais encore, à votre travail à l'organisation de l'événement, que ce soit aux plans du marketing et de la promotion


Daniel Lessard, Trio Daniel Lessard, musicien de jazz



« ... l'organisation réussit le tour de force de toujours s'améliorer si bien que c'est impeccable, tant au niveau de l'accueil, de l'animation, des relations humaines, des déplacements, de l'hospitalité et de la synergie qui règne dans la ville avec le public et nos hôtes.» et « je dois te remercier infiniment, ce festival ce fut quelque chose d'absolument incroyable... Je ne m'attendais pas à autant d'émotions et d'amitiés, meme si je n'ai pas été capable de rencontrer tout le monde et que je suis passée â côté de gens que j'aurais aimé rencontrer davantage... J'ai participé à un tas d'activités qui étaient des premières pour moi, et c'est fou tout ce que j'ai appris en 10 jours (au point de vue humain et poetique!); ca m'a meme fait franchir un seuil dont je ne réalise pas encore toutes les retombées et m'apercois que cela entraînera même des changements dans mon écriture... et encore merci: je crois que le festival est devenu une organisation dangereusement bien rodée! C'est une incroyable fête de partage et de poésie - chapeau


Jean-Éric Riopel, poète du Québec, octobre 2002


« Je vous écris pour vous remercier de votre invitation au Festival International de Poésie à Trois Rivières. Pour moi, l’expérience sera inoubliable. Je vous félicite de la bonne organisation et de votre accueil


Silvia Pratt, poète du Mexique, octobre 2002


« Je vous remercie infiniment pour le 18e Festival International de la poésie. Grâce à vous, j'ai passé un moment intense, très enrichissant. Et j'admire votre sens d'organisation. Tout s'est déroulé merveilleusement bien


Marie Suhanara, poète du Japon, octobre 2002


« Je tiens d'abord à vous dire merci du fond du coeur pour ce festival auquel j'ai eu le bonheur de participer. Une telle participation est un grand privilège...»


Nicole Gagné, poète du Québec, octobre 2002


« Un festival extraordinaire ! Ambiance chaleureuse. Excellent hosts & presenters (very welcoming).»


Carolyn Marie Souaïd, poète du Québec, octobre 2002


« Qualité de l'accueil. Excellent choix de plusieurs lieux publics de lecture facilitant l'Écoute. Multiplication des occasions de rencontres stimulantes avec des poètes du monde entier, hors de tout esprit de compétition


Michel Van Schandel, poète du Québec, octobre 2002


« J'ai bien aimé cette expérience de lecture dans des lieux publics : je ne pensais pas avoir autant de plaisir. Je regrette de n'avoir pu participer à ce festival avant. J'ai été étonné par la qualité d'écoute du public et toute cette animation autour du poème -- je pensais le poème réservé à quelques initiés. Bien aimé aussi entendre des poètes de langues étrangères


Philippe Haeck, poète du Québec, octobre 2002


«... une rencontre littéraire extraordinaire d'une organisation exceptionnelle. Tous les poètes y sont chaleureusement accueillis. Le public est enthousiaste et toujours à l'écoute. De multiples occasions sont offertes à tous de rencontrer des poètes de différentes régions du Canada, ainsi que de différents pays. C'est un festival qui demande une énergie et une engagement incroyables de la part des organisateurs et des bénévoles. Bravo


Margaret Michèle Cook, poète de l'Ontario, octobre 2002


«  J’ai beaucoup apprécié les rencontres avec le public -- les réactions, les commentaires, les questions, les échanges -- et j’ai énormément apprécié les contacts avec d’autres poètes venus de partout dans le monde, contacts qui permettaient de discuter de poésie, de littérature de différents pays, de situations politiques. Très enrichissant C’est merveilleux de constater que les gens se déplacent pour manger dans un restaurant ou prendre un verre dans un bar et écouter de la poésie. Le festival est vraiment extraordinaire… »


Margaret Michèle Cook, poète de l'Ontario, octobre 2002


 « Difficile de faire mieux


Patrick Coppens, poète du Québec, octobre 2002.


« ...que rajouter de plus si ce n'est d'avoir le privilège d'être invité à nouveau et le plus souvent possible.»


José Acquelin, poète du Québec, octobre 2002


« le meilleur festival de poésie au monde ! »


Jean Boisvert, poète du Québec, octobre 2002


« ...je suis bien arrivée à Miami... Je tiens à vous remercier pour cette invitation à Trois-Rivières et pour l'accueil chaleureux que j'y ai reçu. Ce fut pour moi une belle expérience... Merci encore, je vous embrasse tous les deux »

Myriam Montoya, poète de Colombie, octobre 2002

« ... ensemble d'activités extrêmement bien préparées. Très bon accueil et très grande attention donnés aux poètes invités. Un temps important qui favorise l'échange entre poètes et la diffusion des oeuvres présentées


Luc Lecompte, poète du Québec, octobre 2002


« ... une organisation exceptionnelle qui traite avec respect les écrivains et ne tombe pas dans le paternalisme... S'il y a une organisation sur laquelle tout événement littéraire devrait être calqué, ce serait le Festival International de la Poésie


Bertrand Laverdure, poète du Québec, octobre 2002


« Un événement unique, précieux !» 


D. Kimm, poète du Québec, octobre 2002.


« Très professionnel, chaleureux, organisation hors du commun. Du jamais vu ailleurs. Bravo


Micheline Boucher, poète du Québec, octobre 2002


« ... festival bien structuré. Excellente organisation. La rencontre m'a permis d'être en contact avec plusieurs lecteurs, auditeurs et poètes. Je reste très impressionnée par ce festival, malgré que j'aie déjà participé à un grand nombre de soirées de lecture au Canada et à l'étranger


Nathalie Watteyne, poète du Québec, octobre 2002


« Ce que j'apprécie le plus, c'est qu'il (le FIP) permet à tous d'accéder à la poésie, sans distinctions. Cet événement rend la poésie accessible à tous et c'est nous, les poètes, qui faisons notre devoir de communication.»


Bertrand Tremblay, poète du Québec, octobre 2002.


« On souhaite revenir plus longtemps pour multiplier ces rencontres avec le public et les pairs


Thierry Bissonnette, poète du Québec, octobre 2002


« Bravo pour la programmation de ce festival. C’est la première fois que je viens passer la semaine et j'ai déjà beaucoup de coups de coeur


Nancy R. Lange, poète du Québec, octobre 2002


« La collaboration entre nos deux organismes est importante. Le Festival International de la Poésie et le Récital du 3e Âge aident nos aînés à apprécier et à développer leur passion des mots. Encore cette année, le Récital-poésie fut un succès. Nous apprécions que vous mettiez à notre disposition la Salle Anaïs-Allard Rousseau et la salle adjacente pour cette activité qui met en valeur le talent de nos aînés »


Luce Girard, directrice générale FADOQ-Région Mauricie, novembre 2001


« Après quelques semaines, je peux prendre enfin le temps de vous saluer et de vous remercier. J’ai passé trois jours magnifiques et joyeux à Trois-Rivières. Trois jours de rencontres et de lectures dont les accents étrangers traversent déjà mes textes à venir. Oui, j’ai été émue d’entendre tous ces poètes parler ma langue avec leurs accents rudes et écrire sur ces terres qui nous ont   trahis. Pour cette émotion et pour tout ce que cela implique d’ouverture sur le monde en ces tristes temps, je vous remercie et vous salue… »


France Mongeau, poète du Québec, novembre 2001




« D’abord  te remercier, tout simplement mais du fond du cœur, de ce que tu as ainsi créé d’unique et dont tu fais profiter les autres. Quels autres ? Les poètes bien sûr mais aussi le public -- les publics - et ton équipe qui rayonne et qui fait rayonner le festival. Il règne en effet un état d’esprit, un état de grâce, plutôt, qui imprègne tous les participants et qui les met à leur tour en pleine euphorie poétique, en totale harmonie avec l’ambiance du festival, avec l’ambition spirituelle du festival. Cela déclenche entre les poètes l’envie et le plaisir de lire ensemble, d’être au coude à coude, de se connaître. Les relations qui se nouent ainsi entre eux -- et qui fondent une sorte4 de club du Festival Trois-Rivières - sont à la fois immédiates et durables. Il faut également parler de la si parfaite organisation Chez toi c’est parfait, absolument parfait; c’est au point que les poètes n’ont plus aucun souci autre que celui de donner le meilleur d’eux-mêmes. Et la générosité du per diem que tu leur verses y contribue grandement; ils sont peu habitués à être traités aussi dignement et je peux te dire qu’ils y sont sensibles et c’est sans doute pourquoi ils s’efforcent -- au moins la plupart - d’être à la hauteur. Car j’ai été frappé par la qualité des poèmes lus et par la préparation  des poètes qui prennent les choses au sérieux. Enfin on ne peut passer sous silence non plus, le fait incroyable que tu as réussi à donner une patrie à tous les poètes du monde entier : Trois-Rivières »


François Montmaneix, poète de France, octobre 2001


«  Avec ferveur, 

   sur la rive du St-Laurent

   à Trois-Rivières

   la poésie tient le monde

   debout… »


Jeanine Baude, poète de France, octobre 2001


« Chers Gaston et Maryse, Je vous écris seulement pour vous remercier de tout: le festival de Trois-Rivières est le plus beau festival de poésie que je connais, le plus intéressant et le plus amusant; et vous, vous êtes les meilleurs hôtes. Je vous remercie de m'avoir invitée. Un abrazo y un beso muy fuertes »


Mónica Mansour, poète du Mexique, octobre 2001


« Une véritable fête des mots absolument unique Je suis revenu avec de nombreux amis supplémentaires et inconnus jusqu’alors, avec des projets de toutes natures au-delà des frontières et des océans, avec des textes nouveaux écrits sur place. J’ai appris autant que j’ai pu apporter. C’est cela la vraie richesse. »


Gérard Blua, poète et éditeur de France, octobre 2001


«  Gaston Bellemare a su faire de Trois-Rivières, le Centre de la poésie de ce pays… »


Antonio D’Alfonso, poète de Toronto, Ontario, octobre 2001



« Un petit mot (quelque peu en retard) pour vous remercier pour les magnifiques journées que j'ai passées à Trois-Rivières lors du dernier festival de poésie.

C'était la première fois que j'y participais et j'ai été vraiment impressionnée tout d'abord par l'organisation impeccable de votre festival.  J'ai aimé aussi me retrouver avec d'autres poètes et partager avec eux une poésie du monde entier à toutes les fois unique et riche.  Les lieux où j'ai lu mes textes étaient formidables (Bar le Comic, restaurant le Saint-André, bar le Zénob)  Les gens de Trois-Rivières sont remarquables quant à leur sensibilité et à leur écoute de la poésie.

 

En résumé, deux jours merveilleux de fête dans les mots et la poésie avec le décor magnifique de l'automne à Trois-Rivières: quoi demander de mieux!!! »

 

Micheline Martineau, poète du Québec, novembre 2001



« Dix jours déjà que j'ai quitté le Québec et je n'ai pas encore vraiment 

atterri! Je suis reparti avec tant d'émotions, de sensations, de couleurs, 

de saveurs... Tant de bonnes choses que j'ai vécues en si peu de temps que 

je ne suis pas prêt d'oublier ce merveilleux pays qu'est le Québec et les 

amis Québécois dont vous faites partie désormais. Un grand merci à tous 

deux pour votre accueil, votre écoute, votre disponibilité. Grâce à vous, 

il me semble que la poésie n'a jamais été aussi bien servie qu'à 

Trois-Rivières. Bravo à vous ainsi qu'à toute l'équipe pour l'organisation 

sans faille de ce Festival à ma connaissance unique au monde. Mes amis 

poètes algériens Jean Sénac, Tahar Djaout et Youssef Sebti - tous 

trois assassinés - auraient été ravis de faire partie du Festival. Merci 

d'avoir eu une pensée symbolique pour eux, merci pour la chaise vide.


Je vous embrasse bien et, j'espère, à bientôt ici ou là.


Hamid TIBOUCHI, poète d’Algérie, octobre 2001


«  Ces moments passés à Trois-Rivières resteront pour moi le lieu unique d’uns solidarité contagieuse. Je vous en remercie. »


Bernard  Montini, poète de France, janvier 2002


« Chères Maryse, Louise, Edith, Nancy Gaston, Bernard, Dominique...

Quinze jours après, peut-être qu'il commence à faire froid là-bas. Mais votre chaleur que j'ai emmenée avec moi ne diminue pas ici. C'était un vrai bonheur que de vous avoir rencontrés et d'avoir fait le festival avec vous. Et les vrais bonheurs, c'est comme le vin, nous dit-on. Ca ne s'oublie pas avec le temps, ça gagne en goût et en saveur. Je vous embrasse toutes et tous et à bientôt. »


Seyhmus Dagtekin, poète kurde né en Turquie, octobre 2001


« Grâce à un public merveilleusement attentif et à une organisation impeccable orchestrée par Gaston Bellemare et Maryse Baribeau, je peux affirmer que Trois-Rivières est bien la capitale des poètes, et de la poésie. »


Alain Raimbeault, poète de Nouvelle-Écosse, octobre 2001


«  Le Festival International de la Poésie est un événement très bien organisé dans le temps et dans l’espace L’accueil, la gestion et l’accompagnement sont un modèle d’efficacité et de rigueur tout en maintenant une atmosphère qui permet souplesse et créativité. »


Louis-Philippe Hébert, poète et éditeur du Québec, octobre 2001


« Ce festival est une absolue nécessité et je suis ravi du fait qu’il se porte très bien. »


Marc LeMyre, poète de Toronto, Ontario, octobre 2001


 « Bonjour Maryse et Gaston,


je suis de retour chez moi, en famille. Merci pour tout. Je vous embrasse. »


Sara Cohen, poète d’Argentine, octobre 2001


« Juste un petit mot pour vous remercier de votre invitation. J’ai été agréablement surpris par la diversité des publics et la qualité d’écoute en divers lieux, ainsi que par l’accueil impeccable. Rarement un « travail » aura été aussi agréable. »


Gilles Marsolais, poète du Québec.


«  Merci encore pour le beau festival: j'ai vraiment regretté d'avoir manqué  le début bien que Winnipeg fut une découverte valable. Mon cœur reste à Trois-Rivières. »


Stéphane Despatie, poète du Québec, octobre 2001


« Qualité d’accueil et de fonctionnement exceptionnelle, de même que l’organisation des lieux et l’écoute des gens. »


Jacques Garneau, poète du Québec, octobre 2001


« Chers Maryse et Gaston,


Encore une fois j'aimerais vous remercier pour l'accueil chaleureux à Trois-     

Rivières, en mon nom et à celui de Laurence qui me dit de vous transmettre son enthousiasme face à tout ce qu'elle a découvert. »


Jean Portante, poète du Luxembourg, octobre 2001


«  Bonjour,


Ambiance fantastique, fraternelle. Expérience enrichissante. Bravo et merci à l'équipe. »


Pierre Desruisseaux, poète du Québec, octobre 2001



« J'ai....et je n'étais pas la seule, crois-moi,....grandement apprécié notre première expérience avec le Festival. Notre rencontre avec nos deux poétesses hispanophones a été " magique ". Elles ont été généreuses avec notre groupe qui en est sorti vraiment enrichi ! Prière de m'inscrire dès maintenant pour l'an prochain . Nous donnerons encore plus d'importance à notre activité, si cela est possible. En terme de temps...et d'envergure. Nous apprécierions recevoir, en plus d'un représentant hispanophone, un anglophone et un Québécois. La richesse de chacun des langages nous apportera encore plus de plaisir. »

 

Denise Grenier, professeure de français avec les immigrants, octobre 2001


« Grâce à vous, Explorart reçoit, a augmenté sensiblement sa participation La présentation personnelle du Président du FIPTR a ajouté au lustre du film Archives de l’âme Nul autre que vous n’aurait pu jeter l’éclairage requis et rendre plus vivant ce film auquel vous avez participé… »


Pierrette C. Fournier, responsable Explorart, octobre 2001


«  … je suis très heureux d’avoir enfin pu me rendre compte par moi-même de ce que représente pour la poésie francophone l’impact de votre manifestation… »


Franck Smith, écrivain et journaliste de France, octobre 2001


« Merci beaucoup pour l’accueil au Festival de la Poésie. À mon retour à Montréal, je n’avais qu’un seul regret, celui de n’avoir pu vivre les dix jours du festival. Mais qu’à cela ne tienne, je suis revenu avec l’énergie de continuer à travailler autant sur mes autres projets que sur celui qui m’a uni au festival. Ce furent de belles rencontres… »


Normand Boucher, peintre du Québec, octobre 2001


« Cher Gaston,


Je tiens à te remercier de m'avoir permis de vivre en musique et en complicité avec les poètes des moments vraiment merveilleux. Et quel plaisir de te rencontrer ainsi que Maryse. J'ai reçu et je ressens encore beaucoup d'amour et de joie à la suite de cet événement. Merci encore à vous deux et j'espère que nous continuerons cette belle soirée. Au prochain lancement ! »


Daniel Lessard, musicien, octobre 2001


« Mes poètes se joignent à moi pour te dire merci et te féliciter pour le

choix de ton animatrice au resto St-André. Diane Beaudoin a été parfaite! L'animateur du bar Zénob était très bien aussi, dans un tout autre genre (il s'agissait d'un remplaçant à pied levé, et je n'ai pas retenu son nom, mais il a merveilleusement accompagné les frères Cornellier dans leur délire poétique). Il m'a semblé que le public avait apprécié l'atmosphère et j'ai entendu des «que c'est beau» après la lecture de mon Cubain. La petite de l'hôtel Delta était charmante, et sans doute prendra-t-elle de l'expérience avec le temps. La touchante femme d'Éric Cornellier a parlé de «bonheur» sur le seuil de sa chambre d'hôtel. Pour tout cela encore merci. Amicalement »


Danielle Shelton, éditrice du Québec, octobre 2001


« A letter will follow but I wanted to tell you, again, how much I enjoyed the festival and the other poets.  It's an extraordinary event, and it was an honor to be part of it.  Merci, merci beaucoup to you and Maryse!»


Bertha Rodgers, poète des Etats-Unis, octobre 2001


« Cher Gaston

 

J'espère que le Festival s'est bien terminé. J'ai malheureusement dû partir avant la fin de la lecture, samedi, et n'ai donc pu te saluer. 

Je voulais vous remercier, Maryse et toi, de ces beaux moments de partage que vous permettez de vivre aux poètes présents. Je suis pour ma part ravie de ma participation ; les rencontres avec le public et les poètes sont à la fois stimulantes et combien nécessaires en ces temps où l'on se demande, parfois, ce qu'il faut à la Terre pour devenir une Terre, ce qu'il faut à l'humain pour devenir humain...et la poésie fait partie des possibles réponses... 

Merci de tout cœur. »


Hélène Dorion, poète du Québec, octobre 2001


« je voudrais tout simplement vous remercier, toi et ton épouse ; le Festival de Trois Rivières a été une expérience très belle, et je suis très content d'y avoir participé. Avec mes meilleures salutations. » 


Giuseppe  Conte, poète d’Italie, octobre 2001 


« Cher Gaston,


De retour dans mon petit pays je me sens encore à Trois Rivières, je vois encore tous ces visages, je sens encore l'amitié, ça surtout. Pour tout ça, cher Gaston, des remerciements qui viennent du profond de mon cœur, j'espère te revoir bientôt, n'oubliez surtout pas de prendre votre très aimable femme dans tes grands bras, en ma place. »


Willie Verhegghe, poète de Belgique, octobre 2001


« L’organisation de l’événement est exceptionnelle en tous points… »


Micheline Martineau, poète du Québec


« Lieu de rencontre et de diffusion extraordinaire. Organisation sans faille. »


Tristan Malavoy-Racine, poète du Québec, octobre 2001


« …lieu vibrant qui mérite son nom de Capitalede la Poésie. »


Martine L. Jacquot, poète de Nouvelle-Écosse, octobre 2001 


«  Excellente qualité d’écoute des spectateurs, très bon accueil, disponibilité et grand respect des poètes de la part de l’organisation. »


David Cantin, poète du Québec, octobre 2001

 

« Expérience extraordinaire, excellente organisation, public merveilleux, aventure inoubliable. »


Robert J. Mailhot, poète du Québec, octobre 2001


« Ce festival est parmi les meilleurs au monde, à tous les points de vue. »


Hélène Dorion, poète du Québec, octobre 2001


« J'ai écouté avec grande attention l'entrevue que vous avez accordée hier à

Danielle Grenier sur les ondes de Radio-Canada. C'était contagieux ; vous partagez votre enthousiasme avec grâce... Vous écouterfut un véritable plaisir. De Rimouski, je m'intéressais déjà à votre Festival.  Maintenant qu'il se déroule chez moi, dans ma ville, je me promets d'en profiter pleinement. La place que vous faites à la poésie nous permet de renouveler encore l'acte d'émerveillement.  Merci. »


Geneviève Bouffard, septembre 2001


« Qui m’aurait dit qu’en allant donner une suite d’exposés et lectures à Stockholm, je tomberais nez à nezsur Fredrick Ekelund que j’avais rencontré notamment au Zénob à Trois-Rivières Nous t’avons rendu hommage, bien sûr ! Tes oreilles ont dû tinter. »


Colette Nys-Mazure, poète de Belgique, février 2001


« Cher Gaston Bellemare,

(Enfin), la poésie contemporaine « existe » et ne se vit plus seulement comme entité séparée, territoire secret et protégé de la littérature nous entreprenons de publierun livre conçu comme un véritable instrument pratique d’intervention pour jouer ici un rôle d’amplificateur il nous a semblé que la position centrale, à nos yeux, que vous occupez dans le paysage vous permettrait d’intervenir sur « Manifestations & Poésie ». Dit autrement, nous serions honorés de nous entretenir avec vous afin que vous nous exposiez comment, dans le cadre du Festival de Poésie de Trois-Rivières, vous avez réussi à héberger la Poésie ; comment vous combinez notamment les ressources du salon de l’édition avec celles de l’agora poétique… ».


Christophe Fauchon et Franck Smith  (France), mai 2000


« Chers Maryse et Gaston, Nous voulions vous souhaiter un bon repos « d’après-festival ». Nous vous remercions par la même occasion pour l’accueil fait aux auteurs Noroît Au plaisir de collaborer à nouveau… ».


Paul Bélanger, directeur littéraire, Éditions du Noroît, octobre 2000.


« …Et un immense merci de tout ce que vous avez fait pour la poésie, et pour

nous, les poètes. »


Louise Dupré, poète québécoise, décembre 2000.



« Chers Maryse, Gaston et toute l'équipe du 16e Festival international de

la poésie. Du 29 septembre au 2 octobre, il faisait beau à Trois-Rivières Merci pour votre accueil, votre complicité, votre écoute. Merci pour la beauté des poètes invités. Je n'ai pas chômé, et j'étais heureux, tellement heureux de lire partout ce qui me fait vivre, le plus beau de moi, des mots qui dansent et qui créent du sens, des mots comme des étoiles allumées dans les yeux des aveugles. J'étais touché par les textes des autres poètes, ces complices dans

l'écriture, que je ne vois pas souvent, et qui étaient là, à hauteur du cœur, à la portée de main, mes compagnons essentiels, porteurs de signes. Je me souviendrai des moments magiques vécus dans une librairie Paulines généreuse, un restaurant chez André plein de tendresse, un Café-Bar Zénob aux accents internationaux, un restaurant Le Lupin attentionné, un Centre communautaire Saint-Gabriel-Archange du Cap de-la-Madeleine qui avait organisé un concours de poésie pour les jeunes, un restaurant Pen-Mass pour des enseignants retraités du Cap-de-la-Madeleine qui avaient tellement soif de poésie. Merci à vous, Gaston et Maryse, de sortir la poésie des livres et de la faire voler comme des feuilles d'automne au gré d'un doux vent qui ne meurt pas… »


Jacques Gauthier, poète québécois, octobre 2000.


« À toute l'équipe... toi, Maryse et les autres... un gros Merci !!! J'ai passé des moments magnifiques à Trois-Rivières. Comme tant d'autres, je suis impressionnée par la qualité de l'organisation, le côté humain et passionné de ce beau beau projet! Magnifique! Absolument magnifique!  Bonne continuation à vous tous!!!! »

 

Christine Richard, poète québécoise, octobre 2000.


« Bonjour, voici une semaine que Rose-Marie et moi avons pris l'avion. Le retour était sans parole, tranquille, et l'atterrissage froid, glissant. Le temps depuis me semble avoir changé, de mesure: c'est comme si on ne parlait plus de minutes et de secondes, mais de "Maryse" et de "Gaston". C'est bizarre comme ces noms parsèment les conversations. Excusez-nous si ici, nous le prolongeons encore un peu. Le contraste entre Lausanne et Trois-Rivières submerge la conscience, et j'ai l'impression que les taches ne sècheront pas si vite. Avec milles amitiés, et toujours et encore merci. Julia 


» Julia Roessler, poète de Suisse, octobre 2000.


« Chers Gaston, Maryse, et toute l'équipe: Débarqué (plus ou moins), mes souvenirs encore très frais, je vous salue depuis Barcelone. Je voulais vous exprimer encore une fois ma gratitude pour votre hospitalité, générosité et amitié. Je reste à votre disposition pour quoi que ce soit. Je commence à travailler sur la tournée de poètes québécois pour le printemps à Barcelone. » 


Victor Obiols, poète de Catalogne/Espagne, octobre 2000


« Merci encore pour l’accueil à Trois-Rivières. Quel Festival ! Vous êtes merveilleux ! »


Monique Benoit, lauréate du Prix Piché de Poésie de l’UQTR, octobre 2000



« La présente est pour vous souligner toute notre appréciation. Nous avons eu un très beau début de semaine multiculturelle grâce à vos poètes Nous sommes très fiers d’avoir été associé au Festival International de la Poésie et que cette collaboration permette un rayonnement de ce merveilleux festival jusqu’en Haute-Mauricie. »


Michelle Lord, La Tuque, octobre 2000.


« … Je voudrais vous remercier pour ce moment, ces jours exceptionnels que j’ai passés au FIP. J’ai trouvé près de vous un accueil, une chaleur, une amitié vraiment rares une organisation remarquable et le sentiment d’être vraiment reconnue, acceptée, écoutée ! Mais le sentiment « d’être poète à temps plein » je ne l’avais jamais ressenti. »


Luce Guilbaud, poète de France, novembre 2000.


« Il faudra renouveler l’expérience Merci d’avoir accueilli cette idée baroque et d’avoir donné une visibilité et un soutien à notre projet


Rita Painchaud, musicienne de Trois-Rivières, octobre 2000.


« …je garde ce voyage québécois comme des moments précieux. Je vous remercie d’avoir su vous accueillir. Ce fut un forum où j’ai pu nouer bien des relations intéressantes, rencontrer des consciences, des volontés Je tiens à cultiver ces contacts, aussi bien vers le Québec que vers le reste du monde. Je ne vous remercierai jamais assez pour cela… »


Roger Parsemain, poète de La Martinique, octobre 2000


« Merci pour l'expérience et les souvenirs de Trois Rivières, merci pour votre travail, nous pensons à vous tous très souvent. »


 Mariluz & Saúl Ibergoyen, poète d’Uruguay, octobre 2000.


« …merci tout spécial à votre équipe pour votre collaboration à mon souper-poésie, lequel fût un franc succès soyez assuré de ma participation l’an prochain. »  


Claude Guérin, restaurateur La Tuque, octobre 2000.


« Quelle brochette de merveilleux poètes vous nous avez délégués ce 2 octobre dernier Grâce à vous, à Maryse Baribeau et à toute votre équipe, Trois-Rivières est devenue vraiment une ville de culture vivant une belle histoire. Explorart vous en remercie très chaleureusement… »


Pierrette C. Fournier, responsable Explorart, octobre 2000.


« Permettez-moi de vous remercier du fond du cœur de votre extraordinaire invitation à quatre auteurs des Éditions du Vermillon.Ils se sont sentis choyés à tous égards grâce à vous et votre équipe »


Monique Bertoli, directrice générale, Éditions du Vermillon, Ottawa, février 2001.

«… J'en profite aussi pour te dire ma gratitude pour tout ce que tu as fait

pour moi pendant le magnifique 16e FIPTR J'apprécie que tu sois aussi disponible, malgré tes occupations. Tu trouves toujours le temps de venir à quelques activités, et même de les animer… »


Stephane Psenak, poète québécois, octobre 2000


« Dear Gaston

Thank you so much for the days in Trois-Rivières. I spent a really nice

Time and was happy to take part in the festival. If you would like to invite

a Danish poet next time I can recommend. He is very different from me but he speaks French and he is translated. He is also a member of The Danish Academy. Please send Maryse my warmest regard - she is doing a great job also. All the best…”. 


Pia Tafdrup, poète du Danemark, octobre 2000.


« Au nom des membres du conseil d’administration de Ciné-Campus, je voudrais exprimer notre reconnaissance aux poètes qui sont venus faire la lecture de leur texte pendant le FIP. Plusieurs de nos membres, nous ont fait part de leur appréciationCe fut une belle rencontre entre poètes et cinéphiles en attendant une prochaine collabortion. »


Stella Montreuil, présidente de Ciné-Campus, janvier 2001.


« Salut Gaston, 


Quelques mots pour te dire Bravo à toi et à toute ton équipe pour l’immense succès du Festival. À tous les jours, nous avons eu un public assidu et très nombreux. Pour faire suite au Festival, je suis à organiser avec Gérald Gaudet, une fois par mois, un dimanche-poésie où nous pourrions recevoir un poète en entrevue. J’aimerais savoir ce que tu en penses ? Salut à bientôt et encore une fois Bravo ! » 


Pierre Morin, pdg Librairie Morin, octobre 2000.


« Chers amis, je vous remercie énormément pour votre festival « fabulous », j'espère demeurer amie avec tous mes nouveaux copains/copines, pour toujours,

Je vous embrasse tous. Merci encore. »


Victoria Mosley, poète d’Angleterre, octobre 2000.


« Chers Gaston et Maryse,

Je quitte l’hôtel ce matin. J’ai passé des jours magnifiques. Rencontré, entendu et lu des poètes inoubliables. Grâce à vous deux. Votre sens exceptionnel de l’organisation, votre générosité, votre délicatesse, votre dynamisme et l’accueil si tendre dont vous savez faire preuve à l’égard de tout un chacun. Bravo à vous deux. Et merci, immense merci, surtout. Ce fut un bonheur. »


Monique Deland, poète québécoise, octobre 2000.



« Bonjour M. Bellemare, Notre section "par chemins Poésie" a couvert jour après jour le Festival international de la poésie, 16e édition. Au total, nous avons placé environ 60 liens hypertextes menant à une cinquantaine de sites de la

francophonie, présentant surtout les poètes présents au Festival (cette année ou lors d'une précédente édition). (Tous les responsables de ces sites en ont été avisés par courriel.) Le 8 octobre, l'un de nos derniers liens mène à une page de l'hebdomadaire Le temps du Maroc, à un entretien avec Salah Boussrif. On peut y lire: « (...) je pense que nous assistons aujourd’hui à une sorte d’éveil poétique de par le monde ; il y a de plus en plus de festivals internationaux de la poésie. J’ai eu l’occasion d’assister à l’un d’eux dans une petite ville au Canada ; je peux vous assurer que les gens ont fait leur fête de la poésie ; ils lisent, ils achètent des recueils. Je pense que les médias ont un rôle à jouer à travers la présence fréquente de la poésie (...) » C'est ce que Rabaska a voulu faire en ouvrant une section poésie. »


Guy Rivard, webmestre du site Rabaska, octobre 2000.


 « …ma participation à ce festival est pour moi, l’événement majeur où je sens avec le plus de force et avec le plus de plaisir une réelle identité de poétesse c’est si intense que les mots ne peuvent décrire vraiment ce que je ressens Et vraiment, du fond du cœur toutes les félicitations pour les efforts constants que vous faites pour soutenir la poésie… »


Germaine Beaulieu, poète du Québec, octobre 2000


« Pour Gaston, Maryse et l’équipe : merci pour le beau Festival Salutations


Claude Beausoleil, poète québécois, octobre 2000


« Vous me manquez tellement déjà ! J'ai été si heureux d'être avec vous ! Maryse a été magnifique. Le Festival a été une fois encore formidable ! Toutes mes félicitations et mes plus sincères vœux de succès pour les prochaines éditions avec d'autres poètes d'Afrique. Nous serons encore là pour ce public irremplaçable de Trois-Rivières. » 


Amadou Lamine Sall, poète du Sénégal, octobre 2000. 


« Félicitations pour le beau travail et reposez-vous bien. »


Yolande Villemaire, poète québécois, octobre 2000


« Bravo ! au Festival, bravo ! à Trois-Rivières et bravo ! à vous pour votre prestation Salut Bonjour !


Claude Pelletier, citoyen de la ville de Laval, octobre 2000


«  Ce fut un bien beau séjour au Festival International de la Poésie. Merci de cette invitation qui m’a permis de rencontrer d’autres poètes de passer des moments riches de découvrir Trois-Rivières et La Tuque. Merci pour tout… »


Édith Bourget, poète et artiste en arts visuels, Acadie, octobre 2000



« …Et merci encore de ce beau festival, à toi et à Maryse: vous êtes des as! Vous embrasse. »


Jean-Paul Daoust, poète québécois, octobre 2000


« Gaston et Maryse, Je ne sais plus si je vous ai envoyé un petit mot pour vous remercier pour tous vos efforts faits pendant le festival. J'ai travaillé 60 heures d'enseignement depuis mon retour, alors le festival était un bon entraînementEn principe je vais aux États-Unis en mai prochain J'espère que les auditeurs seront aussi gentils que les Québécois.  Amicalement Patricia. »  

Patricia Nolan, poète d’Irlande, octobre 2000.


« …j’aimerais avant de repartir, vous remercier de tout ce que vous avez fait pour moi, pour nous, les participants Je souhaiterais vous recevoir un jour au Liban Je vous embrasse avec mes plus tendres pensées. »


Ezza Agha Malak, poète du Liban, octobre 2000.


« …Juste un mot pour vous dire que mes étudiants ont beaucoup apprécié la 

visite du poète Yves Préfontaine dans le cadre du Festival international de 

la poésie. Le choix s'est avéré des plus judicieux dans la mesure où 

monsieur Préfontaine a démontré une très bonne connaissance de la critique 

littéraire contemporaine. En ce sens, son exposé s'est très bien intégré au 

cours "Critique littéraire". »


Lucie Guillemette, professeur UQTR, octobre 2000.


« …Je garde un souvenir très vif de votre délicatesse, et d’un Festival aussi singulier qu’organisé à la perfection. Pour tout, soyez remerciés et embrassés au nom de la poésie et en mon nom propre. »


Marie-Claire Bancquart, poète de France, octobre 2000.


« Merci Gaston et Maryse pour votre invitation au Festival de poésie.

Cela a été une expérience très enrichissante pour moi un gros merci de ma part pour tout ce que vous faites, le festival est un ressourcement essentiel pour nous tous.  Bien amicalement. Annie »


Annie Molin Vasseur, poète du Québec, octobre 2000.


« Je m'apprêtais à vous écrire un petit mot de félicitations pour le

merveilleux Festival international de poésie, et de remerciement pour la

façon dont vous avez su intégrer nos auteurs à votre programmation. Je

vous en suis très reconnaissant. Nos auteurs ont fort apprécié

l'expérience. En tant qu'éditeur, je suis prêt à renouveler l'expérience

d'une commandite d'une activité l'an prochain. »


Pierre Bernier, éditeur de poésie du Québec, novembre 2000





« À tous deux et à toute votre équipe, nos vifs remerciements pour ce séjour qui nous fut des plus agréables à tous points de vue. »


Yves Namur, poète de Belgique, novembre 2000.


« Cher Monsieur Bellemare,


Je suis passé à la TV et l'émission a été diffusée. Ils m'ont donné une cassette. J'aimerais vous envoyer une copie car j'ai parlé de Trois-Rivières et du Festival de la Poésie qui avait lieu en même temps. Ils ont passé sur l"écran la boite aux poèmes d'amour à laquelle j'ai donné des explications. Je vous enverrai prochainement la photo qui a illustré mon commentaire. Vous pouvez voir également le site de mon deuxième tour du monde et mon passage à Trois-Rivières. Voici son code http://geocities.com/jrusso_fr  Ce site est rédigé sous forme de courriel virtuel. Si vous désirez le lire reportez-vous au courriel que j'adresse à mon ami Marc où je lui parle de la ville de Trois-Rivières, capitale de la poésie. J'ai vu le site aignet.com je vous remercie. » 


Jean H. Russo, globe-trotter de France


« … cet extraordinaire Festival qui - paradoxalement - a pour unique objet la poésie et qui estun événement unique au monde… ».


Ezza Agha Malak, poète du Liban, novembre 2000.


« Chers Maryse et Gaston,

Juste un petit mot pour vous remercier de votre accueil toujours chaleureux au FIP. Encore une fois, j’ai été plongée dans cet univers merveilleux que votre équipe et vous réussissez à créer à tout coup; encore une fois, j’ai eu l’occasion d’écouter des poètes extraordinaires. Grâce à vous, la poésie prend vie à Trois-Rivières.


Je voudrais également remercier l’organisation du FIP pour l’aide financière que j’ai reçue, sans laquelle ma présence au festival aurait été rendue très difficile.Merci pour tout et à l’an prochain, j’espère. »   Anne Brunelle, poète québécoise finaliste au Prix Piché de poésie de l’UQTR et vivant en Angleterre, novembre 2000


« …je tenais à vous remercier de m'avoir invité et si gentiment reçu dans votre ville : j'ai passé quatre jours formidables parmi un groupe de poètes que je ne suis pas près d'oublier. J'espère seulement que ma poésie a pu contribuer au succès du Festival… »


Michel Savard, poète québécois de Terre-Neuve, février 2001


« ainsi faut-il que vous aimiez, pour tant et si bien accomplir votre admirable travail, aimant poètes et poésie, c’est-à-dire la vie même et l= être humain qui l= invente. Merci de ces jours intenses que vous m= avez offerts à partager lors de ce 15e Festival de Trois-Rivières. Merci à vous deux et à l= équipe qui vous entoure.»


Hélène Dorion, poète québécoise, octobre 1999


« ... Ceci dit, bien le bonjour de la Suisse à toi et à ta très chère Maryse. J'imagine que tu te trouves complètement absorbé par la nouvelle édition de ton Festival 99... Une anecdote véridique qui date d'un mois. Je me trouvais dans un restaurant à Lausanne et j'ai surpris deux adolescentes tenir ce discours: D J'aime le Canada, d'ailleurs j'ai passé à Trois-Rivières, tu peux pas savoir, il y a des poèmes partout sur les maisons. 


“ Des poèmes d'amour ? ”

“ Oui, partout, ils donnent envie de faire l'amour.”

Cher Gaston, voici ton œuvre !

Je vous embrasse. »


Correspondance de François Rossel, poète suisse, septembre 1999


« Mesdames et Messieurs, I saw your home page in Internet and I’m very interested participating in your next Festival. I kindly include my application form and some poems translated from Georgian into English. Sorry, I don't know enough French yet »


Rati Amaglobeli, poète de Tbilisi, Georgia,


«… je me permets de vous rappeler notre échange de courriels en novembre dernier. Je vous y exprimais mes compliments sur l’événement extraordinaire qu’est le Festival International de la Poésie de Trois-Rivières, ville qui mérite bien d’être appelée Capitale de la Poésie… »


Correspondance de Maureen Holm, Co-Producer, Lyric Recovery Festival NY, janvier 2000


« Je voudrais te témoigner d’abord le plaisir que j’ai eu à participer au 15e Festival International de la Poésie à Trois-Rivières. Ton accueil, d’abord, et celui de Maryse, la douce personnalité de tous ceux qui s’occupaient de nous, chauffeur, animateur, employés. Il n’ y a pas d’ombre. L’accueil du public dépassait mon espoir car au départ je pensais mes textes trop ancrés dans la réalité, la langue et la littérature islandaises pour pouvoir intéresser      d’autres peuples. Mais j’ai vite été détrompé dans cette idée. Très vite, j’ai découvert que dans le public des séances de lecture, il y avait des gens venus pour m’écouter, peut-être par curiosité de l’Islande. Mais à la fin j’ai constaté que des gens me suivaient et ils m’ont demandé de lire des poèmes qui les avaient séduits lors d’une séance précédente... Il faut mentionner, enfin, l’amabilité et la générosité des poètes qui ont pratiquement tous été très heureux d’entrer dans cette communauté des poètes qui sont tous égaux même    s’ils ne jouissent pas tous de la même notoriété. Tout cela a, pour moi, été extrêmement encourageant. Je ne suis pas vraiment descendu des nues où je me suis senti porté chez vous. Chez moi, lors de lectures publiques, je suis habitué à des louanges moins émotionnelles et ce côté extraverti des Québécois m’a fait beaucoup de bien... »


Correspondance de  Thór Stefánsson, poète d’Islande, octobre 1999.

« Ce petit mot avec un gros merci... J’ai été heureuse, une fois encore,      d’être associée de près à votre festival. Mille mercis... »


Correspondance de Denise Desautels, poète québécoise, octobre 1999.


« Nous tenons d’abord à vous remercier de tenir un Festival d’une telle envergure et d’une telle intensité. Chaque année nous éprouvons le plaisir renouvelé de découvrir les voies mondiales du poème et leurs rapports avec les disciplines artistiques qui s’y rattachent ».


Correspondance de Dyane Gagnon, directrice artistique ML5, Communications Tout-Terrain, octobre 1999.


« Un très grand merci pour avoir inclus cet hommage à Alphonse Piché dans le programme du Festival et être venu accueillir les gens avec autant de gentillesse. »


Correspondance de Cécile Cloutier, poète québécoise, octobre 1999.


« Merci beaucoup pour cette belle rencontre au Festival... J’ai aimé rencontrer également Israël Eliraz, un poète de grand talent. Voilà . »


Correspondance de Roméo Savoie, poète d’Acadie, octobre 1999.


« Merci de m’avoir invité au Festival international de la poésie. C’est toujours pour moi un honneur et un plaisir d’y participer


Correspondance d’André Roy, poète québécois, octobre 1999.


« Arrivant à Paris, je voudrais te remercier de l’aventure poétique  de Trois-Rivières. C’était dur mais récompensant... Bonne chance à toi et à toutes tes initiatives poétiques. »


Correspondance d’Israël Éliraz, poète israélien, octobre 1999.


« Je voudrais te féliciter pour le très grand succès obtenu par le Festival-99 et te remercier pour le travail énorme que ton équipe et toi avez accompli. Cet événement, d’une complexité d’organisation inouïe, s’est déroulé comme sur des roulettes, autant pour les participants que pour les spectateurs, nous laissant l’esprit libre d’apprécier la poésie présentée à sa juste valeur... J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer des gens extraordinaires, d’aller à l’école auprès d’experts, d’échanger avec des amateurs de toutes sortes... Je reviens chez moi débordante d’idées et de motivation. C’est à toi que je dois tout cela et je t’en remercie de tout cœur. »


Correspondance d’Anne Brunelle, poète québécoise de la relève vivant en Angleterre, octobre 1999.


« Merci encore pour ton invitation au FIP où je me suis bien amusé... J’ai rencontré des gens très sympathiques : ton staff et puis le poète bulgare Ivan Borislanov, Nancy... et particulièrement Sada Wende Ndiaye dont j’emporte 3 petits ouvrages avec moi, et d’autres : Stefan Pasenak...@


Correspondance de Jean-Marc Dagens, poète français, octobre 1999.





« Un petit mot avant de partir, ce matin, pour Québec, pour te dire à quel point j’ai été impressionné par la qualité d’écoute du public dans tous les lieux où j’ai récité, et à chaque fois que je l’ai fait. La gentillesse, également, des animateurs et des animatrices à notre égard, leur souci de plaire à tous et à chacun, m’a beaucoup touché... Je repars, stimulée dans ma démarche d’écriture au contact de toutes ces personnes qui sont venues m’exprimer leurs sentiments à la suite d’une lecture, me demander où elles pouvaient se procurer tel ou tel texte, et encore. Lorsque, dans la solitude de l’acte créateur, je m’interrogerai de nouveau à savoir pourquoi j’écris de la poésie, le souvenir de ces précieuses rencontres nourrira ma quête. Merci à toi et ton équipe. Merci aux gens de Trois-Rivières


Correspondance de Julie Stanton, poète québécoise, octobre 1999.


« Je suis allé cet automne et pour la première fois, au Festival International de la Poésie de Trois-Rivières. J’ai adoré. L’an prochain, si le Festival est toujours là, j’y serai plus longtemps... Et pour vous dire merci des plaisirs que j’ai eus, je vous offre un montage de mes textes... »


Correspondance de Robert Bourgault, spectateur de Sorel, octobre 1999.


« ... Lors de la Grande Soirée du samedi, en présence de la Ministre de la culture, la salle de la Maison de la culture était comble (il a fallu refuser une centaine de personnes) pour écouter les lectures de trente-deux poètes, retransmise par Radio-Canada... La découverte d’un lieu où la poésie règne et favorise les échanges en tous genres, contribue activement au dynamisme d’une ville... Les contacts entre poètes de partout ... aussi bien que poètes et artistes du Québec étaient le plus souvent fort riches... Des amitiés s’ y sont nouées, des relations durables et des projets de collaboration. Les contacts avec le public s’ébauchaient naturellement; il arrivait que certains nous suivent de lieu en lieu... J’éprouve une vive admiration pour le dynamisme de Gaston et Maryse...entourés de toute leur équipe, attentive au moindre détail, d’un dévouement sans limite. J’ai apprécié l’inventivité continue... Ce Festival devient une véritable institution : des gens y accourent de loin...pour y participer; des associations s’y donnent rendez-vous pour célébrer un anniversaire...Une manifestation d’une telle envergure, et qui, quinze ans, ne fait que croître, dont rendent compte quotidiennement les médias locaux et nationaux, redonne confiance dans les pouvoirs de la poésie dite à haute voix, son aptitude à rejoindre le public là où est et où il réagit. La Communauté Française de Belgique a tout avantage à s’y manifester activement. À quand une expérience de ce type chez nous? Inutile de vous dire combien j’ai été heureuse d’y participer et je vous remercie d’y avoir contribué. »


Correspondance de Colette Nys-Mazure, poète de Belgique francophone, octobre 1999.


« Les enseignant(e)s et les élèves ont grandement apprécié cette activité présentée dans la cadre du Festival de la Poésie. La façon habile et dynamique utilisée pour amener les jeunes à découvrir la poésie est tout à fait géniale et très efficace. Avec à peine 50 minutes en classe... tu arrives à nous faire découvrir, apprécier et aimer la poésie, la richesse de notre langue et la culture africaine... De tout cœur, merci Benjamin et surtout au plaisir de te revoir. »

Correspondance de Jacques Boucher, Séminaire St-Joseph, octobre 1999.


« Merci de m’avoir fait connaître la belle Trois-Rivières, la sereine grandeur du St-Laurent, la lumière grise et le feu rouge des feuilles de l’érable Et merci aussi de m’avoir fait bien connaître à vous deux, aux poètes québécois et à tant de bons poètes du monde » 


Correspondance de Rodolfo Alonzo, poète d’Argentine, novembre 1999


« Beaucoup d’imprévus et une vie mouvementée m’ont empêché de vous dire à quel point votre festival de poésie, en octobre 99, fut un moment inoubliable dans ma vie. Je souhaite qu’il soulève autant d’adeptes que moi pour le futur et qu’on puisse prendre conscience à quel point l’art poétique et l’art en général peut déclencher ou favoriser une transformation dans la pensée et dans la vie des gens. Merci à vous deux pour tout le travail accompli. Je souhaite de tout mon cœur pour l’an 2000, une expression encore plus grande de votre festival ici et par le monde Mes amitiés à toute votre équipe. »


Correspondance de Anne-Marie Cizeau-Lemercier, gagnante du Prix Piché de Poésie de l’UQTR-1999, janvier 2000


«  Je tenais à vous remercier, en mon nom et en celui de Véronique, pour l= excellent accueil, la chaleur amicale de notre séjour et du cadre de travail que vous nous avez offerts à Trois-Rivières durant les dix jours du Festival de Poésie. Nous en gardons un souvenir ému, inoubliable. Le travail de diffusion du poème vers le public, comme les liens et les échanges suscités entre les poètes, selon leurs affinités, ne sont pas des épisodes à court terme, et contribuent à établir des liens sérieux, en profondeur, d’un océan à l’autre, d’un continent à l’autre: et je perçois bien ce qu’il y a là de remarquable. Vu d’Europe, où le formalisme est sans doute plus grand, plus pesant, ce que vous suscitez au cœur du Québec est, pour moi, très séminal, très enrichissant. Je constate avec plaisir que la liberté dans l’action et l’inventivité peuvent se compléter harmonieusement avec une grande rigueur professionnelle dans la préparation et l’organisation de l’événement. Je souhaiterais, non seulement à titre personnel, mais aussi professionnel, garder un contact étroit avec vous, afin de pouvoir apporter ma modeste pierre aux fondations poétiques que vous suscitez, et qui anticipent sur ce que pourrait aussi être le siècle à venir... ».


Correspondance de Éric Brogniet, poète de Belgique, 1998.


« Quels merveilleux moments nous avons passés avec vous !... on peut dire que ce 14e anniversaire de ces rencontres poétiques à Trois-Rivières, nous a particulièrement choyés dans tous les sens du terme, tant pas la qualité des invités poètes que par votre attentive présence... Un grand merci pour tant de générosité... Encore sous le charme de votre accueil et de vos bons services. Toute notre gratitude et notre amitié. »


Thérèse Renaud, poète et Fernand Leduc, peintre du Québec et de France, 1998.


« Cette carte pour vous remercier pour ce merveilleux Festival de Trois-Rivières, pour nous avoir permis de nous « saouler » de poésie... »


Correspondance de Nadia Chafik, poète du Maroc, 1998.


« Le voyage à Trois-Rivières et le Festival International de la Poésie sont maintenant un de mes plus chers et précieux souvenirs. Je ne sais vraiment pas comment vous dire merci. Avec toute mon amitié. »


Correspondance de Laura Gonzalez Durán, éditrice du Mexique, 1998.


« ... Grâce à vous, j’ai pu trouver 5 amis (dont une femme, la chère Fatou), nouer pas mal de relations, prendre surtout la température d’un pays merveilleux où j’aimerais retourner... A Trois Rivières, il y a un monument de la fraternité humaine grâce à la poésie, grâce à votre dévouement à vous deux, toujours présents, souriants, compétents, extraordinaires... je n’oublierai pas non plus vos présentateurs et présentatrices animés par vous... grâce à vous je connais un peu la poésie québécoise jeune, sans concessions, gueulante et lyrique. Ma valise était pleine de livres dédicacés... et ma tête est pleine de choses qui, via le cœur et la plume, veulent se dire. Tout cela, je vous le dois. MERCI MARYSE, MERCI GASTON. Et rendez-vous bientôt en Europe... »


Correspondance de José Ensch, poète du Luxembourg, 1998.


« Merci de tout cœur, chère Maryse, pour l’envoi de la revue de presse. Je l’ai déjà un peu parcourue et cela me rappelle tant de souvenirs riches d’humanité, de poésie, de fraternité. »


Correspondance de José Ensch, poète du Luxembourg, 1998.


« C’est aujourd’hui que je suis rentrée de New-York... C’est tout mon être qui respire la belle poésie qui vous rencontre dans chaque rue, dans toute la ville. Cette impression de renaissance que j’ai partagé avec tous mes collègues et toutes les personnes de Trois-Rivières, je vous la dois et vous en remercie. Merci encore pour l’accueil chaleureux et pour toute cette amitié qui s’est nouée avec vous, Gaston et Maryse (la fée du festival) et avec tous les autres participants... »


Correspondance de Fatou Ndiaye Sow, poète du Sénégal, 1998.


« Je désire vous remercier vivement pour votre invitation à participer au 14e Festival International de la Poésie pour présenter mon travail avec l’écriture qui restera un très grand souvenir. Je souhaite vous écrire également combien j’ai apprécié toute l’organisation du Festival et tous vos collaborateurs tant à la fois par leur savoir-faire que par leur gentillesse @.


Correspondance de Christian Burgaud, artiste visuel de France, 1998


«  ... la richesse des rencontres -- celle des poètes, celle des animateurs (je n’oublierai ni Véronique, ni François Poisson, ni Mario Légaré, vous pouvez le leur dire), mais aussi le respect qu’impose votre engagement dans le Festival : vous lui donnez une âme, et la rigueur indispensable à sa réussite. Un très grand merci. »


Correspondance de François Debluë, poète de la Suisse, 1998.


« Merci pour ce beau festival »


Correspondance de Jean-Yves Théberge, poète du Québec 1998.

« Mille mercis pour l’album souvenir qui m’a donné une nostalgie, mais une nostalgie sauvage et en même temps une très grande paix, un plaisir traversant tous les temps, et un désir qu’il y ait un mini festival au plus fort de l’hiver au ou plus intense du printemps... J’arrive du Brésil et il y en a une là-bas qui parle de vous tous à un point tel qu’ils vont peut-être créer un Trois-Rivières entre Copacabana et Ipanéma, le long de la plage. Mais les Gaston Bellemare, on ne peut pas les voler. Faut les prendre là où ils sont. »


Correspondance de Jean Morisset, poète québécois, 1998


« Je ressens un profond besoin de vous écrire pour vous exprimer ma gratitude. Ce n’est pas formel du tout. Grâce à votre chaleureuse invitation, j’ai fait un des plus beaux voyages de ma vie. Je croyais que je rêvais. Voir une telle passion, un tel silence, voir une telle intensité qui se concentre sur la poésie, c’est vraiment rare. Cela m’a complètement emporté. Cela m’a permis de regagner la foi fiévreuse en la poésie. Grâce à vous, la poésie est l’architecture, la rue qu’on aime, l’air qu’on respire, les êtres qu’on côtoient. C’est presque toucher à l’absolu. Votre grand effort a été fructueux non seulement pour moi. J’en parle un peu à tout le monde en Croatie. J’espère bientôt trouver de bons traducteurs pour les deux anthologies, québécoise et croate. Beaucoup de choses vont se passer à partir de Trois-Rivières. Mille fois merci pour tout. C’était génial ! »


Correspondance de Dragen Katunaric, poète croate, 1998.


« ... c’est ainsi que j’ai découvert qu’il y avait une capitale de la poésie dans le monde. En souvenir de ces bons moments je vous envoie ces quelques textes, dont l’un évoque Trois-Rivières. »


Monique Beldent, touriste française, 1998.


« Je tiens à te remercier pour l’invitation et l’accueil au Festival International de la Poésie. Ce fut pour moi une période inoubliable. Surtout la chaleur humaine des Québécois m’a fort touchée. Quant à Trois-Rivières,...plus on y reste, plus on voit son charme et après un certain temps cela devient une ville dont on a la nostalgie. J’ai surtout noué de nouvelles relations avec des poètes de plusieurs pays. C’est un des aspects les plus intéressants du festival. Mais je voulais surtout remercier tous vos collaborateurs parce que tout le festival était merveilleusement organisé. Il n’y avait même pas une tâche de beauté. »


Correspondance de Willem M. Roggeman, poète flamand de Belgique.


« Merci encore de m’avoir invitée au festival. Cela a été très agréable, même si on n’a pas eu vraiment le temps de se voir (j’ai vu ce que c’était le « beat » du festival !) Je crois que les poètes du « 5 à 7 Haïku » ont été bien contents de se produire, eux aussi. »

Correspondance de Jeanne Painchaud, poète du Québec, 1998.


« Des salutations chaleureuses... Des remerciements et des souvenirs, des amitiés renouvelées et d’autres, découvertes. Ah ! quelle semaine inespérée et inoubliable. »


Correspondance de Rose Després, poète de l’Acadie 1998.

« Il m’a fallu un mois pour m’habituer à l’absence de ce que j’ai vu, vécu et entendu: Paysages et visages, villes et villages; forêts et fleuves, rues et boulevards. Le A Trois-Rivières @ reste tel un songe... Et ce, grâce à vous; vos amis, vos poètes. Je peux vous dire que ce festival est une vraie fête de la poésie. Merci pour tout, de votre accueil et de votre adieu. Et j’espère que la terre dansera pour nous encore... »


Correspondance de Jabbar Yassin Hussin, poète d’Irak, 1998.


« C’était merveilleux, je suis ému quand je pense à Trois-Rivières, à cette énorme énergie qui y gît. Je vous ai promis une autre copie de mon livre pour Monsieur le maire. Je suis heureux de faire partie de votre famille. »


Correspondance de Tomas Salamum, poète de Slovénie, 1998.


« J’ai participé à la Soirée de la relève au Gambrinus. Je suis étudiante à la Maîtrise à l’UQTR. Ma directrice de recherche est... une autre passionnée de ce Festival que vous avez rendu si émouvant ».


Correspondance de Lucie Jeffrey, poète de la relève du Québec, 1998.


« Ces quelques mots pour vous remercier de l’accueil au 14e Festival International de la Poésie à Trois-Rivières. Cette rencontre fut pour moi exceptionnelle à tous les points de vue. Bravo à toute l’équipe. »


Correspondance de Carol Lebel, poète du Québec, 1998.


« Un petit mot pour te remercier de m’avoir invité au Festival International de la Poésie. L’expérience fut bénéfique et stimulante... j’ai vite compris que nous partagions les mêmes rêves, les mêmes goûts de mobiliser des équipes fortes autour d’objectifs communs... merci à toi et à toute ton équipe, ta grande équipe ! Ce fut merveilleux ! »


Correspondance de Réjean Plamondon, poète du Québec 1998.


«  Un mot, très court mais sincère, pour vous remercier de votre accueil à Trois-Rivières lors du Festival. Des remerciements fort particuliers pour votre respect et votre attention... »


Correspondance de Hugues Corriveau, poète québécois, 1998.


« Nous avons tout aimé de ce festival: l’accueil sympathique de toute la ville, l’ambiance stimulante des poètes, l’audience chaleureuse. En plus d’une organisation précise, soignée, présente, affectueuse. Merci pour tout, nous sommes émerveillés... Nous vous embrassons tendrement. »


Correspondance de Maria José et Reynaldo Valhino Alvarez, poète du Brésil, 1997


« Mille remerciements pour l’accueil et l’organisation. C’est toujours aussi efficace. »


Correspondance de Carole David, poète du Québec, 1997



« Le Festival international de la Poésie est organisé de façon à permettre à chaque poète d’approfondir sa connaissance des courants poétiques dans le monde, de créer des relations avec des poètes très intéressants de plusieurs pays et de sentir une émotion particulière par rapport au Québec... ».


Correspondance de Katica Kulavkova, poète de Macédoine, 1997.


« Je vous remercie ! Le meilleur festival de poésie au monde, où la poésie joue le rôle principal, et où on se trouve chez soi. Je vous remercie également de votre hospitalité et votre amitié lors du festival. Des centaines de poètes pensent ainsi, je suis sûre. Je me suis fait beaucoup d’amis à Trois-Rivières. »


Correspondance de Kirsti Simonsuuri, poète de Finlande, 1997.    


« Trois-Rivières... Québec : Une ville où il y a autant de feuilles à l’érable que de poèmes dans les rues... Participer aux rencontres poétiques trifluviennes prend force d’événement dans le parcours d’un écrivain. Chiliens, uruguayens, français, wallons, luxembourgeois tous vous le diront. Ils sont passés par là. Ils en sont revenus différents et plus authentiques encore dans leur écriture. Ce que j’écris là, je le ressens profondément. Nul souci de faire de la pub, ni d’astiquer les cuivres ! Ce voyage fut une étape pour moi... Tous les parfums de Trois-Rivières sourdent des pavés ainsi caressés par une feuille, que l’on dit morte et qui reste pourtant encore brûlante entre nos mains, une plaque poème accrochée au mur. Les amoureux s’embrassent devant les plaques qu’ils viennent de lire comme à l’abri d’une porte cochère, à l’ombre d’un réverbère ou du soleil des mots, dans la luminosité intérieure d’un texte gravé qui, pour l’éternité, s’inscrit... sur les places, dans les rues, le long des trottoirs, à l’entrée des immeubles, dans les jardins, près des fontaines, partout. Il colore, il attise, il vivifie... Un lieu de magie est né du côté du 1497, avenue Laviolette à Trois-Rivières. Quelqu’un a pensé, la poésie, cela se partage, la poésie cela se donne, la poésie insuffle la vie. Devenons souffleurs, cracheurs de feu à Trois-Rivières, saltimbanques dans les bars, les boîtes de nuit, les boîtes à jazz. Le poème se dit partout et s’écrit dans les rues.


Je ne vous raconterai pas une nuit au Zénob, un déjeuner au Mozart, au Somnambule, au Maquisart, au Nord-Ouest, une soirée à l’église anglicane St James, une opérette au Phone et Graphe café, des APoèmes d’avant-nuit@, des APoèmes en blues et sibémol@, le Jazz-poésie du Nord-Ouest, les lectures à l’université, au centre culturel, à Radio-Canada. Une activité foisonnante qui demande plus de cinq prestations par jour aux poètes et un public qui les suit  !!! En nul autre endroit je n’ai connu cela, cette attention, cette tension positive sinon au Festival d’Avignon dans le cadre du théâtre... J’ai le souvenir de cette dame âgée, si douce, dans son imperméable gris et son chapeau bleu, de cette jeune femme blonde et coquette, des étudiants, des trifluviens, qui de 11 h du matin, au petit jour, vers 5 heures, écoutaient et écoutaient encore des poèmes sans trêve... L’Amérique... du côté de son versant français... fait encore rêver les poètes et leurs fils. Ne soyons pas chiche de notre reconnaissance. »


Article de Jeannine Baude, poète française, 1995



« Je suis de retour à Paris mais tout en restant à Trois-Rivières dans mon for intérieur. Quel festival ! J’en parle à tout le monde, au risque de provoquer des jaloux. Toi et Maryse nous avez fait un accueil du tonnerre. J’espère vous revoir... Toutes mes amitiés les plus chaleureuses. Votre trifluvien au trèfle. »


Correspondance de Derry O’Sullivan, poète d’Irlande 1997.


« We all spent a wonderful time here, we’re really touched by the kindness of all the people of Trois-Rivières, by the patience and the efficiency of all the organizers and of course by your warm welcome... Please give Maryse and all the other people who work with you our thanks and love. Merci beaucoup Gaston ».


Correspondance de Jaime Sabines, poète du Mexique, 1997.


«  De retour de Rome, Trois-Rivières reste toujours présente dans mon esprit. Je tiens à vous féliciter pour la qualité de votre organisation. Votre Festival international de la Poésie mérite largement d=être pris en exemple devant le monde entier. Je suis pleine d’admiration face à tant de travail et tant de simplicité. Vous êtes Maryse et vous, vraiment extraordinaires. Rien que pour cela, je pourrais d’ores et déjà vous dire...que j’aimerais revenir...Cette expérience m’a été vraiment enrichissante... l’attention qui m’a été donnée par le public m’a touchée. Un grand merci pour votre accueil chaleureux et si attentionné... Je vous envoie le témoignage de ma plus profonde amitié. Prenez grand soin de vous. »


Correspondance de Laura Minnelli, poète d’Italie 1997.


« Un petit mot pour te dire comment j’ai apprécié mon séjour à Trois-Rivières. Félicitations ! Merci à tous. »


Correspondance de Marc Vaillancourt, poète du  Québec, 1997


« Mon départ précipité m’a empêché de vous remercier de votre accueil et de votre hospitalité extraordinaire. Vous avez tout fait pour que notre séjour soit le plus agréable possible. Les gens du Musée m’ont si gentiment reçue et l’espace accordée aux tableaux si important que le désir de peindre me revient. À cause de toi Gaston. Merci. »


Correspondance de Gisèle Verreault Lapointe, peintre 1997.


« ... Ce qui est sûr, c’est que quelque chose se passe, quelque chose de très fort, qui stimule, crée des liens, appelle à l’écoute, à la rencontre, fait que l’on rentre chez soi ressourcé...Chez vous, on croit au poème, à sa force, et c’est cela qui l=emporte. Il y a une confiance contagieuse en la poésie, un doux virus qui gagne la ville... Les contacts entre poètes furent très stimulants eux aussi...cela débouche sur quelque chose de franchement amical... Et c’est ce que je retiens de plus fort du festival: parfois à peine quelques mots, mais on sait qu’un de ses poèmes peut toucher, qu’il a rejoint une sensibilité, une attente chez quelqu’un, qu’il a éveillé quelque chose...invitez-moi où vous voulez, quand vous voulez, je saute dans l’avion et j’arrive... »


Correspondance de Marc Dugardin, poète de Belgique, 1997.


« Merci pour tout, à toi et à Maryse. Tout a été magnifique ! Inoubliable ! C’est avec une grande nostalgie que je pense à Trois-Rivières, aux lectures extraordinaires, aux chers visages de tous les participants du Treizième Festival International de la Poésie... Maintenant le Québec est si proche de moi... Je vous aime tous. Au revoir et à bientôt. »


Paskal Gilesvski, Soirées poétiques de Struga, Macédoine, 1997


« ... un mot pour témoigner de la joie que j’ai eue d’avoir été invité et du bonheur que m’a valu ma participation active aux grands moments de l’acte prodigieux qu’a été ce Treizième Festival International de la Poésie. »


Correspondance de Joseph Zobel, poète de La Martinique, 1997.


« Je voulais t’écrire un mot pour te remercier de m’avoir invité à lire à Trois-Rivières avec les poètes de Ruptures... L’Ambiance a été très accueillante et stimulante, et Edgar, Yves et moi avions un bon espace pour la revue et pour notre poésie... Le Festival est une très belle expérience pour moi, et j’aime beaucoup y participer ».


Correspondance de Hugh Hazelton, poète du Québec, 1997.


« Je profite de l’occasion pour te remercier sincèrement de ton invitation à participer au Festival International de la Poésie de Trois-Rivières et t’exprimer mes regrets de n’avoir pu y donner suite. Crois-moi, j’étais mortifié de ne pouvoir prendre part à cette belle fête... »


Correspondance de Rino Morin Rossignol, poète d’Acadie, 1997.


«  Cette bouteille et ces chocolats sont bien peu par rapport à tout ce que nous avons reçu ici. »


Correspondance de Marc Dugardin, poète belge, 1997.


« Ce Festival International de la Poésie est vraiment un moment privilégié pour entrer en soi-même et faire un retour en arrière sur ce qu’on a vécu de poétique dans notre vie. Ma femme et moi avons vraiment goûté à tous ces poèmes et en gardons un très bon souvenir. »


Correspondance d’un couple de Sherbrooke ayant assisté aux activités du FIP, 6 octobre 1997


« C’était une expérience extraordinaire -- surtout le fait d’avoir eu la chance de lire et discuter avec tous ces grands poètes du monde... Le retour à la routine est difficile. »


Correspondance de Carolyn-Marie Souaid, poète du Québec, 1997


«  Quel festival ! -- inoubliable, magnifique, grâce à toi, aux autres poètes, aux gens de Trois-Rivières. C’était un honneur pour moi d’y participer. Bien des remerciements, Gaston. »


Correspondance de Steven C. Reese, poète des États-Unis, 1997.


« J’ai été présente, avec grand plaisir, les 11 et 12 octobre. Quelle réussite !... C’est une occasion de ressourcement et d’inspiration, précieuse. Je souhaite que ce festival perdure plusieurs générations, afin que le fameux flambeau se transmettre ».


Correspondance de Claire Tremblay, Cirque du Soleil, 1997.


«  Le Festival, comme toujours, fut formidable »,


Correspondance de Jean Portante, poète du Luxembourg, 1997.


«  Merci sincère à tous pour la belle semaine et votre travail. »


Correspondance de Claude Beausoleil, 1997.


«  L’activité a énormément plu à toute notre clientèle. La qualité des artistes présents a grandement contribué à faire de cette soirée, un événement au Centre-de-le-Mauricie. Nous nous proposons de récidiver l’année prochaine et nous souhaitons pouvoir établir les mêmes excellents contacts avec les membres de votre équipe. Longue vie au Festival de la poésie et à l’année prochaine ! »


Correspondance d’Alain Beauparlant et Yves Boisvert, propriétaires du Resto-Bar Le Somnambule de Shawinigan, octobre 1997.


" Un petit mot pour vous remercier de l'accueil que vous nous avez réservé à Trois-Rivières, le vendredi 11 octobre 1996... Je vous félicite encore pour l'organisation de ce beau festival de la poésie."


Correspondance de Philippe Nayer, Délégué Communauté française de Belgique, Wallonie-Québec, 1996.


" J'espère que notre projet verra le jour bientôt et que je pourrai revenir à Trois-Rivières lire mes poèmes... Je te souhaite longue vie pour que les poètes et la poésie puissent vivre longtemps."


Correspondance de Abdellak Serhane, poète marocain, janvier 1997.


" Ce Festival a été pour moi le plus beau auquel j'ai assisté. Afin de te remercier pour tout ce gigantesque travail que tu accomplis chaque année pour faire fonctionner un Festival de Poésie d'une telle envergure, je t'ai écrit un poème inédit que je t'offre bien humblement".


Correspondance de Robbert Fortin, poète montréalais, 1996.


" Je ne connais pas le nom de tous ceux et celles qui ont donné leur temps, leur énergie, leur talent, leur enthousiasme, et leur immense générosité pour faire de cet événement un si grand succès, mais une chose est certaine, c'est que cette "énorme machine" qu'est le Festival international de la Poésie est mue par un coeur immense, et que, dans tous les coins de la ville, on le sent battre à chaque instant... pour faire de ce Festival un lieu privilégié de paroles et d'échanges".


Correspondance de Carole Huynh Guay, lauréate du Prix Piché-Le Sortilège 1996.


" Merci pour l'accueil au Festival de 1996. Merci pour ton soutien, ton enthousiasme et ta ferveur poétique".


Correspondance de Christiane Frenette, poète québécoise, 1996.


" Lors de notre visite à Trois-Rivières jeudi dernier, nous avons eu une lecture faite par Madame Denise Desautels. Les Guides du Musée des Beaux-Arts de Montréal ont grandement apprécié ce récital...L'heure du dîner a été très agréable grâce à vous..."  


Correspondance de Madame Juliette Magnin, Association des Guides, octobre 1996.


" ...le Québec me semble déjà un rêve, et avec lui cette incroyable aventure du Festival... Je ne croyais pas, je te l'avoue, que vivre quelque part au monde ce que permet le Festival fût possible: une ville entière vouée à la poésie dix jours durant (une ville sur laquelle la poésie s'affiche jusque sur les murs des maisons), des restaurants, de cafés, des bars même accueillant jusqu'aux petites heures du matin des poètes ayant pour tout bagage leurs mots et leurs silences, inconnus d'hier unis seulement par la poésie et récitant leurs vers devant des auditeurs attentifs - y compris ceux qui, jusque là, n'avaient pas lu une seule ligne de poésie... Quel autre que toi, assez fou pour imaginer telle utopie, serait venu à bout d'un tel projet ? Merci infiniment pour avoir fait du rêve une réalité."  


Correspondance de Sylviane Dupuis, poète suisse, 1996.


" ... il me faut à nouveau te dire combien je suis revenu enchanté de ce festival...Toute l'équipe de bénévoles est à remercier, pour sa gentillesse et son efficacité. Mon passage dans les écoles restera aussi un bon souvenir: les professeurs sont des fervents de poésie...les soirées au Zénob sont extraordinaires... Et puis, j'aimerais qu'on parle de projets en Bretagne. Merci mille fois."


Correspondance de Marc Baron, poète de Fougères, 1996.


" Grâce à vous, ce festival unique au monde existe encore, permettant ainsi aux poètes de faire entendre leur voix."


Correspondance de Mélanie Robert, jeune poète québécoise, mention au Prix Piché de Poésie-Le Sortilège, 1996.


"Je veux vous remercier de m'avoir invité à ce merveilleux rendrez-vous de la poésie. Une véritable Fête infinie. Inoubliable ! "


Correspondance de J.Roger Léveillé, poète du Manitoba, 1996.


" Juste un mot pour vous dire à quel point j'ai apprécié votre gentillesse et votre générosité et pour le dévouement envers la poésie."


Correspondance de Herménégilde Chiasson, poète acadien, 1996.




" En espérant que tu te sois bien rétabli après les nuits passionnantes du Festival, je viens te féliciter pour la grande réussite de cette gigantesque manifestation... Je me réjouis surtout d'avoir pu nouer des liens d'amitié avec toi et Patrice et quelques autres âmes nobles."


Correspondance de Pentti Holappa, poète finlandais, 1996.


" Grâce à vous, j'ai vécu l'une de mes expériences les plus significatives. Riche. Séduisante. Entourée de satisfaction et de remise en cause... Oui, à coup sûr, Trois-Rivières est bel et bien la Capitale de la Poésie..."


Correspondance de Mohamed Loakira, poète marocain, 1996.


"...je vous laisse ce petit mot pour vous féliciter pour la belle, la grande, la magique organisation de ce merveilleux Festival de la Poésie... Ce fut une belle occasion pour moi de côtoyer des gens que j'aime, qui sont stimulants dans ma démarche littéraire et d'en rencontrer d'autres que je ne connaissais pas et que je porte maintenant dans mon coeur. Merci pour tout cela. C'est tellement magique ce qui se passe dans un tel événement... Hier soir, ..., 5 personnes sont venues me dire qu'elles avaient beaucoup aimé mes textes (inédits) que j'avais lus (4 femmes, 1 homme). Cela ne m'était jamais arrivé...par de parfaits inconnus. Quel grand plaisir !!! "


Correspondance de Germaine Beaulieu, poète québécoise, 1996.


«  C’est en fin de semaine que commence le moins tôton et le moins mercantile des festivals de l’année --- le festival de la poésie – dans une des villes les plus sympathiques de la province : Trois-Rivières. Durant toute une semaine circulera le chat d’un long poème qui s’écrira sur les murs de la ville. »


Pierre Foglia, La Presse, 1995


" Je tiens à vous redire mon appréciation pour votre excellente organisation ainsi que les dons remis à notre école pour différents tirages parmi nos participants à "la banderole" du dernier festival de poésie"


Correspondance de Francine Lavoie, École secondaire Le Tremplin, Ste-Geneviève-de-Batiscan, 1995.


" Le Festival est une expérience fort précieuse pour la poésie contemporaine, à tous les niveaux: humain, comparatif, littéraire, culturel et institutionnel. Grâce à vous, la poésie reprend sa place dans la Cité et ceci est une victoire bien méritée sur l'adversité et les malentendus. Bon vent ! »


Correspondance de Tahar Bekri, poète tunisien, 1995.


" ...le Festival a été une grande réussite et j'en suis enchanté...l'organisation parfaite a permis contacts, rencontres, écoute d'un vrai public et c'est pour moi une expérience sans précédent dont je suis redevable. "


Correspondance de Charles Dobzynski, Europe Poésie, Prix Mallarmé




" La poésie, c'est évident, ne fait plus courir les foules. Mais, au Québec du moins, elle est toujours bien vivante. Par des maisons comme Le Noroît, les Écrits des Forges et autres, par des revues comme Estuaire, Arcade et autres mais également, pour ne pas dire surtout, par le Festival International de la Poésie qui, depuis plus de dix ans, se tient avec succès à Trois-Rivières."


Pierre Vennat, La Presse, 17-02-95, p. B-7


"Quand le public vient écouter de la poésie, il ne vient pas consommer. Il ne vient pas là pour avoir. Il est là pour être. Pour l'essentiel. Il va à ce que sa propre vie ne lui laisse pas le temps de sentir. Il est là pour récupérer du temps, pour en perdre et se resituer lui-même, se recentrer par rapport à l'essentiel


in Le Public des arts et les pratiques culturelles, Gilles Pronovost et als, Département des sciences du loisir, UQTR, Trois-Rivières, novembre 1994, 198 p., p. 111.


" Cette semaine là-bas a été vraiment inoubliable... C'est vrai que ce n'est pas le premier festival où j'ai été, mais à Trois-Rivières, c'était décidément le plus agréable et le plus amusant, et aussi -- il faut le dire -- organisé avec une sensibilité vraiment poétique..."


Correspondance de Monica Monsour, poète mexicaine


" Ce séjour à Trois-Rivières a été pour moi un vrai moment de bonheur comme on en compte peu dans une vie... Je suis rentré ici comme en exil, et vrai, je ne vis plus que dans l'attente de revenir au Québec, à Trois-Rivières... Le Festival (International de la Poésie) de Trois-Rivières, en tout cas, nous laisse une impression de richesse, vivacité, de puissance, de naturel qui n'a d'équivalent en France..."


Correspondance de Guy Goffette, poète belge, Prix Mallarmé


" ... j'ai vraiment apprécié mon séjour au Québec. La beauté du pays, le gentillesse des gens et cette rencontre poétique a nulle autre pareille."


Correspondance de Joachim Bohui Dali, Côte d'Ivoire.


"  ... À vous suivre depuis près de dix ans,  j'observe que peu d'hommes auront autant que vous marqué si durablement (le) paysage poétique au Québec. Longue vie au Festival de la Poésie "


Correspondance de Guy Cloutier,  poète de Québec.


"...J'ai découvert la Place du Poète inconnu par un banal mercredi matin, gris et froid. Tout de suite, mon regard s'est posé sur le socle de l'imposante structure. Là, à mes pieds, quelqu'un avait déposé un bouquet de fleurs fraîches. Je n'ai pu réprimer un sourire. Voilà, ai-je pensé, l'essence, le coeur même du Québec"


Revue  En Route,  février 1995, p. 38


" Ce Festival International de la Poésie est merveilleux et inoubliable, grâce à ton hospitalité et celle de toute la ville de Trois-Rivières. Le travail , et presque toujours la vie d'un poète, est solitaire. Alors le bonheur de se retrouver parmi ceux qui comprennent cette solitude et qui aiment écouter et lire la voix intense qu'est la poésie, m'a semblé, à moi, une récompense pour la solitude du travail au fil des années "


Correspondance de Erich Wolfgang Skwara, poète autrichien


" Merci de m'avoir permis d'assister et de participer au Festival International de la Poésie. Merci pour ces merveilleuses journées à Trois-Rivières. Ce fut un très très beau festival, riche, fort et très réussi. Merci encore pour toutes ces amitiés que tu m'as permis de nouer là-bas "


Correspondance d'Abdellak Serhane, poète marocain


" Les poètes représentent des sensibilités nationales ou continentales différentes, agrandissant au contact de l'Autre leur propre lucidité du monde. Voilà bien ce qui est fascinant ou stimulant dans ces rencontres internationales. Africains, Sud-américains, Européens, Nord-américains (et bientôt Asiatiques) confrontent leurs réalités, leurs angoisses, leurs interrogations et repartent très souvent avec une nouvelle vision des choses et des êtres. Pour les poètes québécois, le ( Festival International) de la Poésie leur permet de mieux comprendre leur position par rapport à la littérature d'ailleurs, et les poètes étrangers prennent vite conscience de la littérature d'ici... Les poètes, trop souvent écartés des médias, de la publicité et du vedettariat, se retrouvent à Trois-Rivières bien entourés, sollicités par les lecteurs et les médias qui couvrent cet événement d'envergure. Ils renouent avec un public chaleureux et attentif, et deviennent, parfois malgré eux, les représentants de leur pays... (Le Festival International de la) Poésie ...permet au monde d'être présent à travers la parole et le souffle de ses poètes ".


Jean-Marc Desgent, poète québécois in Regard Montérégie, vol.3 no.9,  22-11-94, p.14.


" ... la rencontre avec un public souvent averti et chaleureux. (Je suis) très heureuse d'avoir pu participer, cette année, à cette anthologie vivante qu'est le Festival International de la Poésie "


Correspondance de Amina Saïd, poète de la Tunisie


" ... je m'en rends compte à présent: on ne sort pas indemne de sa rencontre avec le Québec... une expérience que je crois majeure... un pays près du coeur. Certes, Trois-Rivières y est pour quelque chose, l'atmosphère, la camaraderie du Festival... Trois-Rivières, c'est autre chose... Ça ne se compare pas. Sacré Trois-Rivières ! Finirai-je un seulement un jour d'en rêver ? "


Correspondance de André Doms, poète belge et président de l'éditeur L'Arbre à Paroles




" Je tiens à vous remercier chaleureusement pour le magnifique Festival que vous avez organisé avec tant de soin et que vous avez orchestré avec tant de dextérité "


Correspondance de Mona Latif-Ghattas, poète égyptienne et néo-québécoise.


" ... Félicitations pour le merveilleux travail que vous accomplissez."


Correspondance de Jean-Guy Pilon, poète du Québec


"... je suis impressionné par la constance et la vitalité du travail qui se fait " en poésie " à Trois-Rivières. Félicitations et longue vie à l'équipe des Forges et bon été ".


Correspondance de Daniel Guénette, poète québécois


"...Très stimulant, bourré d'une ferveur qui m'a touché. Très fier d'avoir pu prendre part au Festival 1991... Cela m'a énormément stimulé..."


Correspondance de Daniel Guimond, poète de Vancouver


" Bonjour ! Je pense presque chaque jour à ce Festival merveilleux ... j'envoie tout Toronto voir les poèmes sur les murs et le monument"


Correspondance de Cécile Cloutier, poète et professeur


" A Trois-Rivières, j'ai perdu un morceau de ma vieille Europe. J'ai aussi trouvé un morceau de souffle pour une nouvelle Europe"  


Correspondance de Gaspard Hons, poète belge


" J'espère vous revoir bientôt, parce qu'on doit aller danser ; c'est la seule chose qui manque au festival. "


Correspondance de Monica Mansour, poète mexicaine